vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsDes dizaines de blessés dans des affrontements entre Soufi et la milice...

Des dizaines de blessés dans des affrontements entre Soufi et la milice paramilitaire en Iran

Associated Press, Téhéran, 11 novembre – Des dizaines de personnes ont été blessées et arrêtées quand la police iranienne et les forces spéciales ont lancé un assaut contre une loge de musulmans Soufis dans le sud-ouest de l’Iran après un affrontement entre des Soufis et des membres d’une mosquée chi’ite voisine, ont déclaré les autorités et des témoins dimanche.

Des forces paramilitaires liées à la force d’élite des Gardiens de la révolution de la République islamique ont échangé des tirs avec des Soufis, alors qu’elles venaient en renfort à la police samedi pour prendre le contrôle d’une loge Soufi, où le groupe organise des cérémonies dans la ville de Boroujerd, ont dit des témoins.

"Environ 80 personnes ont été blessées et une partie du temple Soufi a été détruite pendant les accrochages", a dit au téléphone Mohammad Ali Tohidi, le gouverneur de ville, à Associated Press depuis  Boroujerd. Il a dit que 180 Soufis avaient été arrêtés.

La radio d’Etat iranienne a brièvement mentionné les nouvelles dimanche, disant que "des heurts entre la population et des Sufis ont pris fin à Boroujerd après l’intervention de police."

Un étudiant disant avoir assisté aux heurts a affirmé que les forces spéciales iraniennes avaient été impliquées dans le combat aux côté sde la police et de l’unité paramilitaire, connu sous le nom du Bassidj.

L’étudiant, qui n’est pas Soufi, mais qui parlait sous condition d’anonymat à cause du caractère sensible de cette question, a dit avoir vu des coups de feu tirés des deux côtés pendant les accrochages. Il a dit que les forces se sont emparées du temple après avoir mis le feu aux affaires des Soufis.

Les autorités n’ont pas fait de commentaires sur le nombre de blessés parmi les civils, la police et les militaires. Les appels aux hôpitaux locaux sont restés sans réponse.

Associated Press n’a pas pu joindre de Soufis dans la ville.

Le journaliste local Morteza Bourbour a dit que les violences avaient commencé samedi matin quand les Soufis avaient attaqué une mosquée voisine, blessant plusieurs religieux musulmans chi’ites qui avaient appeler leurs fidèles à fermer le temple Soufi parce que c’était "illégitime".

"Environ 50 miliciens du Bassidjs ont été blessés quand eux et la police ont essayé d’entrer dans le Khaneqah (la loge Soufi) samedi", a dit Bourbour a dit AP. "Les Soufis ont résisté en bombardant de briques et de pierres les membres du Bassidj."

L’agence de presse semi-officielle Mehr a annoncé que six Bassijdis avaient été blessés durant les heurts de Boroujerd, une ville de 230.000 habitants, située à environ 500 kilomètres au sud-ouest de la capitale, Téhéran.

L’agence a cité Saberi Hossein, le gouverneur-général de la province de Lorestan, où se trouve la ville, disant que la loge Soufi et la mosquée étaient dans le même quartier et que l’on avait ordonné à la police d’en prendre le contrôle en cas de heurt.

Le site Web de nouvelles indépendant Advarnews a dit qu’environ 100 Soufis ont été blessés et 500 autres arrêtés "après qu’un groupe non identifié ait capturé la loge, y mettant feu et la détruisant avec un bulldozer."

Les contradictions entre les rapports divers ne pouvaient pas immédiatement être vérifiées.

L’ordre des Soufis est une branche mystique de l’Islam qui souligne l’expérience mystique directe sur la pratique religieuse du courant dominant.

Bien que les Sufis aient souvent exercé une influence dans divers pays musulmans au cours des siècles, ils ont aussi été persécutés par les Sunnite et l’establishment religieux chi’ites.

Le gouvernement islamique de l’Iran n’accepte pas les sectes religieuses en général. Cependant, les principales religions sont reconnues officiellement et leurs disciples ont des représentants au Parlement.

Bien que faisant partie de l’Islam, les Soufis ont eu de plus en plus de relations difficiles avec le régime clérical de l’Iran ces dernières années et ces derniers mois. L’année dernière, par exemple, les autorités ont fermé une loge Soufi dans la ville sainte de Qom.

Les Soufis iraniens appartiennent principalement à un ordre connu sous le nom de Nematollahi-Gonabadi. 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe