mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceDes parlementaires jordaniens appellent à la libération des 36 résidents d’Achraf

Des parlementaires jordaniens appellent à la libération des 36 résidents d’Achraf

Nariman Al-RoussanCNRI – Vingt députés jordaniens viennent de signer une déclaration demandant la libération urgente des 36 résidents d’Achraf retenus en otage par les forces irakiennes. La chaîne d’opposition iranienne Simaye-Azadi a interviewé deux d’entre eux, Nariman al-Roussan et M. Mohammed Al-Hadj Mohammed :

Question : Quel est l’objectif de cet appel et à qui s’adresse cette déclaration ?
M. Mohammed Al-Hadj Mohammed : Cette déclaration est un appel à la libération des 36 résidents d’Achraf emprisonnés, qui sont des réfugiés iraniens. Elle a été signée par vingt députés jordaniens. En fait ils sont bien plus nombreux à vouloir la signer mais je pas encore eu l’occasion de les rencontrer. Cette déclaration est tout d’abord une réponse à l’appel du comité arabo-islamique en défense d’Achraf et un appel aux consciences à travers le monde et une demande à toute personne éprise de liberté en Irak et hors d’Irak d’intervenir pour faire libérer ces 36 détenus. Ces derniers n’ont commis aucun délit et n’ont pas troublé l’ordre public. Ce ne sont que des réfugiés sans armes qui vivaient dans leur camp.

Question : quels sont les objectifs du comité arabo-islamique qui a été créé ?
M. Mohammed Al-Hadj Mohammed :
ce comité est présidé par Sid Ahmed Ghozali, ancien Premier ministre algérien, et nous avons participé à la réunion qui a vu sa fondation. D’autres personnalités arabes et musulmanes y participaient. Le but du comité est évident et figure en termes clairs dans sa déclaration : D’abord la nécessité de mettre fin au blocus des résidents d’Achraf. Ce sont des personnes qui ont quitté leur pays et qui doivent être en mesure de mener au moins une vie normale, en tant que civils et réfugiés, conformément aux conventions internationales. Elles ne doivent faire l’objet d’aucune attaque parce que ce sont des réfugiés sans armes. Ce comité demande la libération des 36 prisonniers parce qu’ils ont été arrêtés injustement et illégalement et qu’ils n’ont commis aucun délit. La justice elle-même a prononcé leur remise en liberté et les a jugés innocents par conséquent, l’objectif est humanitaire et apporte son soutien aux réfugiés du camp d’Achraf.

Question : Quel était l’objectif de cette initiative ?
Mme Nariman Al-Roussan : Je dois dire tout d’abord, qu’en tant que députés jordaniens, nous soutenons nos frères et nos sœurs du camp d’Achraf. Ce qui s’est passé est à nos yeux une grande tragédie, surtout pour nous qui vivons dans une région arabe et qui connaissons aussi le problème de nos frères palestiniens. C’est pourquoi nous nous sentons solidaires de ceux qui se trouvent à Achraf. Ils sont sans armes et sans protection. Ce qui s’est passé à Achraf est une tragédie humaine. Une tragédie qui fait honte à tous, quelles que soient ses racines, arabes ou non arabes, parce qu’elle touche des personnes sans armes. C’est pour cela qu’avec des collègues du parlement jordanien nous avons répondu à cet appel et nous avons entrepris des démarches pour répondre aux requêtes des Achrafiens.

Question : Dans votre intervention lors de la création du comité arabo-islamique en défense d’Achraf, vous avez évoqué les mille femmes Moudjahidine musulmanes d’Achraf.  A votre avis quelle mesure urgente faut-il adopter pour leur protection ?

Mme Nariman Al-Roussan : je salue toutes les femmes qui se trouvent à Achraf et je leur dis de tenir bon et que Dieu est aux côtés de ceux qui persévèrent. Voilà des dizaines d’années que vous vous sacrifiez et que vous défendez les principes dans lesquels vous croyez. Les conditions difficiles que vous connaissez aujourd’hui doivent prendre fin, la justice doit éclater et vous devez obtenir vos droits. Ce n’est pas parce que je suis une femme que je me sens solidaire de ces femmes, des femmes qui protègent une ville entière, mais parce que je soutiens les principes qu’elles défendent. Je considère comme une honte que des forces irakiennes, des forces arabes et musulmanes, attaquent leurs sœurs qui sont les hôtes du peuple irakien. Cela fait des dizaines d’années qu’elles sont sur leur territoire, officiellement protégées. Ils ne sont pas autorisés à remettre en question cette situation juridique, pour des raisons politiques. Je considère que ces femmes ont été confiées au peuple irakien jusqu’à leur retour dans leur pays, jusqu’à leur victoire avec l’instauration de la démocratie et d’une vie digne et pour lesquelles elles se sont battues pendant des dizaines d’années.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe