vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: LibertyDes eurodéputés accusent Kobler de tromperie et demande sa révocation

Des eurodéputés accusent Kobler de tromperie et demande sa révocation

Communiqué de presse du président de la délégation du PE pour les relations avec l’Irak

• Incroyable exposé de Martin Kobler au Parlement européen

• Les députés accusent le Représentant spécial de l’ONU en Irak de tromperie et exigent sa démission ou son licenciement

30 mai 2013, Bruxelles – Martin Kobler, Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en Irak, a pris part à une réunion de la commission des Affaires étrangères du Parlement européen à Bruxelles le 29 mai, pour essayer de défendre son bilan controversé.

Mais un grand nombre de députés ont protesté contre le fait qu’il a tenté par le passé de tromper le parlement, a présidé à un déclin catastrophique de la situation en Irak tout en critiquant peu le gouvernement irakien et a pratiquement stopper les progrès de la réinstallation de 3200 réfugiés des camps d’Achraf et Liberty par son incompétence.

Au cours de la réunion, M. Kobler a répété la litanie de désinformation qui est devenue familière à ceux qu’il cherche constamment à impressionner, se plaignant que les observateurs de l’ONU ont de la difficulté à accéder aux résidents du camp Liberty et qu’il existe un manque général de coopération avec la direction du camp et la direction de l’Ompi à Paris.

Par ailleurs, il a essayé d’ignorer le problème le plus urgent et immédiat, à savoir la sécurité et la sûreté des personnes confrontées à des attaques à la roquette et au missile dans ce complexe minuscule semblable à une prison. Il a été contesté à trois reprises par les députés lui demandant d’expliquer pourquoi des casques et des gilets de protection laissés à Achraf n’avaient pas été restitués aux habitants de Liberty pour leur fournir une protection, même rudimentaire. Sa faible réponse a été que cette question concernait les Irakiens.

Les propos de Kobler étaient tellement contradictoires que même le président de la commission, Elmar Brok, député européen, a déclaré : « Je trouve ce que vous avez dit aujourd’hui difficile à croire. Nous aurions besoins d’obtenir des informations précises par des voies impartiales.»

Dans une déclaration délibérément trompeuse, Kobler a prétendu que « le Premier ministre albanais avait accepté de recevoir 105 résidents du camp Liberty, mais je me suis rendu à Tirana (15 Mars 2013), et il a augmenté le nombre à 210. » En fait, quatre mois avant ce voyage, l’ambassadeur Dan Fried, alors conseiller de la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, avait écrit aux représentants des résidents du camp Liberty que « le gouvernement albanais a confirmé en privé qu’il était prêt à accepter la réinstallation de 210 anciens habitants d’Achraf ». En fait, la maladresse de Kobler dans cette affaire, en tenant une conférence de presse à son retour d’Albanie, a servi à alerter sur la question le gouvernement iranien qui, ennemi juré de l’OMPI, s’est alors mis à exercer des pressions sur le gouvernement irakien et les Albanais pour éviter ce déplacement humanitaire.

Struan Stevenson, président de la délégation du Parlement européen pour les relations avec l’Irak, a souligné l’absence de réponse appropriée de Kobler à l’augmentation massive du nombre d’exécutions et des violations des droits humain en Irak et le manque d’attention appropriée de Kobler pour les soulèvements populaires en cours dans les villes en Irak.

M. Stevenson a également fait remarquer à Martin Kobler qu’il avait signé le protocole d’accord concernant le transfert des résidents du camp d’Achraf à la prison du camp Liberty, avec le gouvernement irakien sans le consentement des habitants du camp d’Achraf.

Il a en outre accusé Kobler d’avoir trompé les parlementaires sur la situation du camp Liberty en leur montrant des photos truquées. Stevenson a déclaré que Martin Kobler avait garanti que les 3.100 habitants jouiraient de sûreté et de sécurité au camp Liberty et qu’ils seraient rapidement transférés vers des pays tiers. Stevenson a souligné que Tahar Boumedra, un responsable onusien de la MANUI avait démissionné pour protester contre le comportement de Kobler et avait témoigné devant le Congrès américain sous serment que Kobler avait falsifié des photographies de camp Liberty avec la seule intention de tromper les députés et d’autres décideurs.

Stevenson a terminé son intervention en brandissant cinq listes de noms des habitants du camp Liberty étant prêts à être transférés en Albanie et en Allemagne. Ces 440 noms ont été fournis au HCR il y a quelques semaines, a dit Stevenson qui a demandé à Kobler pourquoi seulement 14 personnes avaient effectivement été transférées jusqu’à présent.

L’eurodéputé Jim Higgins a lancé à Kobler : « Vous dites que le gouvernement irakien considère les résidents d’Achraf et Liberty comme des terroristes. Mais ils ont été retirés des listes américaines et de l’UE, et vous, représentant de l’ONU, vous devriez préciser que ce ne sont pas des terroristes. Pourquoi vous ne prenez pas position à ce sujet ? Ce que vous faites est très hypocrite. Pouvez-vous nous dire ce que vous avez réalisé au vu de tout l’argent que vous recevez ? Vous devriez être révoqué. Le Conseil de sécurité de l’ONU devrait vous renvoyer. ».

L’eurodéputé Vytautas Landsbergis a souligné : « Des dizaines de politiciens irakiens vous condamnent. Pourquoi impliquez-vous l’Iran, un pays étranger, sur le problème de l’Irak ? Pourquoi voulez-vous faire entrer l’Iran dans la question du statut du camp Liberty et des réfugiés que le régime iranien déteste autant ? Dix-huit personnalités politiques (qui ont par le passé visité Achraf) ont publié une déclaration et demandé que votre conduite soit examinée par un tribunal. Elles ont déclaré être prêtes à témoigner devant un tribunal et ont demandé une enquête sur votre conduite. »

Il a demandé à Kobler s’il était d’accord avec cette enquête ou s’il attendait la fin de son mandat pour quitter Bagdad sans rendre le moindre compte ?

L’eurodéputé Tunne Kelam a déclaré : « M. Kobler vous êtes devenu une figure controversée en Irak. Même Iyad Allawi le chef de l’opposition Al-Iraqiyah a demandé votre démission. On dit que vous êtes trop proche du gouvernement irakien. Vous ne donnez aucune explication raisonnable sur la sécurité des résidents de Liberty. Vous avez signé le protocole d’accord avec le gouvernement irakien, mais il n’existe aucune garantie pour la sûreté et la sécurité des résidents. Vous mettez 80 % du blâme sur les habitants du camp Liberty. C’est très hypocrite et inacceptable. »

L’eurodéputé Eduard Kukan a confirmé les propos de M. Stevenson et déclaré : « Vous avez la responsabilité de résoudre ces problèmes. Vous parlez comme si vous étiez un observateur impartial. Cette situation est inacceptable. »

L’eurodéputé Ryszard Czarnecki a déclaré : « M. Kobler, vous a promis que les conditions de vie à Liberty seraient les mêmes qu’à Achraf et que les habitants seraient rapidement transférés vers des pays tiers. Vous nous avez montré des photos dont vous avez prétendu qu’elles prouvaient que le camp Liberty serait un excellent endroit. Mais aucune de ces promesses ne s’est avérée vraie. Les résidents n’ont pas confiance en vous. Vous faites partie du problème et non de la solution. Ne pensez-vous pas qu’il serait temps de démissionner et de partir ? »

Kobler devenant de plus en plus agité face à ces critiques implacables, a exigé « en tant qu’Européen » que les eurodéputés se penchent sur la structure interne de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI). « Vous ne devriez pas soutenir des structures qui n’assurent pas les libertés individuelles », a-t-il dit. Sa déclaration n’est pas sans rappeler les attaques souvent entendues du régime iranien.

Suite à la réunion de la commission des Affaires étrangères du Parlement européen et aux propos de Martin Kobler, Struan Stevenson a déclaré : « Cela souligne à nouveau la nécessité de son renvoi immédiat par le Secrétaire général des Nations Unies. »

Bureau de Struan Stevenson, eurodéputé
Président de la délégation du Parlement européen pour les relations avec l’Irak

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe