vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLa seule façon de mettre fin aux violations des droits humains en...

La seule façon de mettre fin aux violations des droits humains en Iran est de renverser le régime

En novembre dernier, le Guide Suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a ordonné aux Gardiens de la révolution (pasdaran) de « faire tout ce qui est en leur pouvoir » pour mettre fin aux protestations nationales qui ont spontanément éclaté après l’annonce par Téhéran d’une hausse soudaine du prix du pétrole fixé par le gouvernement. Le résultat a été une série de fusillades massives dans des dizaines de villes iraniennes. Après seulement quelques jours d’attaques des pasdaran contre les manifestations publiques, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) a annoncé que 1 500 personnes étaient mortes de leurs blessures par balle. D’autres ont survécu aux tirs, mais on peut s’attendre à ce qu’elles souffrent d’effets permanents après que les autorités qui les ont arrêtées les ont empêchées de recevoir un traitement médical. De plus, certaines des milliers d’arrestations sont toujours passibles de la peine de mort. Il en résulte que le nombre de morts reste toujours à déterminer.

Cette effusion de sang montre la violence et la barbarie du régime et sa crainte totale du soulèvement populaire qui a ébranlé ses fondements en novembre. En fait, les mollahs ont toujours eu recours à la violence pour réprimer la société iranienne, qui est très rétive. La répression du soulèvement de 2019 ou la violence du régime lors du soulèvement national précédent en janvier 2018 ne sont pas les seuls exemples de ces actes de barbarie. Un autre exemple est le massacre des prisonniers politiques en 1988, qui a vu plus de 30 000 personnes, pour la plupart des militants et sympathisants de l’OMPI, condamnées à la potence pour le crime d’opposition à la dictature théocratique et de plaidoirie en faveur d’un système démocratique pour remplacer la théocratie.

C’était aussi le message des deux récents soulèvements, bien qu’ils aient tous deux été déclenchés par les difficultés économiques provoquées par la mauvaise gestion et les politiques égoïstes du régime. Cela s’est traduit par des slogans de protestation qui ont été largement repris par les 150 villes ayant participé au premier soulèvement, et par 200 au second. Des Iraniens de diverses origines ethniques, géographiques et économiques ont scandé : « Quittez la Syrie, pensez à nous », dans un effort pour mettre en évidence le gaspillage du régime en matière d’aventures à l’étranger, à un moment où le peuple iranien souffrait terriblement.

Les manifestants ont également condamné expressément les deux factions du régime, en précisant qu’ils ne voyaient aucun retour en arrière contre ces priorités mal placées de la part des « radicaux » de Khamenei ou des « réformistes » associés au président du régime Hassan Rohani. La demande apparente d’une alternative extérieure a donné plus de crédit à certaines des déclarations de Khamenei sur les soulèvements. En janvier 2018, il a déclaré que le groupe d’opposition iranien, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), avait planifié ses les protestations sur près d’un mois. L’OMPI plaide depuis longtemps en faveur d’un gouvernement de transition dirigé par le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), qui est, en fait, un gouvernement en exil, avant les premières élections véritablement libres en Iran.

Cela explique pourquoi Khamenei était si désireux d’ordonner à ses voyous de « faire tout ce qui est en leur pouvoir » pour écraser le soulèvement lorsqu’il a resurgi en novembre dernier. L’OMPI a conservé son rôle de principal porte-parole de la démocratie iranienne depuis les premiers jours du détournement par le régime des mollahs de la révolution anti-monarchique de 1979. En conséquence, elle est devenue la principale cible du massacre de 1988 et a sacrifié plus de 120 000 de ses membres et sympathisants pour la cause de la liberté.

Mais la répression n’a pas empêché l’OMPI de continuer sa lutte en vue du renversement du régime des mollahs. Et les deux soulèvements, qui se sont produits à moins de deux ans d’intervalle, suggèrent que ces efforts ont été efficaces. Ils suggèrent également que le peuple iranien dans son ensemble est enclin au même type de résilience qui a permis à l’OMPI elle-même de survivre au massacre massif de 30.000 prisonniers politiques, ainsi qu’aux assassinats ultérieurs, et de sortir de l’autre côté plus forte que jamais. En plus de jouer un rôle de premier plan dans l’ensemble du pays ces dernières années, la Résistance iranienne a développé une présence internationale importante, et dirige un rassemblement et une conférence annuels en été qui attirent des dizaines de milliers d’Iraniens et des centaines de dignitaires politiques du monde entier.

La résistance collective du peuple et de l’OMPI a été mise à l’épreuve après janvier 2018, lorsque des dizaines de participants à la manifestation de ce mois-là ont été tués, certains sous la torture. Ils ont passé le test avec brio lorsque la suite de ce soulèvement s’est révélée encore plus étendue et encore plus directe dans son message en faveur d’un changement de régime. Aujourd’hui, même les responsables du régime et les médias reconnaissent la résistance de la société iranienne et le rôle ainsi que le potentiel de l’OMPI pour guider le peuple vers la liberté.

Plusieurs éditoriaux récents dans les médias officiels iraniens ont souligné la quasi inévitabilité d’un autre soulèvement sur le modèle des deux derniers. Le quotidien d’Etat Etemad, par exemple, a cité un responsable du régime qui a déclaré que la société iranienne est actuellement dans un état où « tout mécontentement se transforme rapidement en protestation sociale ». Un autre quotidien, Asre Iran, a déclaré que tant que le statu quo persistera et que les conditions pour les Iraniens ordinaires continueront à se détériorer, ces protestations « auront la capacité d’évoluer » vers le renversement du système au pouvoir.

Ces médias et d’autres médias officiels, ainsi que certains responsables du régime, ont commencé à exhorter le régime à entreprendre de sérieuses initiatives de réforme, dans l’espoir d’atténuer un peu l’indignation populaire. Mais le peuple iranien a rejeté ces actions trompeuses en scandant : « Radicaux, réformistes, le jeu est terminé. » De plus, le régime des mollahs n’est pas capable de changer son comportement. Ce n’est pas comme si le Guide Suprême n’avait pas conscience de la gravité de l’indignation lorsqu’il a ordonné aux pasdaran de la réprimer par tous les moyens nécessaires. Il a délibérément donné la priorité à la répression de la dissidence sur toute réponse compatissante à la souffrance du peuple, et il le fera très probablement à nouveau chaque fois qu’un autre soulèvement se produira.

Comme l’a dit la Résistance iranienne, les mollahs continueront à violer les droits humains jusqu’aux derniers jours de leur survie. Tout compromis sur les priorités actuelles et intéressées du régime équivaudrait à l’abdication du pouvoir. Pour cette raison, le seul moyen légitime d’alléger les souffrances du peuple iranien est de renverser ce régime. La Résistance iranienne et ses membres et sympathisants ont payé et paieront toujours le prix de la lutte pour la liberté. Les pires mesures répressives de Téhéran ne parviennent pas à dépasser les difficultés liées à un système qui a laissé environ 80 % de la population iranienne vivre en dessous du seuil de pauvreté, alors que les mollahs s’enrichissent et s’efforcent d’étendre leur pouvoir au-delà des frontières de leur nation.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe