samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsProcédure d'appel devant un tribunal de Stockholm pour le criminel iranien Hamid...

Procédure d’appel devant un tribunal de Stockholm pour le criminel iranien Hamid Noury

Procédure d'appel devant un tribunal de Stockholm pour le criminel iranien Hamid Noury

Le mercredi 11 janvier, le ministère des Affaires étrangères du régime iranien aurait convoqué l’ambassadeur de Suède pour entendre une mosaïque de plaintes concernant les tensions entre Téhéran et non seulement la Suède mais l’Union européenne en général. La convocation est intervenue peu après l’ouverture d’une procédure d’appel devant un tribunal de Stockholm impliquant l’ancien responsable d’une prison iranienne, Hamid Noury.

Cependant, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères des mollahs, Nasser Kanaani, a cherché à présenter les actions de la Suède comme inappropriées en ce qui concerne la condamnation initiale de Noury et l’appel qui a suivi. Au moment où Noury a été condamné à la prison à vie pour crimes de guerre et meurtre de masse, le ministère iranien des Affaires étrangères a rejeté l’affaire comme « illégale et contraire aux principes du droit international ». Il a fourni peu d’explications à cette évaluation, tandis que divers rapports indépendants sur l’affaire ont souligné le fait que Noury avait été arrêté en 2019 sur la base de la «compétence universelle», qui permet explicitement à la justice de n’importe quel pays de poursuivre les violations graves du droit international s’il est évident qu’aucune poursuite de ce type n’est prévue dans la juridiction où les crimes ont eu lieu.

Noury est maintenant le premier à faire face à des conséquences juridiques pour sa participation au massacre de prisonniers politiques de 1988, qui a fait environ 30 000 morts dans tout le pays. La plupart des victimes étaient des partisans du principal groupe d’opposition iranien, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK).

Vidéo : Iran. Une fatwa qui a coûté la vie à 30 000 prisonniers politiques lors du massacre de 1988

Les crimes de Noury sont devenus évidents à la suite d’un procès de plusieurs mois au cours duquel des dizaines de survivants du massacre ont témoigné, qui l’ont pratiquement tous identifié comme celui qui avait appelé des prisonniers devant la «commission de la mort» de la prison de Gohardasht et les avait conduits à la potence après ces commissions ont ordonné des condamnations à mort sommaires.

Les autorités du régime et les médias officiels ont accusé ouvertement la Suède de violer les droits de Noury. Les plaintes de Noury apparaîtront sans aucun doute comme une ironie amère pour les personnes familières avec le système judiciaire du régime et son bilan en matière de droits humains.

En plus de sa brutalité inimaginable dans le traitement des prisonniers, le régime clérical est connu pour son utilisation systématique de la « torture blanche », une pratique selon laquelle les prisonniers sont détenus pendant des mois d’affilée dans des cellules sans fenêtre sous un éclairage constant, avec un minimum de stimulation ou de contact avec le monde extérieur. Le régime est également connu pour refuser aux prisonniers un traitement médical, entraînant souvent des conséquences permanentes ou mettant leur vie en danger.

Les plaintes publiques de Noury peuvent avoir pour but de détourner l’attention de ces histoires ou de donner l’impression d’une parité entre l’Iran et les nations occidentales en matière de droits de l’homme. Mais une telle stratégie est pratiquement vouée à l’échec, surtout lorsque la communauté internationale examine la répression du régime contre le soulèvement anti-régime de cinq mois qui a été déclenché par la mort de Mahsa Amini en septembre aux mains de la « police de la moralité » de Téhéran.

L’Union européenne a adopté trois nouveaux paquets de sanctions visant l’Iran au cours de ces répressions. Cette semaine encore, des législateurs allemands et d’autres États membres de l’UE appelaient à la préparation d’un quatrième. Jeudi, le ministre italien des Affaires étrangères, Antonio Tajani, a déploré que Téhéran ait ignoré tous les appels à la réduction des exécutions et à l’arrêt des attaques violentes contre des manifestants pacifiques. Le président italien Sergio Mattarella a exprimé cette demande à l’ambassadeur du nouveau régime iranien à Rome un jour plus tôt.

Le soi-disant observateur des droits de l’homme du régime a explicitement soutenu qu’il n’incombe pas aux mollahs d’adhérer aux lois internationales si elles sont en contradiction avec l’interprétation médiévale de l’islam par le système. Cette interprétation permet, entre autres, l’exécution de prisonniers de moins de 18 ans.

Bien que des personnes de plus de cet âge aient été impliquées dans chacune des quatre exécutions connues de manifestants depuis le début du soulèvement actuel, des coups de feu et des passages à tabac ont coûté la vie à au moins 70 mineurs parmi plus de 750 personnes de tous âges. . C’est selon le réseau de renseignement maintenu à l’intérieur de l’Iran par le MEK, qui a également déterminé qu’au moins 30 000 personnes ont été arrêtées en lien avec le soulèvement.

Ce chiffre rappelle potentiellement l’attention sur le massacre de 1988 et donc sur l’appel de Noury, voué à l’échec. « Je pense que ce procès mettra une fois de plus en lumière ce qui s’est passé en Iran en 1988 », a déclaré Shahin Gobadi, porte-parole du Conseil national de la résistance iranienne. Aujourd’hui, après quatre mois de protestations et une révolution en Iran, les gens comprennent beaucoup mieux la sauvagerie de ce régime.

La Résistance iranienne a exhorté à plusieurs reprises les autorités occidentales à prendre des mesures concrètes au-delà des sanctions économiques susmentionnées pour tenir le régime et ses principaux dirigeants responsable de violations des droits de l’homme et de crimes contre l’humanité passés et en cours. Les démocraties occidentales devraient fermer les ambassades et expulser les diplomates-terroristes du régime, ainsi que des enquêtes pourraient conduire à des accusations devant la Cour pénale internationale.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe