vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLes fréquentes exécutions collectives et les privations médicales font grimper le nombre...

Les fréquentes exécutions collectives et les privations médicales font grimper le nombre de morts dans les prisons iraniennes

Les fréquentes exécutions collectives et les privations médicales font grimper le nombre de morts dans les prisons iraniennes

Dimanche, quatre détenus ont été exécutés à la prison d’Arak, où quatre autres avaient déjà été exécutés le mercredi précédent. Les 18 et 15 août, un prisonnier à Birjand, un à Khorramabad, deux à Shiraz et un à Sari ont été exécutés. Deux autres prisonniers devaient être exécutés à Arak le dimanche, mais ont été renvoyés dans leur cellule au dernier moment, conformément à la tendance de l’appareil judiciaire du régime iranien à appliquer et à retarder arbitrairement les condamnations à mort, créant ainsi un sentiment omniprésent d’incertitude qui est largement reconnu comme une forme de torture psychologique.

L’Iran a connu ce que les défenseurs des Droits de l’Homme ont appelé une « vague horrifiante » et une « frénésie » d’exécutions. De multiples organisations non gouvernementales sont parvenues à des conclusions similaires sur le rythme actuel de ces exécutions et, bien qu’il existe de légères différences entre les estimations spécifiques, il est généralement admis que les six premiers mois de 2022 ont vu deux fois plus d’exécutions de citoyens iraniens que la même période de l’année précédente.

Cette tendance est tout à fait conforme aux attentes décrites en juin 2021, lorsqu’il est devenu évident qu’Ebrahim Raïssi serait installé comme prochain président du régime des mollahs. Raïssi a joué un rôle majeur dans le massacre de plus de 30 000 prisonniers politiques au cours de l’été 1988, et depuis lors, il est resté l’un des principaux défenseurs de l’utilisation extensive de la peine capitale et des châtiments corporels. Un pic du taux d’exécutions a été observé avant même son investiture officielle en tant que président en août dernier, et ce taux a généralement continué à augmenter au cours de l’année écoulée.

De l’avis général, le système judiciaire des mollahs a déjà largement dépassé le cap des 300 exécutions pour la première fois, mais il est difficile d’établir un chiffre précis, car le système judiciaire fait rarement des déclarations officielles sur les condamnations à mort qu’il a appliquées, et les médias officiels du régime iranien les rapportent ou les commentent rarement. Cela conduit de nombreux observateurs à penser que les estimations recueillies sont très probablement des sous-comptes.

Même si ce n’était pas le cas, le nombre de condamnations à mort officiellement appliquées ne correspond pas au nombre total de meurtres perpétrés dans les prisons iraniennes. Les militants des Droits humains tiennent régulièrement les autorités du régime pour responsables des décès causés par des mauvais traitements systématiques, le refus d’accès à un traitement médical ou toute combinaison de facteurs évitables. Ces problèmes se sont naturellement accélérés depuis le début de la pandémie de Covid-19, et le coronavirus continue de représenter un grave danger pour les prisonniers dans tout le pays.

De nombreux détenus sont confrontés à une forte probabilité de conséquences graves pour leur santé, voire de décès, s’ils contractent le virus.

Un prisonnier politique, Mohammad Ali Mansouri, a subi une crise cardiaque dans la prison de Rajai Shahr il y a près d’un an, mais n’a jamais obtenu de permission pour recevoir un traitement spécialisé. Parallèlement, Iran Human Rights Monitor a noté qu’un détenu politique de la prison d’Evin, Kasra Bani Amerian, souffrait des effets progressifs de la polyneuropathie, qui entraîne une faiblesse, une perte d’équilibre, une perte de mobilité et de fortes douleurs.

Selon l’IHRM, Bani Amerian n’a été envoyée à l’hôpital qu’à deux reprises pour de brèves périodes de physiothérapie depuis novembre 2020, la visite la plus récente remontant à plus de deux mois. L’agence de presse Human Rights Activists News Agency a précédemment rapporté que Bani Amerian s’était également vu refuser l’accès aux médicaments sur ordonnance dont il a besoin pour maintenir le fonctionnement normal de son système immunitaire et que les responsables de la prison sont allés jusqu’à confisquer les ressources médicales qui lui ont été envoyées directement par sa famille.

De nombreuses histoires similaires ont été rapportées au fil des ans, et de nombreux critiques du régime des mollahs s’attendent à ce que ces histoires apparaissent encore plus fréquemment dans les semaines et les mois à venir, en conséquence de la recrudescence générale de la répression et des violations des Droits de l’Homme sous l’ère Raïssi. Si les infections à Covid-19 et les cas de négligence médicale continuent de s’accélérer, il est très probable que le taux de décès associés suivra un schéma similaire, s’ajoutant aux catégories d’exécutions informelles et de décès en détention qui côtoient le taux d’exécution du pays, le plus élevé au monde.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe