mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLa recrudescence des exécutions laisse présager de nouvelles violations des droits humains...

La recrudescence des exécutions laisse présager de nouvelles violations des droits humains en Iran

Le dimanche 8 août, trois jours après l’investiture d’Ebrahim Raïssi en tant que nouveau président du régime des mollahs, le régime a procédé à neuf exécutions dans trois établissements pénitentiaires. Une autre pendaison lundi a porté le total à au moins 22 pour le mois d’août, et plus de 200 depuis le début de l’année.

Quarante-huit condamnations à mort ont été exécutées en juillet, période au cours de laquelle trois avocats des droits humains ont été accusés de propagande et de complot visant à renverser le système en place, puis condamnés à des peines de plusieurs années de prison.

Le régime des mollahs est largement reconnu pour son taux d’exécutions par habitant le plus élevé au monde. Téhéran rejette régulièrement les critiques internationales ainsi que de son bilan global en matière de droits humains, levant souvent des accusations non pertinentes contre « l’arrogance mondiale » dans le but de détourner l’attention de la dépendance ouverte du régime à la peine capitale dans des cas qui ne répondent clairement pas aux normes internationales.

Who is Ebrahim Raisi, a candidate in Iran presidential election and an executioner in 1988 massacre

Parfois, le pouvoir judiciaire du régime a retardé l’exécution des condamnations à mort ou même s’est publiquement engagé à réexaminer les cas à motivation politique sous une intense pression internationale. Mais dans presque tous les cas, le régime procède à la punition prédéterminée peu de temps après que le tollé se soit calmé.

Ce fut le cas, par exemple, lors de la dernière vague d’exécutions, lorsque le régime a procédé à la pendaison de Sajad Sanjari conformément à sa condamnation pour un meurtre présumé en 2012. Au moment de son arrestation, Sanjari n’avait que 15 ans, faisant de sa peine capitale une violation très claire du droit international.

De cette façon, le cas de Sanjari rappelait celui de Reyaneh Jabbari, une jeune femme pendue en 2014 pour avoir mortellement poignardé son violeur, dont l’affiliation avec le ministère du Renseignement du régime garantissait qu’elle ne bénéficierait pas d’un procès équitable. Sanjari devait initialement être exécuté en 2017, mais comme cela s’est produit à plusieurs reprises avec Jabbari, la pendaison a été retardée momentanément face au tollé international.

Mais Téhéran a rejeté des déclarations similaires à plusieurs reprises au fil des ans, le soi-disant contrôleur des droits de l’homme du régime arguant que le pouvoir judiciaire du régime n’est pas obligé d’adhérer aux principes internationaux des droits de l’homme s’ils sont en contradiction avec les propres lois du pays ou avec les l’interprétation ultra-dure du régime de l’islam chiite. Au cours de l’année 2020, au moins cinq autres exécutions de mineurs délinquants ont eu lieu, et il est possible que d’autres n’aient pas été signalées en raison du penchant du régime pour le secret.

Sur les plus de 200 exécutions connues pour avoir eu lieu en Iran jusqu’à présent cette année, seules cinq d’entre elles ont été annoncées via le vaste appareil médiatique d’État du régime. Tous les autres ont été portés à la connaissance des défenseurs des droits humains par des médias indépendants et des militants iraniens locaux. Beaucoup de ces militants ont également souligné l’accélération apparemment continue du rythme des exécutions et ont conclu qu’il s’agissait d’un signe de l’influence émergente du nouveau président du régime.

Ebrahim Raïssi a été choisi à ce poste le 18 juin par le guide suprême Ali Khamenei, l’autorité suprême du régime. Mais la grande majorité de la population a boycotté l’élection truquée pour protester contre les violations graves des droits humains de Raïssi depuis plus de 30 ans. À l’été 1988, il est devenu une figure majeure de la « commission de la mort » de Téhéran qui a supervisé le massacre d’environ 30 000 prisonniers politiques. Fin 2019 et début 2020, en tant que chef du pouvoir judiciaire, Raïssi a également joué un rôle de premier plan dans la répression des manifestations à l’échelle nationale, qui ont vu 1 500 personnes tuées en quelques jours et des milliers d’autres torturées en plusieurs mois.

L’époque de Raïssi en tant que plus haut responsable de l’application des lois du pays a également vu le début de tendances plus larges qui se poursuivent avec la vague actuelle d’exécutions. En plus d’appliquer les peines de mort plus rapidement que les années précédentes, le pouvoir judiciaire de Raïssi a élargi l’application des peines capitales, annulant de fait les réformes antérieures des directives du pays en matière de peines pour les crimes non violents liés à la drogue et prononçant la première peine de mort depuis des années pour une personne accusée uniquement de consommer de l’alcool.

Bien sûr, à la lumière de l’héritage de Raïssi en matière de violations des droits humains, les plus grandes préoccupations concernant sa promotion sont liées à la suppression de la dissidence et à la punition violente des personnes affiliées à des groupes d’opposition comme l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran. Cette organisation a été la cible principale du fatwa que le fondateur du régime Ruhollah Khomeini a utilisée pour préparer le terrain pour le massacre de 1988.

Sur son rôle dans le massacre de 1988 ces dernières années, Raisi a ouvertement défendu la déclaration de Khomeiny selon laquelle l’exécution systématique des membres de l’OMPI fait partie du « commandement de Dieu ».

La secrétaire générale de l’organisation de défense des droits humains, Agnès Callamard, a écrit : « Le fait qu’Ebrahim Raisi ait accédé à la présidence au lieu de faire l’objet d’une enquête pour les crimes contre l’humanité de meurtre, de disparition forcée et de torture est un sombre rappel que l’impunité règne en maître en Iran. »

La semaine dernière, cette impunité a sans doute été renforcée par l’Union européenne lorsqu’elle a envoyé un haut responsable de la politique étrangère pour assister à l’investiture de Raïssi, lui conférant ainsi une légitimité indue et minimisant sa culpabilité pour crimes contre l’humanité.

Comme l’a récemment déclaré le Conseil national de la Résistance iranienne : « Il est temps de renvoyer le bilan épouvantable des mollahs en matière de droits humains de quatre décennies de crimes contre l’humanité au Conseil de sécurité de l’ONU pour l’adoption de mesures concrètes et punitives. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe