jeudi, février 2, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe régime iranien est une menace par sa mauvaise gestion de la...

Le régime iranien est une menace par sa mauvaise gestion de la crise de coronavirus – Ken Blackwell


Dans un article publié sur CNSNEWS, l’ambassadeur Ken Blackwell, ancien ambassadeur des États-Unis auprès de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies, a expliqué comment la dissimulation par le régime iranien de l’épidémie de coronavirus a fait de l’Iran l’épicentre de cette maladie.

«Le régime iranien a gravement mal géré son épidémie de coronavirus depuis le jour où les premiers cas ont été signalés dans le pays. Elle a également trompé systématiquement son propre peuple et la communauté internationale. Il est grand temps que la communauté internationale reconnaisse ces réalités. Les conséquences potentielles s’étendent bien au-delà des propres frontières de l’Iran », a écrit l’ambassadeur Blackwell.

Faisant référence à la dissimulation par le régime de l’épidémie de coronavirus, l’Ambassadeur Blackwell a écrit: «Il est clair depuis plus d’un mois que l’Iran est l’épicentre des épidémies qui couvrent toute la région du Moyen-Orient. Les cas de COVID-19 en Europe et au Canada peuvent également être attribués à l’Iran. Mais certains des voisins immédiats de l’Iran se portent bien mieux que le pays d’où sont arrivés leurs premiers cas. Une fois qu’il était clair que le nouveau coronavirus avait franchi leurs frontières, les frontières étaient presque invariablement fermées. Des quarantaines et des mesures de distance sociale ont été mises en place de manière proactive à une époque où les responsables du ministère iranien de la Santé insistaient encore sur le fait que ces stratégies du « Moyen Âge » ne seraient jamais nécessaires.  »

Dans une autre partie de son article, tout en se référant aux révélations de documents appartenant à l’Organisation nationale d’urgence du régime iranien par l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK), l’Ambassadeur Blackwell a écrit: «Ces premiers cas ont été enregistrés par l’Organisation nationale d’urgence en la première semaine de février. Les documents pertinents ont été obtenus et rendus publics dans le monde par la principale opposition, les Moudjahidine du Peuple fin mars. »

Dans une autre partie de son article, l’Ambassadeur Blackwell a évoqué la dissimulation par le régime du nombre réel de morts et a écrit: «Alors que Téhéran réclame un bilan d’environ 6 000 morts, l’OMPI dit que près de 38 000 personnes sont mortes. Ceci a été soigneusement dissimulés par les autorités du régime afin de cacher leur mauvaise gestion. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe