mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe procès d'Hamid Noury : même les gardiens de prison ont été...

Le procès d’Hamid Noury : même les gardiens de prison ont été troublés par l’exécution en masse des jeunes femmes de l’OMPI

Le procès d'Hamid Noury : même les gardiens de prison ont été troublés par l'exécution en masse des jeunes femmes de l’OMPI

Le tribunal suédois en charge du procès de Hamid Nouri, accusé d’avoir participé à l’exécution massive de prisonniers politiques à l’été 1988, a tenu le jeudi 7 avril sa 84e séance.

Le témoin, Abdolreza Shahab Shokouhi, était un ancien prisonnier politique et un ancien membre de l’organisation Rah-e Kargar (Voie des travailleurs). Il a été arrêté pour la première fois à l’âge de 15 ans sous le règne de Mohammad Reza Shah. Après la révolution de 1979, le militant de gauche a été arrêté pour la deuxième fois à Qom en 1981 et condamné à mort, mais a finalement réussi à s’évader en 1983.

Après sa troisième arrestation, le témoin a été transféré à la prison d’Evine où il a été menotté et a dû se tenir droit pendant onze nuits consécutives. Deux ans plus tard, il a été condamné à mort pour la deuxième fois par un tribunal dirigé par le juge Hossein-Ali Nayeri à la prison d’Evine. Là, il apprend que son frère a été exécuté. La peine de mort du témoin a ensuite été commuée en 15 ans de prison.

Abdolreza Shahab Shokouhi a témoigné qu’il avait appris le début du massacre le 27 juillet 1988, grâce au code Morse. Il a confirmé avoir entendu les sermons de prière du vendredi du président du régime de l’époque, Ali Akbar Rafsandjani, puis du juge en chef Abdol Karim Mousavi Ardabili, où les partisans du régime scandaient des slogans « Mort aux hypocrites », terme péjoratif utilisé par le régime pour désigner l’OMPI. Ces slogans ont été diffusés en prison via des haut-parleurs. À la suite de l’incident, il a déclaré que le poste de télévision avait été retiré du service et que le journal avait cessé d’y entrer. Il a également confirmé l’interruption des visites familiales à la prison de Gohardasht en août 1988.

Selon Shokouhi a expliqué qu’il a été emmené à la « Commission de la mort« , où il a déclaré qu’il ne prie pas et ne croit pas en Dieu. Il a été fouetté cinquante fois après avoir quitté la pièce et a été emmené dans une salle sombre, « l’amphithéâtre ».

Là, à travers son bandeau, il a vu des pantoufles et des vêtements sur le sol et six cordes suspendues au plafond. Le témoin a été emmené dans une pièce fermée à clé ce jour-là. Il a dit aux juges que lorsqu’il a entendu le bruit d’un camion et des conversations dans la cour, il s’est dirigé vers la fenêtre. Il a vu des gens vêtus de blanc, comme des combinaisons de sécurité chimique, jeter des sacs dans le camion.

Shokouhi est de nouveau apparu devant la « Commission de la mort » le lendemain. Le témoin a expliqué comment il avait échappé à l’exécution en « acceptant d’obéir aux lois du régime s’il était libéré ». Après avoir quitté la commission, avec quelques autres, il a été battu si violemment qu’il a eu les côtes cassés. Il se souvient d’un prisonnier nommé Tafrishi qui a été tué par de violents passages à tabac. Le témoin a déclaré que la tête d’un autre prisonnier avait explosé après avoir été brutalement frappée à un radiateur.

« Ils nous ont promis quarante jours de paradis si nous vous tuons », avait dit l’un des gardiens aux prisonniers.

Le témoin s’est souvenu d’un incident au cours duquel des gardiens de prison ont discuté des exécutions de femmes membres de l’OMPI. Il a parlé d’un gardien de prison, nommé Adel, demandant à son pair des questions qui montraient que lui-même commençait à douter de choses.

J’ai entendu Adel demander à un autre gardien : « J’ai une question religieuse. Ces filles que nous faisons descendre du gibet sont noires et bleues, et il est clair qu’elles sont étranglées, et selon la loi islamique, seules les personnes mariées peuvent être exécutées. Est-ce que cela est juste ? Je réfléchis à ce problème. »

En réponse à Adel, le garde a déclaré : « Haj Agha lui-même sait tout à ce sujet et ils l’ont ordonné. Si nécessaire, tu peux lui demander. Mais ils ont certainement une réponse à cette [question]. »

Répondant à une question de Kenneth Lewis, l’un des avocats des plaignants, Shokouhi a déclaré qu’il croyait que les femmes détenues étaient des prisonnières moudjahidines et qu’il n’avait entendu parler d’aucune femme de gauche pendue.

Le témoin a déclaré avoir été emmené à « Haj Agha Abbasi » par un gardien de la révolution. Abbasi était la même personne qu’il avait rencontrée plusieurs fois avant d’avoir les yeux bandés pour le tribunal – par exemple, une fois la télévision retirée de la salle, mais personne ne l’avait jamais présenté. Abbasi l’a informé qu’il serait transféré à la prison d’Evine. Le témoin a déclaré que le sourire d’Abbasi est resté dans sa mémoire jusqu’à aujourd’hui.

Shokouhi a été transféré à la prison d’Evine dans une voiture privée le même jour et a été libéré de prison en avril 1989.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe