samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsAppel du Parlement italien pour une commission d'enquête sur le massacre de...

Appel du Parlement italien pour une commission d’enquête sur le massacre de 1988 en Iran

Appel du Parlement italien pour une commission d'enquête sur le massacre de 1988 en Iran

La soixante-douzième session de l’Assemblée générale des Nations Unies examinera la situation des droits de l’homme en Iran, conformément à son ordre du jour. Le gouvernement canadien, soutenu par les États-Unis et un pays de l’UE, a déjà préparé un projet de résolution sur la situation des droits de l’homme en Iran.

A cette occasion, plusieurs députés italiens, dans un appel condamnant la situation catastrophique des droits de l’homme en Iran et l’augmentation des exécutions, ont également appelé à la mise sur pied d’une commission d’enquête indépendante sur le massacre de 30000 prisonniers politiques en Iran en 1988.

Voici le texte de cette lettre :

Chère ministre des Affaires étrangères du Canada, S.E. Chrystia Freeland,

A l’occasion de la 72ème session de l’Assemblée générale des Nations unies, qui a inscrit la situation des droits de l’homme en Iran à son ordre du jour, puisque le gouvernement canadien a préparé un préambule de la résolution sur les droits de l’homme en Iran avec le soutien des États-Unis, et quelques-uns des pays européens les plus importants, nous, les parties signataires de cette lettre, souhaitons exprimer notre vive préoccupation concernant la situation tragique des droits de l’homme en Iran, l’augmentation du nombre de pendaisons et les violations commises sur les droits humains les plus élémentaires.

En outre, nous souhaitons attirer votre attention sur la révélation de l’ampleur du massacre des prisonniers politiques au sein des prisons de la République islamique pendant l’été 1988, qui a ébranlé la communauté internationale et, particulièrement, la société iranienne.

La révélation a été retrouvée sur un enregistrement audio datant du 15 août 1988 lors d’une rencontre entre l’ayatollah Montazeri, successeur désigné de Khomeiny, et quatre représentants des autorités judiciaires et des services secrets responsables du massacre dans les prisons de Téhéran.

L’enregistrement révèle des vérités choquantes sur l’élimination des prisonniers politiques, un des crimes les plus odieux après la Seconde Guerre mondiale. Tous ceux qui sont responsables de ce crime terrible occupent aujourd’hui des postes clés au sein du régime des mollahs.

Les massacres des prisonniers politiques ont commencé après la publication par Khomeiny d’une fatwa en juillet 1988, qui a ordonné l’élimination de tous les dissidents dans les prisons. Plusieurs parmi ceux qui ont été exécutés avaient déjà été « condamnés » et purgeaient déjà une peine ou avaient terminé leur période de détention. Suite à la fatwa de Khomeiny, de nombreux dissidents précédemment libérés ont été à nouveau arrêtés, et pendus par la suite.

Amnesty International, Human Rights Watch et d’autres organisations internationales des droits de l’homme ont déjà condamné le massacre comme un crime contre l’humanité. De plus, des centaines de députés européens ont qualifié ce crime de crime contre l’humanité, dans un appel lancé à Strasbourg le 7 octobre 2016, et ont demandé au Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, au Conseil des droits de l’homme, à l’Assemblée générale des Nations Unies, et au Conseil de sécurité de l’ONU de mettre sur pied de toute urgence une commission internationale pour enquêter sur le génocide de 1988 ».

La Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en Iran a écrit dans un rapport (A/72/332) adressé le 14 août 2017 au Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, que « plusieurs milliers de personnes ont été pendues et leurs proches ont le droit de connaître la vérité sur le génocide et le sort de leurs bien-aimés ».

Le régime des mollahs doit mettre fin aux violations des droits de l’homme. Pour cette raison, nous vous demandons d’engager toutes les actions nécessaires pour mettre en place une commission internationale indépendante pour enquêter sur le massacre des prisonniers politiques dans les prisons iraniennes au cours de l’été 1988.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe