lundi, janvier 30, 2023

Fuite des cerveaux en Iran

Fuite des cerveaux en Iran

La liste des Iraniens talentueux quittant l’Iran est interminable : athlètes, scientifiques, médecins, ingénieurs, mathématiciens et désormais lauréats de compétitions scientifiques mondiales. La fuite des cerveaux colossale de l’Iran est due à l’économie dévastée du pays et à un environnement oppressif qui restreint sévèrement les libertés fondamentales et les opportunités pour la jeune génération.

La fuite du capital humain a atteint un point tel que les médias d’État, dont la tâche principale est de couvrir les crimes du régime, reconnaissent certaines statistiques choquantes.

« Nous avons 86 médaillés de l’Olympiade internationale des sciences, dont 82 ou 83 ont émigré« , a déclaré Safdar Hosseinabadi, secrétaire général de l’Association des meilleurs talents d’Iran, selon l’agence de presse officielle Rokna le 23 janvier.

Selon une étude de l’Université de Stanford en avril 2020, la part des émigrants, y compris les migrants permanents et temporaires, a presque triplé en 2018 par rapport à 1979.

Beaucoup de ces émigrants sont des Iraniens éduqués. L’indice de migration nette potentielle de Gallup, mené entre 2015 et 2017, a indiqué qu’un quart des intellectuels et experts iraniens choisiraient de quitter le pays s’ils en avaient la possibilité.

Les gouvernements étrangers accueillent volontiers les expatriés iraniens. De nombreux étudiants qui partent à l’étranger pour poursuivre leurs études ne rentrent jamais chez eux parce qu’ils obtiennent des conditions de travail stables et des libertés individuelles qu’ils ne peuvent pas avoir en Iran.

En novembre 2019, Baqer Larijani, président de la 11e Olympiade scientifique des étudiants en médecine, a reconnu que « chaque année, 150 000 à 180 000 spécialistes formés émigrent du pays, et une planification sérieuse est nécessaire pour utiliser ces capacités dans le pays ».

« L’Iran se classe au deuxième rang mondial en termes de fuite des cerveaux« , a-t-il déclaré, selon le Club des jeunes journalistes, géré par l’État.

Une étude du Fonds monétaire international (FMI) souligne qu’une implication importante de l’exode des cerveaux est que l’investissement dans l’éducation dans un pays en développement peut ne pas conduire à une croissance économique plus rapide si un grand nombre de ses habitants très instruits quittent le pays.

En d’autres termes, le capital humain d’un pays est essentiel à la croissance économique. De nombreux pays envoient leurs citoyens instruits à l’étranger et, une fois de retour, ils comptent sur leurs compétences pour faciliter davantage le développement économique du pays. Ceci, cependant, est le contraire de ce qui se passe en Iran sous le régime des mollahs.

« Malheureusement, nous n’avons pas de plan clair et organisé pour l’important capital humain de notre pays« , a déclaré Bahram Salavati, directeur de l’Observatoire iranien de l’immigration, à l’agence de presse publique Tasnim le 13 octobre 2021.

En effet, les priorités de la théocratie sont singulièrement axées sur la préservation de son pouvoir décrépit et impopulaire. Au lieu de planifier d’utiliser le capital humain de l’Iran de manière productive, le régime est occupé à poursuivre son terrorisme régional, ses missiles balistiques et son programme nucléaire clandestin.

Contrairement à de nombreux autres pays, les talents individuels en Iran ne sont pas traités équitablement et les jeunes manquent de soutien gouvernemental. En fait, le régime détient et emprisonne des étudiants brillants et des individus doués s’ils expriment une quelconque forme de dissidence ou de liberté de pensée. Le cas de deux étudiants d’élite, Ali Younesi et Amir Hossein Moradi, est assez révélateur de la façon dont le régime traite les plus brillants de l’Iran.

Les forces de sécurité du régime ont arrêté Ali et Amir Hossein en avril 2020 pour avoir soutenu le principal groupe d’opposition iranien, l’OMPI. Depuis, ils sont soumis à des tortures physiques et psychologiques inhumaines. Ali Younesi est étudiant en génie informatique à l’Université de technologie Sharif et Amir Hossein Moradi est étudiant en physique dans la même institution d’élite. Ils avaient tous deux participé aux Olympiades internationales des sciences, remportant plusieurs concours. Ali Younesi a remporté l’argent et l’or aux Olympiades nationales d’astronomie en 2016 et 2017, respectivement. Au lycée, il a remporté la médaille d’or avec l’équipe nationale iranienne aux Olympiades mondiales d’astronomie 2018 en Chine. Amir Hossein Moradi a remporté l’argent aux Olympiades nationales d’astronomie de 2017.

Le régime a également réprimé et maltraité d’autres Iraniens notables, y compris des athlètes accomplis. Comment peut-on attendre du respect, de la modernité et de la civilité d’un régime dont l’actuel président, Ebrahim Raïssi, a joué un rôle majeur dans le massacre en 1988 de plus de 30 000 prisonniers politiques ?

L’écrasante majorité des victimes du régime pendant le génocide de 1988 étaient des Iraniens brillants, notamment des étudiants universitaires, des auteurs, des avocats, des médecins et des athlètes de renom. Parmi eux figuraient le Dr Farzin Nosrati, un médecin de 33 ans, le champion national de football Mahshid Razaghi et le capitaine de l’équipe féminine iranienne de volley-ball Forouzan Abdi.

Le Dr Farzin Nosrati a été exécuté en 1988. En plus d’être médecin, il était aussi un athlète. Il a été arrêté en 1981 pour avoir soutenu l’OMPI et a subi des tortures brutales au cours de sa longue incarcération. Mais il ne s’est jamais incliné devant la théocratie au pouvoir en Iran. En 1988, la soi-disant «Commission de la mort», dont Raïssi était membre, a condamné le Dr Nosrati à l’exécution.

En effet, la liste de plus de 120 000 martyrs de la liberté au cours des quatre dernières décennies en Iran regorge des noms d’une génération énergique, brillante, éduquée et progressiste qui a cherché à reconstruire l’Iran après la révolution. Leur seul crime était de défendre la liberté et la démocratie face au régime fondamentaliste despotique des mollahs.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe