vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe régime iranien fait passer des médicaments en Irak, tout en se...

Le régime iranien fait passer des médicaments en Irak, tout en se plaignant des sanctions

Les services de renseignement de l’armée irakienne ont rapporté jeudi avoir confisqué 19 camions qui faisaient passer en contrebande des centaines de milliers de médicaments d’Iran en Irak. Pendant tout ce temps, le régime iranien se plaint des sanctions internationales qui les empêchent d’aider les gens au milieu de la pandémie du COVID-19.

Selon les médias irakiens, ces camions quittaient les routes secondaires de la province irakienne de Diyala pour échapper aux droits de douane et ont été arrêtés sur le même trajet. Le régime iranien utilise la contrebande de marchandises comme source de revenus pour financer les activités illicites des sinistres pasdaran.

En outre, selon Alireza Vahabzadeh, conseiller du ministre de la Santé du régime, la contrebande systématique de médicaments entraîne une énorme différence de prix entre les médicaments en Iran et en Irak.

Ce nouveau trafic de médicaments se déroule alors que le régime et ses apologistes tentent de blâmer les sanctions américaines pour la propagation de la pandémie COVID-19. Ils essaient de blâmer les sanctions américaines, tandis que les médicaments sont exemptés de ces sanctions.

Vahabzadeh a également déclaré: «Le trafic de drogue et de médicaments existe en Iran depuis de nombreuses années.»

Behrooz Bonyadi, l’un des anciens parlementaires du régime, a déclaré le 1er novembre 2019: «Le trafic de médicaments est pleinement organisé.» «Les trafiquants louent les assurances des citoyens pour acheter des médicaments et les faire passer en contrebande en Irak», a déclaré Bonyad au site Web national Royedad24.

Concernant ce trafic «organisé», Said Namaki, le ministre de la Santé du régime, a déclaré en juin 2019: «Avec deux millions d’euros d’argents de l’Etat, ils ont importé des câbles électriques au lieu de stents pour cœurs.

Qui domine la contrebande et le trafic de marchandises organisés en Iran?
La corruption est institutionnalisée dans le régime des mollahs. L’un des aspects les plus importants de la corruption du régime est l’importation incontrôlée de marchandises de contrebande qui domine de grands pourcentages de l’économie des mollahs. Les gardiens de la révolution (CGRI) contrôlent la majorité de ce réseau de contrebande et contrôlent près de 90 ports en Iran, qui représentent près de 45% des 212 ports officiels de l’Iran. Les importations et les exportations du CGRI en provenance de ces ports sont évaluées à près de 12 milliards de dollars chaque année.

Cette contrebande organisée de marchandises aide non seulement le régime à financer ses activités illicites, mais nuit également à l’économie iranienne.

À cet égard, l’agence de presse publique Tasnim a écrit le 5 mai 2017: «Le chiffre de 15 à 20 milliards de dollars de marchandises de contrebande n’est pas un chiffre négligeable pour notre pays; il est naturel que l’entrée de marchandises provenant de canaux illégaux puisse entraîner des dommages irrécupérables. D’un point de vue économique, l’entrée incontrôlée de marchandises de contrebande entraînera la fin de la production nationale du pays, et cela aurait pu signifier des emplois pour deux millions de personnes.  »

Pendant tout ce temps, les forces du CGRI tirent et tuent des porteurs démunis, koulbar, près des frontières iraniennes. Ces pauvres porteurs portent de lourdes charges sur leur dos pour gagner de l’argent pour nourrir leur famille. Le réseau de contrebande du CGRI a des impacts extrêmement destructeurs, en particulier maintenant au milieu de l’épidémie de coronavirus, les gens ont besoin de médicaments.

Ainsi, soutenir le régime des mollahs et plaider en faveur de la levée des sanctions ne fait qu’aider le CGRI et les autres forces oppressives et terroristes à poursuivre leurs activités malveillantes.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe