jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeCondoleezza Rice brandit la menace de sanctions contre l'Iran

Condoleezza Rice brandit la menace de sanctions contre l’Iran

Condoleezza Rice brandit la menace de sanctions contre l'Iran Reuters – Les Etats-Unis ont estimé mardi que la communauté internationale n’aurait d’autres choix que d’imposer des sanctions contre l’Iran en cas de refus par Téhéran de suspendre ses activités d’enrichissement d’uranium.

Le numéro deux de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, Mohammad Saeedi, a jugé que la suspension de l’enrichissement ne constituait pas une solution à l’impasse diplomatique sur les ambitions nucléaires de l’Iran.

Il a proposé que la France investisse dans l’industrie nucléaire en Iran, ce qui lui permettrait d’avoir un droit de regard sur les activités iraniennes.

"Pour pouvoir parvenir à une solution, nous venons d’avoir une idée: nous proposons à la France de créer un consortium pour la production en Iran d’uranium enrichi", a-t-il déclaré sur France info.

Le porte-parole de la diplomatie européenne, Javier Solana a jugé cette proposition "intéressante" et a estimé qu’elle devait être "examinée dans le détail".

Il a précisé avoir eu lundi une conversation téléphonique "constructive" avec le négociateur iranien Ali Larijani, sans pour autant qu’elle ne débouche sur aucun progrès concret.

"C’était une conversation (…) cordiale et constructive. Il reste encore des éléments sur lesquels nous devons nous entendre. Nous allons continuer à discuter", a-t-il déclaré à la presse en Finlande.

Projet de sanctions en préparation

Jean-Baptiste Mattei, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, a précisé qu’il n’y avait pas de pourparlers bilatéraux entre Téhéran et Paris. Il a rappelé la position de la communauté internationale sur l’obligation pour l’Iran de suspendre ses activités d’enrichissement d’uranium.

"La priorité, c’est la discussion entre M. Solana et Larijani", a-t-il déclaré.

La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice a affirmé mardi en Arabie saoudite que les Etats-Unis ne disposaient d’aucun élément montrant que Téhéran avait l’intention de suspendre l’enrichissement.

"Si ce n’était pas le cas, le seul choix qu’aurait la communauté internationale serait de s’en tenir aux termes de la résolution 1696 (…) et cela signifie imposer des sanctions", a-t-elle déclaré.

Parvenue ensuite au Caire dans le cadre de sa tournée au Proche-Orient, la secrétaire d’Etat a fait part de ses doutes sur la proposition iranienne d’une implication française dans le programme nucléaire de Téhéran.

"Si les Iraniens ont des idées sur les moyens de parvenir à un accord sur ce qu’ils pourraient faire dans le cadre d’un programme nucléaire civil, la procédure pour les soumettre consiste à suspendre l’enrichissement et le retraitement (…) et ensuite à venir à la table pour présenter leurs idées", a réagi Condoleezza Rice.

"Mais je crains par conséquent qu’il ne s’agisse en fait d’une manoeuvre dilatoire car (ils) ne souhaitent pas aborder la question de fond, qui est que l’Iran doit suspendre son enrichissement et son retraitement afin de permettre l’ouverture de négociations", a-t-elle ajouté.

Condoleezza Rice a aussi invité la communauté internationale à agir rapidement sous peine de voir sa crédibilité entamée.

Un haut responsable britannique a indiqué que les six puissances impliquées dans ce dossier s’apprêtaient à préparer un projet de sanctions contre l’Iran.

Selon lui, Solana a informé ce week-end certains pays européens et les Etats-Unis du "non" ferme opposé par Larijani à la suspension de l’uranium.

"Nous sommes en train d’intensifier les efforts préliminaires sur ce que devrait être cette résolution", a-t-il déclaré.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe