vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireC’est une erreur de laisser le régime iranien « s’auto-inspecter » -...

C’est une erreur de laisser le régime iranien « s’auto-inspecter » – un dissident

Les accords parallèles récemment révélés, qui autorisent le régime à inspecter l’un de ses propres sites nucléaires, équivaut à laisser un assassin enquêter sur sa propre scène de crime, a affirmé Alireza Jafarzadeh, Directeur adjoint du bureau représentatif aux États-Unis du Conseil National de la Résistance Iranienne (CNRI).

Ces derniers jours, l’Associated Press signalait que les accords parallèles qui n’avaient pas été révélés entre le régime iranien et l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique, ou AIEA, laissaient Téhéran mener ses propres inspections dans un centre majeur dont on pense qu’il est impliqué dans la création d’armes nucléaires.

« L’information, que nous avons obtenue de sources différentes, indiquait des éléments identiques à ceux de l’article de l’Associated Press, à savoir que l’Iran était autorisé à prélever ses propres échantillons de sol près des sites suspectés d’armement nucléaire », a dit M. Jafarzadeh à WND et à Radio America.

Il s’est dit stupéfait qu’une telle latitude soit donnée à cette usine en particulier.

« [Ils sont axés sur] un site spécifique appelé Parchin, un site militaire soupçonné d’avoir été utilisé par l’Iran il y a quelques années et peut-être de manière continue pour tester un explosif puissant, dont l’on se sert seulement pour une arme nucléaire », a affirmé M. Jafarzadeh.

Le régime iranien a refusé l’accès au centre aux inspecteurs internationaux en 2014, prétendant que sa qualification de site militaire le rendait interdit d’accès.

Selon M. Jafarzadeh, étant donnés l’attitude de défi qu’a eu le régime iranien dans le passé et son soutien impénitent du terrorisme, laisser le régime iranien mener ses propres inspections est complètement absurde.

« Autoriser le régime iranien à inspecter Parchin et à fournir ses résultats à l’AIEA équivaut à laisser un assassin enquêter sur sa propre scène de crime et fournir l’ADN de la victime à la police », a-t-il affirmé.

Jafarzadeh a affirmé que les membres du Congrès avec lesquels il avait discuté étaient frustrés du refus du gouvernement Obama de donner accès au contenu des accords parallèles.

« La totalité de l’accord nucléaire entre l’Iran et les P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU plus l’Allemagne) repose principalement sur la surveillance et les inspections intrusives de sites iraniens, qui doivent être faites par l’AIEA », a-t-il déclaré. « Pourtant, les membres du Congrès ne sont pas autorisés à voir comment l’AIEA va mener cela à bien. »

Même en se basant sur ce que l’on sait des accords parallèles, M. Jafarzadeh a assuré que Téhéran avait droit à un traitement différent de celui imposé aux nations sous surveillance nucléaire.

« Aucune norme, en aucun cas, ne permet de prélever ses propres échantillons. La norme de l’AIEA, c’est qu’ils doivent être là. Ils doivent être présents. Ils doivent s’assurer que l’endroit n’a pas été décontaminé auparavant. Ils doivent vérifier les facteurs environnementaux qui peuvent avoir un impact sur l’échantillon. Ils doivent maintenir le contrôle des échantillons avant que ceux-ci ne soient emmenés au laboratoire pour être inspectés. »

Pour M. Jafarzadeh, l’AIEA ne semble pas avoir été un symbole de fermeté dans ces négociations parallèles, mais la responsabilité finale du laxisme des inspections revient à Washington.

« Beaucoup de membres du Congrès pensent que bien qu’ils s’agisse d’un accord parallèle entre l’AIEA et l’Iran, dans l’ensemble les circonstances qui ont mené à ces accords parallèles ont été créées entre les P5+1 – à savoir les États-Unis- et l’Iran », a-t-il affirmé.

D’après M. Jafarzadeh, les alliés auraient pu au minimum obtenir de l’Iran un aveu de ses travaux passés pour obtenir des armes nucléaires. Ce n’est pas arrivé non plus.

« Si vous ne savez pas exactement ce qu’a fait l’Iran auparavant pour construire une bombe et que vous n’essayez pas de remédier à cela de la meilleure façon possible, comment pouvez-vous être sûr que l’Iran sera digne de confiance dans le futur ? S’ils continuent à cacher ce qu’ils ont caché avant, alors c’est un signe clair qu’ils poursuivent toujours le même objectif, à savoir construire la bombe », a affirmé M. Jafarzadeh.

Mais, selon lui, les officiels américains n’ont même pas besoin de documentation sur les projets passés pour savoir ce que l’Iran s’apprête à faire, étant donné les intentions éhontées de ses dirigeants.

« En ce qui concerne l’Iran, ils n’ont pas changé d’arrière-pensée, ils veulent construire la bombe », a déclaré M. Jafarzadeh. « Le guide suprême cherche toujours à construire une bombe nucléaire. Et malheureusement, le JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action – Plan Global d’Action Conjoint) laisse ouvertes toutes les voies vers la bombe. »

 

Lire aussi: 

Des arrangements entre l’AIEA et l’Iran qui suscitent de sérieuses critiques sur Parchine

Iran : Les responsables de Téhéran furieux de la divulgation de secrets de négociations nucléaires

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe