mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran: la décision du régime de rouvrir ses activités entraînera immédiatement une...

Iran: la décision du régime de rouvrir ses activités entraînera immédiatement une résurgence de cas de coronavirus

Il a été rapporté mardi que des cas d’infections au coronavirus augmentaient déjà de manière notable dans certains points chauds iraniens, quelques jours seulement après que le régime a adopté un plan pour rouvrir son économie au milieu de la pandémie mondiale. Les autorités du régime ont fait des déclarations incohérentes sur le calendrier et l’étendue de ce plan, mais ont finalement fixé une date limite du 11 avril pour la réouverture des administrations et forçant plutôt les gens à reprendre le travail au lieu de prolonger la date de mise en quarantaine et de les soutenir financièrement.

Les critères du régime pour identifier les emplois à faible risque n’ont jamais été clairement définis. En tout état de cause, il est rapidement devenu évident que le potentiel de distanciation sociale sur le lieu de travail n’était pas le seul facteur important pour déterminer si les travailleurs seraient exposés à un risque sérieux d’infection par un coronavirus lorsqu’ils reprendraient leur routine. La réouverture économique de samedi a coïncidé naturellement avec la reprise des opérations de transport en commun réguliers et les gens ont rapidement mis en ligne des vidéos montrant des rames de métro et des lignes de bus bondées.

Le plein impact de ces tendances de navettage reste à voir, car le nouveau coronavirus peut incuber jusqu’à deux semaines avant de se manifester sous le nom de Covid-19. Ce fait souligne sans doute l’insouciance de la réouverture économique et prouve que les autorités du régime iranien, en particulier son chef suprême Ali Khamenei et le président des mollahs Hassan Rohani, ne se soucient pas de la vie des gens.

Comme l’a dit Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la résistance d’Iran (CNRI): «Pour Khamenei et Rohani, la vie et le bien-être de la population sont sans valeur. Ils veulent seulement protéger leur régime de la menace de soulèvement. La décision pénale d’envoyer des personnes au travail est un crime contre l’humanité et fera un nombre incalculable de victimes de COVID-19 en Iran. »

Cela est typique des déclarations et des actions incohérentes du régime face à l’épidémie de COVID-19. Depuis la première reconnaissance officielle des cas iraniens, les autorités rejettent les appels à la mise en quarantaine des zones et des populations touchées. Pourtant, avant les vacances du Nouvel An iranien, Norouz, qui a commencé le 20 mars et s’est terminée le 2 avril, le régime a chargé le Corps des gardiens de la révolution islamique et la milice Basij de maintenir les points de contrôle et de décourager activement les voyages interurbains et les grands rassemblements. En d’autres termes, le régime a saisi l’opportunité d’augmenter ses mesures d’oppression.

Le régime a été contraint d’annuler les célébrations typiques de Norouz, après avoir précédemment fermé des écoles et renoncé à des rassemblements de prière du vendredi au cours desquels des Imams livraient régulièrement des discours chargés de propagande aux forces du régime pour renforcer leur moral. Mais même ces mesures étaient bien en deçà des fermetures à l’échelle nationale mises en œuvre par d’autres pays de la région environnante et, surtout, ces mesures ont été prises beaucoup trop tard lorsque des dizaines de milliers de personnes ont perdu la vie en raison de la dissimulation du régime.

L’approbation définitive par Rohani de la reprise du travail le 11 avril était sans aucun doute guidée par les déclarations antérieures de Khamenei, l’autorité suprême en matière d’État. Il y a eu peu de signe que Khamenei vacille à la réouverture, comme l’a fait Rohani. Et l’impulsion à donner la priorité à l’activité économique sur la santé publique est cohérente avec son message de Norouz, quand il a déclaré que l’année à venir était «l’année de la stimulation de la production». En d’autres termes, malgré leurs luttes entre factions pour avoir plus de part de pouvoir, tous les responsables du régime sont d’accord sur l’oppression et les mesures antipatriotiques.

Khamenei a prononcé un discours télévisé réitérant ce message le 9 avril, un jour avant la résurgence enregistrée du nombre de morts. Il a ouvertement qualifié l’épidémie de coronavirus de «bénédiction et test» et a tenté de minimiser la crise. Entre-temps, selon l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), plus de 30 000 personnes ont perdu la vie.

En conséquence, les réseaux de propagande du régime tels que Press TV ont commencé à signaler des taux d’infection et des décès encore plus bas immédiatement après la réouverture économique. Selon eux, le ministère de la Santé du régime a fait état de 98 décès dimanche, faisant chuter le total quotidien à deux chiffres pour la première fois depuis le début du mois dernier.

Ces informations sont hautement suspectes, tout comme toutes les déclarations officielles de coronavirus provenant de Téhéran. Dans un flux Instagram en direct, le ministre de la Santé du régime, Saeed Namaki, a tenté de prétendre que le nombre de morts inférieur était le résultat de protocoles de « distanciation intelligente » qui ont été mis en œuvre lorsque les travailleurs «à faible risque» ont repris leur travail.

Pourtant, le nombre total de décès annoncé par l’OMPI pourrait indiquer des taux d’infection encore plus élevés, atteignant des millions. Et cela reflète une crise qui dure depuis bien plus longtemps que ne le reconnaissent les autorités. Alors que la première déclaration officielle concernant les cas de coronavirus a été faite le 19 février, juste avant les élections parlementaires simulées du régime, des documents exposés par le CNRI indiquent que les premiers cas de ce type ont été reconnus au plus tard la dernière semaine de janvier.

La dissimulation initiale du régime a ouvert la voie à une divergence de longue date entre les récits officiels sur l’impact de Covid-19 et les rapports indépendants sur la situation dans les hôpitaux et les ménages iraniens. L’un des premiers efforts pour contredire ouvertement les messages du régime est venu d’un responsable local de la ville de Qom. À une époque où les autorités du régime ne reconnaissaient qu’une dizaine de morts, ce responsable a déclaré qu’au moins 50 personnes étaient déjà décédées de Covid-19 dans sa seule localité.

Peu de temps après, il est devenu clair que Qom était un épicentre pour la propagation du coronavirus, non seulement en Iran mais dans toute la région.

En résumé et compte tenu des faits ci-dessus, le régime n’a pas l’intention d’aider le peuple iranien. Les mollahs continueront leur mensonge et leur tromperie pour prolonger leur domination inquiétante. Comme l’a dit Mme Radjavi: «Aujourd’hui, le changement de régime en Iran est indispensable non seulement à la liberté et à la démocratie en Iran, mais aussi à la santé de chaque individu en Iran et à la protection de leurs maisons, villes et villages contre les catastrophes naturelles. « 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe