vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceColloque : Quelle politique pour l’Iran

Colloque : Quelle politique pour l’Iran

CNRI – "Il faut soutenir une troisième voie, autrement dit une solution iranienne basée sur le soutien de l’opposition démocratique et particulièrement des Moudjahidine du peuple d’Iran. Cette solution constitue le dénominateur commun entre les Etats-Unis et l’Union européenne qui tout en diminuant la probabilité d’une intervention militaire en Iran, empêche le régime de Téhéran de se doter de l’arme atomique", a déclaré dans un communiqué commun le CFID et l’IPC à l’issue d’une réunion à l’Assemblée nationale française.

Communiqué commun du CFID et IPC

Jeudi 25 octobre une réunion s’est tenue dans une salle de l’Assemblée nationale sur la situation sensible en Iran, sous l’égide du Comité français pour un Iran démocratique (CFID). Des parlementaires et des experts américains et français ont débattu de la question iranienne au Moyen-Orient.

Ce colloque présidé par le député Pascal Terrasse a été l’occasion d’aborder diverses solutions pour la grave crise qui secoue cette région et examiner le refus du régime iranien d’observer les demandes de la communauté internationale sur son programme nucléaire, l’ingérence de Téhéran dans les pays de la région surtout en Irak, et les terribles violations des droits de l’homme en Iran.

C’est le Pr. Raymond Tanter qui était l’invité d’honneur. Professeur à l’université de Georgetown aux Etats-Unis, et ancien membre du Conseil de sécurité nationale  à la maison Blanche, il préside actuellement le Comité pour une politique iranienne (Iran Policy Committee IPC). Il a évoqué l’éventail des points de vue outre atlantique, en précisant que compte tenu de la menace iranienne, une coopération commune entre les Etats-Unis et l’Europe s’annonce nécessaire face à cette menace.

L’insistance de plusieurs pays européens, a-t-il ajouté, sur la poursuite de négociations stériles, n’aura d’autres résultats que de rapprocher le régime iranien de l’arme nucléaire. C’est ce que les Etats-Unis n’accepteront jamais, et pas conséquent c’est la solution militaire, souvent mise en avant ces temps-ci, outre atlantique, par certains milieux, qui sera renforcée. Alors que pour éviter une guerre, ce à quoi aspire l’Europe à juste titre, il faut soutenir une troisième voie, autrement dit une solution iranienne basée sur le soutien de l’opposition démocratique et particulièrement des Moudjahidine du peuple d’Iran. Cette solution constitue le dénominateur commun entre les Etats-Unis et l’Union européenne qui tout en diminuant la probabilité d’une intervention militaire en Iran, empêche le régime de Téhéran de se doter de l’arme atomique.

Sid Ahmed Ghozali, l’ancien premier ministre algérien a souligné le rôle de l’Iran dans le développement de l’intégrisme islamiste dans la région et dans le reste des pays arabe et musulmans.

La nécessité de prendre en considération les aspirations du peuple iranien pour la démocratie et de son opposition organisée contre le régime des mollahs constitue aux yeux du sénateur Jean-Pierre Michel une véritable solution au problème complexe de ce pays en lieu et place de toute intervention étrangère ou de politique de complaisance qui conduit elle aussi à la guerre. L’ancien ministre Alain Vivien a rappelé qu’il était nécessaire pour la France d’adopter une nouvelle politique plus ferme vis-à-vis de l’Iran. François Colcombet, ancien magistrat et député, a critiqué la politique de complaisance de l’ancien gouvernement français avec les mollahs au détriment des valeurs républicaines et de l’opposition démocratique.

Le Dr. Saleh Radjavi, représentant du CNRI en France, a souligné le rôle de la résistance iranienne pour faire obstacle à l’exportation de l’intégrisme du régime iranien dans la région. Il a déclaré que c’est grâce à la Résistance iranienne qui a dénoncé le programme nucléaire des mollahs que ce dossier a été renvoyé devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies. Il a ajouté que le peuple iranien est profondément opposé à l’aventurisme de régime dans la région et sur le plan international.

Le IPC basé à Washington, et le CFID publieront dans une déclaration commune leur solution à la crise iranienne. Les deux comités ont insisté sur le fait que l’ensemble des efforts des deux côtés de l’Atlantique, doivent se focaliser sur le renforcement de la troisième voie, autrement dit une solution iranienne pour un changement de régime en Iran. Cette solution présentée pour la première fois par Mme Maryam Radjavi, présidente de la République élue de la Résistance iranienne, en décembre 2004 au Parlement européen, a attiré le soutien de nombreux parlementaires et de défenseurs des libertés démocratiques en Europe, et l’attention de plusieurs membres du Congrès américains et d’experts aux Etats-Unis.

Pour les participants il est nécessaire de favoriser cette Troisième voie, en supprimant le nom de l’OMPI des listes des organisations terroristes des USA et de l’UE et de clôturer le dossier de l’affaire du 17 juin 2003 en France. L’étape suivante sera de reconnaître el Conseil national de la Résistance iranienne comme un interlocuteur international.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe