mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsDes appels internationaux croissants pour enquêter sur le massacre de 1988 en...

Des appels internationaux croissants pour enquêter sur le massacre de 1988 en Iran

Le Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées s’est joint à l’appel à une enquête internationale sur le massacre de 1988. « Le Groupe de travail réitère les préoccupations exprimées au sujet de la dissimulation continue des lieux de sépulture des personnes disparues de force et qui auraient été exécutées entre juillet et septembre 1988 à travers l’Iran. Le Groupe de travail rappelle qu’une disparition forcée se poursuit jusqu’à ce que le sort et l’endroit où se trouvent les personnes concernées soient établis et se joint à l’appel pour une enquête internationale sur cette affaire », indique le rapport.

Au cours de l’été 1988, plus de 30 000 prisonniers politiques ont été exécutés. La plupart des victimes étaient des membres et sympathisants de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK).

Récemment, la Résistance iranienne a organisé une conférence qui a porté l’attention sur ce massacre rappelés par ses survivants et sur les questions juridiques s’y rapportant.

La conférence a réuni plus de 1 000 anciens prisonniers politiques et témoins des exécutions massives du régime, dont beaucoup se sont adressés à un public mondial via le flux vidéo en direct.

Iran: A Fatwa Which Took the Life of 30,000 Political Prisoners in 1988 Massacre

Ils étaient accompagnés de divers décideurs politiques et juristes européens, qui ont donné un aperçu du rôle que les gouvernements et les systèmes judiciaires occidentaux pourraient jouer pour traduire en justice les principaux auteurs du massacre, y compris l’actuel président du régime, Ebrahim Raïssi.

Alors que le nombre estimé de victimes du massacre de 1988 est supérieur à 30 000, un témoin oculaire du massacre qui a fourni un témoignage vidéo au CNRI avant la conférence de vendredi a même suggéré qu’il s’agissait d’une estimation prudente.

Mahmoud Royaei a noté que « dans certaines prisons, il n’y avait absolument aucun survivant pour témoigner sur les événements », ce qui signifie que Téhéran aurait été libre de sous-estimer le nombre de personnes détenues dans ces prisons avant le massacre. Dans le même temps, le vice-ministre du renseignement au moment du massacre, Reza Malek, a mentionné que les commissions de la mort avaient ciblé 33 700 personnes, dont presque toutes étaient membres de l’OMPI.

La Résistance iranienne a longtemps exhorté la communauté internationale à déterminer l’ampleur exacte du massacre en lançant une commission d’enquête officielle des Nations Unies. Une telle enquête permettrait sans aucun doute d’établir également l’identité des principaux participants au massacre. Mais le témoignage de la conférence de vendredi et les vidéos précédentes soulignent le fait que les principaux participants ont été identifiés depuis longtemps.

La dernière poussée en faveur de la responsabilité a été motivée en grande partie par l’ascension d’Ebrahim Raïssi à la présidence, et de nombreux orateurs à la conférence ont dûment souligné l’idée que les nations occidentales ont une responsabilité plus forte que jamais de traduire ces personnalités en justice.

Juste avant le massacre, Raïssi était procureur adjoint de Téhéran lorsqu’il a été appelé à siéger à la commission de la mort de Téhéran qui superviserait la mise en œuvre de la fatwa de Ruhollah Khomeini visant l’OMPI. Des témoins oculaires se souviennent qu’il a joué un rôle de premier plan dans de nombreuses procédures, au cours desquelles il a régulièrement prononcé des condamnations à mort en l’espace de quelques minutes, clôturant le dossier d’un prisonnier politique et passant rapidement au suivant. Son engagement envers les exécutions de masse a finalement conduit Khomeiny à étendre sa juridiction au-delà de Téhéran à plusieurs autres villes, afin de corriger la soi-disant «faiblesse du système judiciaire».

La conférence de vendredi a servi à renforcer la reconnaissance internationale des antécédents criminels de Raïssi en soulignant que son adhésion enthousiaste au massacre faisait de lui un complice non seulement de crimes contre l’humanité, mais aussi de génocide. L’avocat britannique et expert des droits de l’homme Geoffrey Robertson QC, pour sa part, a déclaré à la conférence que les motifs religieux derrière la fatwa de Khomeini soutenaient l’idée de qualifier le massacre de génocide et de poursuivre ses auteurs en conséquence.

Robertson a expliqué qu’un incident s’élève au niveau de génocide s’il implique « tuer ou causer des dommages mentaux ou physiques graves aux membres d’un groupe racial ou religieux » avec l’intention de détruire ou de déplacer complètement ce groupe. « Le groupe religieux que le régime iranien avait l’intention de détruire était celui qui avait une vision différente de l’islam », a ajouté Robertson.

The 1988 Massacre of Political Prisoners in Iran: Eyewitness Accounts, Asghar Mehdizadeh

Vidéo : Le massacre de 1988 des prisonniers politiques en Iran : le témoignage d’Asghar Mehdizadeh
Eric David, professeur de droit international belge, a appuyé cette idée. Le massacre de 1988, a-t-il soutenu, « est en effet un crime de génocide parce que ces personnes ont été tuées parce qu’elles appartenaient à un courant de l’islam que le régime des mollahs contestait ». Il a été rapporté que 90 pour cent des victimes du massacre étaient affiliées à l’OMPI. Le massacre de 1988 faisait partie d’une stratégie plus large d’application de la vision fondamentaliste de l’islam qui sous-tendait la dictature théocratique du régime.

La présidente de l’opposition iranienne, Maryam Radjavi, a souligné cette stratégie inquiétante dans son discours avant la conférence de vendredi. « La fatwa de Khomeini était un décret explicite pour exécuter tous les moudjahidine qui sont restés inébranlables dans leurs convictions », a-t-elle déclaré. « [Mais] l’objectif du régime va bien au-delà de l’exécution de plusieurs milliers. C’est l’effacement d’une génération, d’une idéologie et d’hommes et de femmes qui ont rejeté l’extrémisme religieux sous couvert de l’Islam et ont défendu la liberté et la dignité humaines. »

Robertson, David et d’autres ont indiqué que si cette idéologie réprimée – l’idéologie de l’islam modéré – peut être identifiée comme une catégorie religieuse en soi, alors il sera facile de faire valoir que Raïssi, d’autres hauts responsables et, finalement, tout le régime iranien est coupable de génocide ainsi que de crimes contre l’Humanité. De plus, les experts juridiques ont souligné qu’une fois que cette affaire a été présentée avec succès à la communauté internationale, il incombe à toutes les nations qui ont ratifié la Convention sur le génocide de prendre des mesures en faveur de la responsabilité et de la dissuasion des personnes soupçonnées du crime.

La conférence de vendredi a préconisé la formation d’une commission d’enquête de l’ONU pour remplir cette responsabilité internationale et ouvrir la voie à la poursuite des principaux auteurs devant la Cour pénale internationale. Comme alternative, il a souligné le principe de « compétence universelle », qui permet à tout pouvoir judiciaire d’engager des poursuites dans sa propre juridiction pour quiconque est accusé d’avoir commis des crimes internationaux graves dans une autre juridiction où il est peu probable qu’il soit tenu responsable.

Ce principe est actuellement mis à l’épreuve en Suède, où un participant de niveau inférieur au massacre de 1988 est poursuivi pour crimes de guerre et meurtre de masse. Il s’agit du premier procès du genre, mais il ouvrira la voie à d’autres pays pour exécuter des mandats d’arrêt similaires à celui qui a conduit à la détention de Noury en 2019.

De nombreux défenseurs des droits humains et survivants du massacre de 1988 ont été bouleversés d’apprendre qu’Ebrahim Raïssi prendrait le contrôle de la présidence. Amnesty International l’a décrit comme un « sombre rappel que l’impunité règne en maître en Iran ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe