mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsL'Iran se dirige vers une fermeture complète d'Internet, un bit à la...

L’Iran se dirige vers une fermeture complète d’Internet, un bit à la fois

L'Iran se dirige vers une fermeture complète d'Internet, un bit à la fois

Par : Aladdin Touran

Le mode de recherche sécurisé de Google et Bing, généralement configuré pour que les enfants afin de filtrer les contenus explicites, a été activé de force pour tous les Iraniens. Le régime iranien a franchi une nouvelle étape pour filtrer et limiter l’accès à Internet en activant le mode de recherche sécurisé.

« Il semble que les opérateurs Internet n’aient pas changé le mode de recherche, et cela s’est produit à des niveaux plus élevés. Les observateurs pensent que cette action signifie que les autorités considèrent les internautes du pays comme «mineurs», a écrit le site Web public Shararanew le 12 juillet.

Le « mode de recherche sécurisé » de Google vise à créer un environnement plus sûr pour les enfants et peut être activé ou désactivé manuellement. Mais ce n’est pas le cas en Iran. Selon le site Web public Tejaratnews du 12 juillet, « Il semble qu’en manipulant et en détournant le DNS, ils ont activé cette fonctionnalité pour tous les utilisateurs iraniens de tout âge, et il n’est pas possible de la désactiver ».

« Le détournement des adresses IP et DNS de plates-formes étrangères comme Google fait circuler toutes les recherches des utilisateurs à l’intérieur du réseau national. Cette action réduit finalement la vitesse et la qualité des services d’une plateforme », ajoute Tejaratnews.

Mais comment cela se produit-il? Il suffit de fournir un protocole Internet (IP) unique aux utilisateurs exigeant un système de noms de domaine (DNS). Le DNS traduit les noms de domaine lisibles par l’homme (par exemple, www.amazon.com) en adresses IP lisibles par machine avec des nombres. Ainsi, une fois que les utilisateurs iraniens ouvrent des pages en utilisant l’adresse IP fournie par le régime, le mode de recherche sécurisé de Google et Bing est activé.

Étant donné que le régime a précédemment ajouté la possibilité d’identifier deux empreintes digitales du système de censure qui dispose de TraceVis, il est facile d’identifier et de documenter ce problème. TraceVis est un outil de visualisation de trace d’exécution pour explorer graphiquement le comportement de l’application en ce qui concerne son exécution sur un microprocesseur.

Les images ci-dessous, fournies par Tejaratnews, montrent la demande d’un utilisateur pour accéder à un site Web, et il a atteint l’opérateur DNS mais pas Google ou Bing (figure 1). Dans certains cas, on observe que le système de censure refuse de répondre. Cela est probablement lié à la méthode intermittente de censure/blocage qui a récemment augmenté (figure 2).

L'Iran se dirige vers une fermeture complète d'Internet, un bit à la fois

Figure 1
« Il semble que les responsables aient l’intention de créer l’infrastructure nécessaire pour mettre en œuvre le réseau national d’information ou des plans tels que l’Internet national et le plan de protection d’Internet », a écrit Tejaratnews.

Mais qu’est-ce que le plan de protection Internet ?

Ce plan, officiellement connu sous le nom de « Protection des droits des utilisateurs du cyberespace et réglementation des principaux services en ligne », vise à créer un cyberespace étroitement contrôlé comme la Corée du Nord. Ce plan perturbera l’accès des citoyens aux services internationaux, principalement les médias sociaux, et permettra au régime de contrôler les passerelles Internet pour accroître la répression de la dissidence.

Dans un rapport exclusif à ce sujet en janvier 2022, la Résistance iranienne a écrit : « Pour environ plus d’un million d’Iraniens, les plateformes de médias sociaux comme Instagram, Telegram et Twitter servent d’entreprises virtuelles. Le projet de loi proposé oblige les entreprises technologiques internationales à avoir un représentant légal en Iran afin de coopérer avec Téhéran pour accroître la surveillance en ligne. »

Par conséquent, les entreprises de médias sociaux qui refuseraient de travailler en Iran risqueraient des sanctions, obligeant les gens à utiliser des plateformes conçues par le régime, mettant en péril leur liberté fondamentale, tout en s’enfonçant plus profondément dans la pauvreté. Le plan permet également au ministère de la communication de bloquer tous les réseaux privés virtuels (VPN) et autres outils de censure. Ceux qui utilisent des VPN risqueraient la prison et des sanctions financières.

Le parlement du régime a fait beaucoup de volte-face pour faire passer ce projet de loi. Bien que le plan ait été approuvé en février 2022, les mollahs n’ont pas pu officiellement mettre en œuvre ce plan car ils craignaient une réaction publique.

Mais des rapports fin février en provenance d’Iran ont indiqué que la vitesse du pays ralentissait, créant des obstacles majeurs dans la vie de millions d’Iraniens. Alors que le ministre de la Communication du régime a refusé cette nouvelle, les médias d’État iraniens ont reconnu plus tard qu’elle était liée au projet de loi sur la protection.

La récente manipulation des moteurs de recherche Google et Bing fait également partie du plan du régime visant à restreindre l’accès à Internet.

Pourquoi Téhéran s’efforce de contrôler Internet ?

La récente manipulation des moteurs de recherche par le régime est en effet très bizarre, mais qu’attendre d’autre d’une théocratie au pouvoir qui considère son « chef suprême » comme le « gardien » du peuple.

Pourtant, la vraie réponse à cette question réside dans l’état instable actuel de la société iranienne.

Au cours des quatre dernières années, au moins huit soulèvements majeurs ont éclaté en Iran, ébranlant les fondations du régime. Des images envoyées par des militants iraniens ont non seulement confirmé la brutalité du régime, mais ont également mis en évidence l’illégitimité du régime.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe