mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsDr. Mohammad Maleki : Le massacre de 1988 en Iran a fait...

Dr. Mohammad Maleki : Le massacre de 1988 en Iran a fait beaucoup plus de victimes que le régime ne le prétend

Dr. Mohammad Maleki : Le massacre de 1988 en Iran a fait beaucoup plus de victimes que le régime ne le prétend

CNRI – Le premier chancelier de l’Université de Téhéran après la révolution de 1979 a affirmé que les estimations fournies par certains responsables du régime iranien sur le nombre de prisonniers politiques qui ont été exécutés pendant le massacre de 1988 en Iran sont beaucoup trop faibles.

Dr Mohammad Maleki a publié cette déclaration après la fuite d’un enregistrement audio datant de 1988, avec Hossein-Ali Montazeri, ancien héritier de Khomeiny, qui a reconnu que le régime avait connaissance du massacre et l’a orchestré.

La majorité des victimes était des prisonniers politiques du principal groupe d’opposition iranien, l’Organisation des moudjahidines du peuple d’Iran (PMOI ou MEK).

Le texte de l’allocution de M. Maleki a été largement diffusé sur les sites web en langue persane.

Dr Maleki a déclaré : « J’ai des preuves qui apportent des informations sur un grand nombre de personnes exécutées. Les 4000 à 5000 exécutions annoncées par Montazeri et d’autres ne se réfèrent qu’aux exécutions qui ont eu lieu à Téhéran alors que le massacre de 1988 a également eu lieu dans d’autres villes et même dans des villages. »

Il a cité Reza Malek, un ancien haut fonctionnaire du ministère des Renseignements (Vevak) du régime, qui a affirmé que le nombre de prisonniers politiques affiliés à l’OMPI qui a été exécuté était de plus de 30 000 personnes.

M. Maleki a affirmé : « plus de 30 000 d’entre eux provenaient de l’OMPI, et deux à trois mille étaient affiliés à d’autres groupes. Je tiens ce chiffre d’une source qui est encore en vie. »

Le Dr Maleki, 83 ans, est un militant des droits de l’homme qui a été arrêté et emprisonné par le régime iranien à plusieurs reprises et qui a l’interdiction de quitter le pays.

En novembre dernier il a publiquement condamné l’attaque brutale du camp Liberty qui a eu lieu le 29 octobre 2015 contre les membres de l’OMPI (MEK) en Irak, durant laquelle 24 personnes ont été tuées et des dizaines ont été blessées.

En décembre, il a publiquement affirmé que les victimes de l’attaque au lance-roquette du camp Liberty surmonteraient tous les obstacles et poursuivraient avec toujours plus de force leur résistance contre le régime des mollahs, ajoutant qu’ils « cherchent la liberté du berceau à la tombe. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe