mardi, janvier 31, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsClinton soutient l'enquête des Nations Unies sur les violations des droits de...

Clinton soutient l’enquête des Nations Unies sur les violations des droits de l’homme en Iran

Voice of America, 28 février – (David Gollust du Département d’État) Dans une allocution au Conseil des droits de l’Homme des Nations unies à Genève qui était par ailleurs consacré à la Libye, la secrétaire d’État Hillary Clinton a déclaré que l’agence de l’ONU devrait enquêter sur les violations des droits de l’homme en Iran. Elle a appelé à la fin de ce qu’elle a nommé une « campagne d’intimidation organisée » à l’encontre des opposants iraniens.

Mme Clinton a profité de son discours à la session spéciale du Conseil des droits de l’Homme sur la Libye pour faire à nouveau remarquer la contradiction entre la condamnation formulée par l’Iran de la violence en Libye et sa répression continue de l’opposition dans le pays.

Elle a déclaré que le succès des manifestations pacifiques aux Moyen-Orient a discrédité les extrémistes régionaux et « dénoncé la faillite » de leur argument selon lequel les seuls moyens de parvenir à un changement sont la violence et le conflit.

« L’Iran, par exemple, a invariablement mené des politiques de violence à l’étranger et de tyrannie au sein du pays. À Téhéran, les forces de sécurité ont battu, arrêté et dans plusieurs affaires récentes tué des manifestants pacifiques, alors même que le président iranien a fait semblant de dénoncer la violence en Libye ».

Clinton a rappelé les sanctions imposées la semaine passée par l’administration d’Obama à des responsables iraniens de premier plan liés aux violations des droits de l’homme, et a déclaré que les États-Unis sont fiers de promouvoir avec la Suède une proposition pour que le Conseil des droits de l’homme de l’ONU désigne un rapporteur spécial pour l’Iran.

Elle a précisé que les défenseurs iraniens des droits de l’homme demandent cette mesure pour augmenter la pression sur le gouvernement de Téhéran, avant d’affirmer que c’est un « moment déterminant » pour le conseil et un test de la capacité de ses membres à travailler ensemble pour faire avancer ses objectifs déclarés.

« En effet chaque membre du Conseil devrait se poser une simple question. Pourquoi des personnes auraient le droit de vivre sans peur à Tripoli, mais pas à Téhéran? La dénégation de la dignité humaine en Iran est un scandale qui mérite la condamnation de tous ceux qui parlent de liberté et de justice ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe