vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceAnalyses – Le soulèvement populaire en Iran : Le début de la...

Analyses – Le soulèvement populaire en Iran : Le début de la fin (11e partie)

L’Iran a atteint un point de retour

L’article suivant a été publié par le site kurde irakien Brwska le 13 juin 2009;

Le soulèvement populaire en Iran et une obligation
Active ImageAlors que le soulèvement persiste à Téhéran et en province, des dizaines de personnes sont tuées, blessées ou arrêtées quotidiennement. D’autre part, le plus grand mouvement d’opposition iranien est bloqué en Irak et dans les pays occidentaux. Ce paysage, bien que d’une autre envergure et suivant un processus différent, rappelle le soulèvement du peuple iranien en 1979. Ces protestations avaient pris forme alors que la majorité des forces révolutionnaires avaient été incarcérées par le régime du chah Mohammad-Reza. Ce mouvement n’a cessé de grossir jusqu’à ce que le régime du chah, le “gendarme de la région”, tombe à genoux alors qu’il était soutenu  par l’armée la plus puissante du Moyen-Orient. Contrairement à ce que prétend le guide suprême du régime, le soulèvement populaire en Iran, qui a commencé dans la plupart des villes au lendemain de l’élection présidentielle, il s’agit d’un bouleversement populaire impliquant toutes les ethnies, religions et couches sociales en Iran. C’est un soulèvement qui doit être examiné de plus près en regardant les principales parties en présence qui s’affrontent, même si à première vue cela ressemble à un simple conflit sur un décompte de voix, une fraude électorale et le soutien d’un candidat contre un autre. Les visages, les poings, les slogans, les cris, l’état d’esprit et les sentiments des protestataires servent à refléter la véritable motivation, qui montre en fait que la population en Iran proteste contre un régime qu’elle déteste. Après trente années sous le régime des mollahs, les Iraniens  sont mécontents de ce régime. Ils ont le corps meurtri et les droits piétinés  par les mollahs au pouvoir. Ils n’en peuvent plus des injustices recouvrant chaque mètre de l’Iran.

Ce qui se distingue clairement dans ce soulèvement en Iran c’est ce que les conditions réelles et perçues pour une révolution sont en place dans la société iranienne. Il ne fait aucun doute que si l’intensité de la répression avait diminué, le soulèvement se serait rapidement développé dans tout le pays. Néanmoins cela reste une perspective.

Mais il y a aussi une réalité douloureuse au milieu de tout cela, qui place un fardeau plus lourd sur le peuple irakien que sur les autres peuple. Cette réalité c’est le blocage des mouvements d’opposition iraniens sur notre sol. Bien que les forces de l’opposition iranienne qui se trouvent sur le territoire irakien sont sous d’énormes pressions et restrictions imposées par le gouvernement irakien, mon insistance porte spécifiquement sur ceux qui résident au Camp d’Achraf.

Actuellement, à la demande du régime iranien, le gouvernement irakien a transformé le Camp d’Achraf en une prison, voire parfois pire qu’une prison. Depuis que le contrôle du camp a été transféré par les forces américaines au gouvernement irakien, pas un jour ne s’est passé sans que ce dernier n’augmente les restrictions et le blocus injuste contre ce camp. Par exemple, le transfert de la nourriture a été interrompu à plusieurs reprises, les délégations irakiennes et même européennes, avec des juristes, des journalistes, des parlementaires et les familles des résidents d’Achraf se sont vues interdire l’entrée du camp. Plus important, ce sont les pressions psychologiques et les menaces contre les résidents d’Achraf sur leur expulsion d’Irak ou leur extradition en Iran, qui aboutira à leur torture et leur exécution.
 
Simultanément avec la poursuite du soulèvement, le silence qui entoure la  situation du camp, prépare le terrain à une catastrophe humanitaire commise par le gouvernement irakien et initiée par le régime iranien. Les mollahs au pouvoir en Iran complotent  contre le Camp d’Achraf et ses résidents pour compenser les coups reçus durant les troubles populaires dans toute la nation et pour exporter leurs crises incurables au-delà des frontières iraniennes.

A présent, chacun d’entre nous et tout démocrate dans le monde, qu’il soit en Irak, en Europe ou aux USA, est face à cette image agonisante, de la dictature des mollahs tuant les gens dans les villes en Iran et enchaînant les forces de l’opposition d’une part, notamment l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran, hors du pays et spécialement en Irak, de l’autre.

En tant qu’écrivain kurde, j’estime impératif de se dresser en soutien au soulèvement populaire en Iran, spécialement maintenant qu’il a démarré et qu’Ali Khamenei et la faction dominante refuse de reculer et a opté pour une répression intense des opposants à l’élection. Il est crucial de soutenir le soulèvement. Nous devons en même temps, nous devons élever la voix contre le maintien de l’OMPI sur la liste terroriste américaine, spécialement contre les mesures du gouvernement irakien touchant le camp d’Achraf.

Il est impératif de demander la radiation de l’OMPI de la liste américaine et la levée du blocus du camp d’Achraf. Comme Ayad Jamaluddine, un intellectuel et député irakien, l’a dit à la chaîne télévisée al-Arabiya dans une interview: “l’OMPI doit être autorisée à mener des campagnes politiques et de mises en garde contre l’Iran, parce qu’ils sont opposés au régime iranien. Il faut leur donner une radio, la télévision et un journal et qu’ils puissent mener les activités qu’ils veulent. Ce sont les droits de tous les réfugiés dans le monde. Nous ne devons combattre l’OMPI, parce que nous n’avons pas d’autres moyens que ce groupe pour bloquer l’influence de l’Iran en Irak.”

Nous avons tous un rôle à jouer dans ce domaine, et nous pouvons aider le peuple iranien et l’opposition, de diverses manières. Nous pouvons former un lien ave l’aide duquel le people iranien et son opposition peuvent atteindre un Iran démocratique.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe