lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsDes médecins iraniens se penchent sur l'épidémie du Coronavirus en Iran

Des médecins iraniens se penchent sur l’épidémie du Coronavirus en Iran

Des médecins iraniens se penchent sur l'épidémie du Coronavirus en Iran Par Sedighe Shahrokhi  Plus de 20 médecins et spécialistes médicaux de sept pays et trois continents ont participé dimanche 15 mars à une conférence internationale sur Internet axée sur la crise du coronavirus en Iran et la réaction du régime des mollahs qui a cherché à minimiser et caché l’ampleur de la crise pour des considérations politiques et électorales. Les experts ont examiné l'ampleur de l'épidémie du Coronavirus en Iran, la réaction du régime face à la situation et la solution pour résoudre les problèmes fondamentaux du peuple. Dr. Firouz Daneshgari, président du département d'urologie, University Hospitals Cleveland Medical Center : « Nous allons discuter de la politique du régime iranien face à la crise du Coronavirus. Nous savons que l'Iran a eu le plus grand nombre de décès dans le monde, et cela selon les rapports de la population », a déclaré le Dr Firouz Daneshgari, professeur de chirurgie urologique aux États-Unis. Dr. Omid Sadeghpour, médecin de santé publique en Australie « Les politiques que le régime en Iran a mises en œuvre après l'apparition des premiers cas COVID-19 dans le pays ont mis en danger la population. Le premier cas a été identifié au début du mois de février. Cependant, le gouvernement a refusé d'annuler le rassemblement pro-régime du 11 février et les élections législatives fictives du 21 février », a déclaré le Dr Omid Sadeghpour, médecin de santé publique en Australie. « Il n'y a aucun doute sur l'incompétence du régime. L'Australie a mis en place des mesures pour réduire l'impact du virus. Elle impose une quarantaine de 14 jours à tous ceux qui arrivent dans le pays en provenance de l'étranger. Les manifestations sportives ont été annulées. L'assainissement est encouragé. Le gouvernement alloue également 750 dollars à toute personne qui n'a pas les moyens de payer les mesures d'hygiène », a ajouté le Dr Sadeghpour. Dr Ashraf Zadshir, spécialiste du VIH et de l'hépatite aux États-Unis - 15 mars 2020 « Dans le monde entier, les gouvernements ont fait de la lutte contre le coronavirus et de la réduction de l'exposition de la population à ce virus leur priorité absolue. Mais en Iran, la première réaction du régime a été de cacher des informations, de la dissimuler et de ne pas isoler la ville de Qom, le point zéro en Iran », a déclaré le Dr Zadshir, spécialiste du VIH et de l'hépatite aux États-Unis. « La mauvaise gestion des fournitures médicales due à la corruption des Gardiens de la révolution (pasdaran) et aux filiales de Khamenei [le Guide Suprême du régime iranien] a provoqué une augmentation et une propagation dramatiques du virus et du taux de mortalité. » « La seule chose qui compte pour ce régime, c'est de garder la mainmise sur le pouvoir. La vie du peuple n'a aucune valeur pour les mollahs. Le peuple iranien a subi les plus grands dommages et les plus grandes pertes en raison de la guerre et des problèmes intérieurs, de la pauvreté, du chômage et des maladies comme vous le voyez aujourd'hui », a souligné le Dr Zadshir.  Quelle est la solution ? « Je crois que la première et la plus importante des mesures à prendre est de retirer et de mettre à la porte des hôpitaux iraniens les membres des pasdaran et de Khamenei. Les fournitures médicales doivent être retirées de l'emprise des pasdaran et mises à la disposition du public », a déclaré le Dr Zadshir. Le Dr Zadshir a également rappelé que la communauté internationale et les organisations de santé ont l'obligation de soutenir le peuple iranien et le personnel médical qui sont en première ligne dans la lutte contre la pandémie de COVID-19. « L'Organisation mondiale de la santé (OMS) doit particulièrement aider le peuple iranien et les infirmières et médecins », a-t-elle déclaré. Dr Michael Lederman, spécialiste des infections aux États-Unis - 15 mars 2020 « Même si vous n'avez pas un impact majeur sur le nombre de cas, si vous les voyez pendant plusieurs mois, les hôpitaux pourront fournir des soins de façon régulière. Il existe de nombreuses politiques qui peuvent aider », a déclaré le Dr Michael Lederman, spécialiste des infections aux États-Unis. « Nous conseillons aux citoyens de se laver les mains, de ne pas se serrer la main, de se couvrir lorsqu'ils toussent et de se distancer socialement, car le virus est très probablement transporté par des gouttelettes de toux, d'éternuement et de respiration. » « Au niveau national, il est important d'annuler les grands événements. Il est absolument important que les travailleurs de la santé soient protégés », a-t-il ajouté. « Je ne vois aucune justification à l'hypothèse [de l'attaque biologique]. C'est un virus de chauve-souris qui est passé par un hôte intermédiaire. Il a été prédit lors d'épidémies précédentes... Il est évident que pour faire face à une crise comme celle-ci, il faut intervenir à plusieurs niveaux, et il faut viser à préserver la santé des citoyens. Les politiques de l'Iran ne sont pas compatibles avec cet objectif », a conclu le Dr. Lederman. Le Dr Ali Zahedi en Australie - 15 mars 2020 « Hassan Rohani, président du régime, a affirmé qu'il ne croyait pas aux quarantaines et aux moyens modernes de lutte contre le virus et la distanciation sociale. Le message que je reçois de l'intérieur de l'Iran est que cela ne se produit pas. Malheureusement, le régime a militarisé la situation. Je n'ai vu aucune mesure de prévention avancée », a déclaré le Dr Ali Zahedi en Australie. « Nous connaissons le comportement du régime en Iran. Ils comparent les catastrophes à d'autres catastrophes ailleurs dans le monde. Ce faisant, le régime ne se soucie pas vraiment du fait que le virus se propage dans tout le pays et tue des gens, surtout ceux qu'il considère comme des non-croyants. Ce régime n'a pas de feuille de route pour gérer cette crise. » Dr. Saeid Sajadi, spécialiste en médecine interne aux États-Unis - 15 mars 2020 « Dans toutes les situations, c'est le gouvernement qui fournit les chiffres réels sur la propagation de l'épidémie et le nombre de décès. Mais l'Iran est un cas particulier. Le régime considère le peuple comme son principal ennemi. Comment peut-il fournir des chiffres au peuple ? Le régime craint également que des informations exactes ne provoquent des troubles civils. Le quotidien officiel Resalat a publié un rapport qui dit qu'en ce qui concerne le nombre d'infirmières infectées, nous ne pouvons pas révéler les chiffres réels. Ces chiffres sont liés à la sécurité. Même les superviseurs des hôpitaux ne reçoivent pas de statistiques. Comment pouvons-nous faire confiance aux chiffres que ce gouvernement fournit », a demandé le Dr Saeid Sajadi, un chirurgien américain. « La principale préoccupation de ce régime est sa survie. La question n'est pas le virus ou les problèmes de santé. Quoi qu'il fasse, c'est de gérer les risques pour sa survie. En ce moment, le peuple iranien est confronté à deux menaces. L'une est le régime, et l'autre est le virus. Le virus exige de prendre ses distances. Mais pour faire face au virus principal, le régime, ils doivent se réunir. C'est à cela qu'ils ont besoin d'une solution », a poursuivi le Dr Sajadi. « Le régime des mollahs essaie de mettre en place certaines institutions qui aideront à supprimer le peuple. En répandant le virus, le régime veut peut-être insuffler la peur au peuple et l'amener à s'éloigner les uns des autres et à répandre la peur », a-t-il conclu. Dr Nariman Ardalan, épidémiologiste en Italie - 15 mars 2020 « Dans tous les pays du monde, ils confient la responsabilité à des spécialistes. Le fait que le régime ait donné un tel pouvoir à un commandant des pasdaran signifie seulement qu'il veut contrôler l'Iran et chaque ville. C'est une crise sociale et nationale », a déclaré le Dr Nariman Nariman, un épidémiologiste italien. « Le régime sait que l'indignation du peuple explosera un jour et qu'il demandera des comptes aux responsables. C'est pourquoi le régime a établi une loi martiale et a envoyé des forces militaires dans les rues de chaque ville », a expliqué le Dr Nariman. « Le fait que les militaires aient été chargés de contrôler la situation montre que le régime ne cherche qu'à assurer sa propre survie. » Dr. Siamak Baba Ahmadi, cardiologue en Allemagne - 15 mars 2020 « Compte tenu des victimes de ce virus, le régime utilise beaucoup de ressources pour développer des armes biologiques. Le régime n'utilisera pas ses ressources pour renforcer le système de santé », a déclaré le Dr Siamak Baba Ahmadi, cardiologue en Allemagne. À la fin de la conférence sur Internet, les experts ont discuté d'une lettre commune signée par 100 médecins et envoyée au directeur de l'OMS. La lettre a également été mentionnée lors d'une réunion d'information tenue à l'Association des Correspondants Accrédités auprès des Nations Unies (ACANU) le 12 mars 2020. « Nous recherchons un soutien international pour attirer l'attention de l'Organisation mondiale de la santé et d'autres organisations responsables. Ce qui se passe en Iran n'est rien d'autre qu'un génocide. Le régime n'a fait que mettre ses installations à la disposition de ses propres fonctionnaires et forces », a déclaré le Dr Daneshgari. « Notre groupe de médecins a un rôle important à jouer en Iran et à l'étranger. C'est l'une des situations médicales les plus critiques en Iran et dans le monde », a-t-il ajouté.

Par Sedighe Shahrokhi

Plus de 20 médecins et spécialistes médicaux de sept pays et trois continents ont participé dimanche 15 mars à une conférence internationale sur Internet axée sur la crise du coronavirus en Iran et la réaction du régime des mollahs qui a cherché à minimiser et caché l’ampleur de la crise pour des considérations politiques et électorales.

Les experts ont examiné l’ampleur de l’épidémie du Coronavirus en Iran, la réaction du régime face à la situation et la solution pour résoudre les problèmes fondamentaux du peuple.

Dr. Firouz Daneshgari, président du département d’urologie, University Hospitals Cleveland Medical Center :
« Nous allons discuter de la politique du régime iranien face à la crise du Coronavirus. Nous savons que l’Iran a eu le plus grand nombre de décès dans le monde, et cela selon les rapports de la population », a déclaré le Dr Firouz Daneshgari, professeur de chirurgie urologique aux États-Unis.

Dr. Omid Sadeghpour, médecin de santé publique en Australie

« Les politiques que le régime en Iran a mises en œuvre après l’apparition des premiers cas COVID-19 dans le pays ont mis en danger la population. Le premier cas a été identifié au début du mois de février. Cependant, le gouvernement a refusé d’annuler le rassemblement pro-régime du 11 février et les élections législatives fictives du 21 février », a déclaré le Dr Omid Sadeghpour, médecin de santé publique en Australie.

« Il n’y a aucun doute sur l’incompétence du régime. L’Australie a mis en place des mesures pour réduire l’impact du virus. Elle impose une quarantaine de 14 jours à tous ceux qui arrivent dans le pays en provenance de l’étranger. Les manifestations sportives ont été annulées. L’assainissement est encouragé. Le gouvernement alloue également 750 dollars à toute personne qui n’a pas les moyens de payer les mesures d’hygiène », a ajouté le Dr Sadeghpour.

Dr Ashraf Zadshir, spécialiste du VIH et de l’hépatite aux États-Unis – 15 mars 2020

« Dans le monde entier, les gouvernements ont fait de la lutte contre le coronavirus et de la réduction de l’exposition de la population à ce virus leur priorité absolue. Mais en Iran, la première réaction du régime a été de cacher des informations, de la dissimuler et de ne pas isoler la ville de Qom, le point zéro en Iran », a déclaré le Dr Zadshir, spécialiste du VIH et de l’hépatite aux États-Unis. « La mauvaise gestion des fournitures médicales due à la corruption des Gardiens de la révolution (pasdaran) et aux filiales de Khamenei [le Guide Suprême du régime iranien] a provoqué une augmentation et une propagation dramatiques du virus et du taux de mortalité. »

« La seule chose qui compte pour ce régime, c’est de garder la mainmise sur le pouvoir. La vie du peuple n’a aucune valeur pour les mollahs. Le peuple iranien a subi les plus grands dommages et les plus grandes pertes en raison de la guerre et des problèmes intérieurs, de la pauvreté, du chômage et des maladies comme vous le voyez aujourd’hui », a souligné le Dr Zadshir.

Quelle est la solution ?
« Je crois que la première et la plus importante des mesures à prendre est de retirer et de mettre à la porte des hôpitaux iraniens les membres des pasdaran et de Khamenei.

Les fournitures médicales doivent être retirées de l’emprise des pasdaran et mises à la disposition du public », a déclaré le Dr Zadshir.

Le Dr Zadshir a également rappelé que la communauté internationale et les organisations de santé ont l’obligation de soutenir le peuple iranien et le personnel médical qui sont en première ligne dans la lutte contre la pandémie de COVID-19. « L’Organisation mondiale de la santé (OMS) doit particulièrement aider le peuple iranien et les infirmières et médecins », a-t-elle déclaré.

Dr Michael Lederman, spécialiste des infections aux États-Unis – 15 mars 2020

« Même si vous n’avez pas un impact majeur sur le nombre de cas, si vous les voyez pendant plusieurs mois, les hôpitaux pourront fournir des soins de façon régulière. Il existe de nombreuses politiques qui peuvent aider », a déclaré le Dr Michael Lederman, spécialiste des infections aux États-Unis. « Nous conseillons aux citoyens de se laver les mains, de ne pas se serrer la main, de se couvrir lorsqu’ils toussent et de se distancer socialement, car le virus est très probablement transporté par des gouttelettes de toux, d’éternuement et de respiration. »

« Au niveau national, il est important d’annuler les grands événements. Il est absolument important que les travailleurs de la santé soient protégés », a-t-il ajouté. « Je ne vois aucune justification à l’hypothèse [de l’attaque biologique]. C’est un virus de chauve-souris qui est passé par un hôte intermédiaire. Il a été prédit lors d’épidémies précédentes… Il est évident que pour faire face à une crise comme celle-ci, il faut intervenir à plusieurs niveaux, et il faut viser à préserver la santé des citoyens. Les politiques de l’Iran ne sont pas compatibles avec cet objectif », a conclu le Dr. Lederman.

Le Dr Ali Zahedi en Australie – 15 mars 2020

« Hassan Rohani, président du régime, a affirmé qu’il ne croyait pas aux quarantaines et aux moyens modernes de lutte contre le virus et la distanciation sociale. Le message que je reçois de l’intérieur de l’Iran est que cela ne se produit pas. Malheureusement, le régime a militarisé la situation. Je n’ai vu aucune mesure de prévention avancée », a déclaré le Dr Ali Zahedi en Australie.

« Nous connaissons le comportement du régime en Iran. Ils comparent les catastrophes à d’autres catastrophes ailleurs dans le monde. Ce faisant, le régime ne se soucie pas vraiment du fait que le virus se propage dans tout le pays et tue des gens, surtout ceux qu’il considère comme des non-croyants. Ce régime n’a pas de feuille de route pour gérer cette crise. »

Dr. Saeid Sajadi, spécialiste en médecine interne aux États-Unis – 15 mars 2020

« Dans toutes les situations, c’est le gouvernement qui fournit les chiffres réels sur la propagation de l’épidémie et le nombre de décès. Mais l’Iran est un cas particulier. Le régime considère le peuple comme son principal ennemi. Comment peut-il fournir des chiffres au peuple ? Le régime craint également que des informations exactes ne provoquent des troubles civils. Le quotidien officiel Resalat a publié un rapport qui dit qu’en ce qui concerne le nombre d’infirmières infectées, nous ne pouvons pas révéler les chiffres réels. Ces chiffres sont liés à la sécurité. Même les superviseurs des hôpitaux ne reçoivent pas de statistiques. Comment pouvons-nous faire confiance aux chiffres que ce gouvernement fournit », a demandé le Dr Saeid Sajadi, un chirurgien américain.

« La principale préoccupation de ce régime est sa survie. La question n’est pas le virus ou les problèmes de santé. Quoi qu’il fasse, c’est de gérer les risques pour sa survie. En ce moment, le peuple iranien est confronté à deux menaces. L’une est le régime, et l’autre est le virus. Le virus exige de prendre ses distances. Mais pour faire face au virus principal, le régime, ils doivent se réunir. C’est à cela qu’ils ont besoin d’une solution », a poursuivi le Dr Sajadi.

« Le régime des mollahs essaie de mettre en place certaines institutions qui aideront à supprimer le peuple. En répandant le virus, le régime veut peut-être insuffler la peur au peuple et l’amener à s’éloigner les uns des autres et à répandre la peur », a-t-il conclu.

Dr Nariman Ardalan, épidémiologiste en Italie – 15 mars 2020

« Dans tous les pays du monde, ils confient la responsabilité à des spécialistes. Le fait que le régime ait donné un tel pouvoir à un commandant des pasdaran signifie seulement qu’il veut contrôler l’Iran et chaque ville. C’est une crise sociale et nationale », a déclaré le Dr Nariman Nariman, un épidémiologiste italien.

« Le régime sait que l’indignation du peuple explosera un jour et qu’il demandera des comptes aux responsables. C’est pourquoi le régime a établi une loi martiale et a envoyé des forces militaires dans les rues de chaque ville », a expliqué le Dr Nariman. « Le fait que les militaires aient été chargés de contrôler la situation montre que le régime ne cherche qu’à assurer sa propre survie. »

Dr. Siamak Baba Ahmadi, cardiologue en Allemagne – 15 mars 2020

« Compte tenu des victimes de ce virus, le régime utilise beaucoup de ressources pour développer des armes biologiques. Le régime n’utilisera pas ses ressources pour renforcer le système de santé », a déclaré le Dr Siamak Baba Ahmadi, cardiologue en Allemagne.

À la fin de la conférence sur Internet, les experts ont discuté d’une lettre commune signée par 100 médecins et envoyée au directeur de l’OMS. La lettre a également été mentionnée lors d’une réunion d’information tenue à l’Association des Correspondants Accrédités auprès des Nations Unies (ACANU) le 12 mars 2020.

« Nous recherchons un soutien international pour attirer l’attention de l’Organisation mondiale de la santé et d’autres organisations responsables. Ce qui se passe en Iran n’est rien d’autre qu’un génocide. Le régime n’a fait que mettre ses installations à la disposition de ses propres fonctionnaires et forces », a déclaré le Dr Daneshgari.

« Notre groupe de médecins a un rôle important à jouer en Iran et à l’étranger. C’est l’une des situations médicales les plus critiques en Iran et dans le monde », a-t-il ajouté.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe