jeudi, février 2, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireDes exilés accusent l'Iran de travailler sur des détonateurs

Des exilés accusent l’Iran de travailler sur des détonateurs

Abrichamchi, 24 septembre Par Edward Cody
 
The Washington Post, Paris, 24 septembre – Un groupe d'Iraniens en exil, a déclaré jeudi avoir identifié deux sites précédemment inconnus, près de Téhéran, où il dit que les scientifiques iraniens mènent des recherches et cherchent à fabriquer des détonateurs pour des armes nucléaires.

L'allégation, venant des Moudjahidine du peuple (OMPI) basés à Paris, visait à renforcer l’affirmation de longue date des exilés que le gouvernement iranien, malgré ses dénégations répétées, a un programme actif pour développer un arsenal nucléaire sous l'égide du ministère de la Défense et du Corps des Gardiens de la Révolution.

L'annonce a été programmée pour coïncider avec la venue du président Mahmoud Ahmadinejad lors de l'Assemblée générale des Nations Unies et avec une plus grande pression des États-Unis et d'autres grandes puissances sur l'Iran pour permettre l'inspection complète de ses installations liées au nucléaire par l'Agence internationale de l'énergie atomique.

Il n'y avait aucun moyen de confirmer l'authenticité de l'allégation de jeudi. Mais les informations précédentes de l’OMPI ont donné aux organismes de renseignement occidentaux des informations sur certaines activités nucléaires iraniennes ou ont fourni des détails sur les sites de recherches.

Mehdi Abrichamchi, un militant de l’OMPI, a déclaré que, pour autant qu'il sache, aucun gouvernement occidental n’était au courant de l'existence de ces deux sites.

Comme l'a fait Ahmadinejad lors d’interviews mercredi, l'Iran a nié à plusieurs reprises son désir de se doter d’armes nucléaires et affirme que son programme nucléaire est destiné à un usage pacifique de l'énergie. Selon les déclarations des responsables iraniens, les activités liées à la fabrication d'armes nucléaires ont été arrêtées il y a plusieurs années.

Mais M. Abrichamchi dit que les deux sites abritent des programmes conçus pour la recherche et produisent des détonateurs hautement explosifs pour des bombes atomiques.

L'information provient de « dizaines de sources à différents niveaux de divers organes du régime iranien » et a été recoupée avec des dizaines d'autres, a-t-il déclaré.

Abrichamchi, un haut responsable du Conseil national de la Résistance iranienne, une coalition dirigée par l’OMPI, dit que les deux sites font partie d'un complexe dénommé METFAZ – l'acronyme du persan pour Centre de recherche pour l'explosion et l'impact – qui est apparemment en opération depuis plusieurs années, sous le commandement du ministère de la Défense.

Le premier site, un établissement de recherche et administratif dans l'est de Téhéran, a été acheté par le ministère de la Défense sous le nom de Massoud Sadighi Divani, un haut fonctionnaire du ministère, a dit M. Abrichamchi. À l'intérieur, les scientifiques procèdent à des simulations informatiques et autres expériences dans le but de parvenir à une conception efficace pour un l'impact hautement explosif et des dispositifs de pénétration qui pourraient servir à faire exploser une arme nucléaire, dit-il.

Le second site, à environ 20 miles à l'est, est utilisé pour fabriquer les pièces nécessaires à la construction de détonateurs, a-t-il dit. Situé dans une zone militaire à accès restreint, il est entouré de hauts murs de béton et comprend des tunnels creusés dans la colline voisine, a-t-il ajouté.

M. Abrichamchi a dit que les deux sites continuent en gros le travail qui était fait à Shian, une installation qui a été rasée par les autorités iraniennes après avoir été dénoncée par l'OMPI en 2003. Il a demandé à l'Agence internationale de l'énergie atomique de tenter d’inspecter les lieux le plus rapidement possible.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe