dimanche, janvier 29, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsAmnesty International : les experts de l'ONU devraient avoir un accès immédiat...

Amnesty International : les experts de l’ONU devraient avoir un accès immédiat aux centres de détention en Iran

Amnesty International : les experts de l'ONU devraient avoir un accès immédiat aux centres de détention en Iran

Par Mansoureh Galestan

Amnesty International a lancé une campagne « Agissez» pour demander «que les experts des Nations Unies aient« un accès immédiat aux centres de détention » en Iran afin de garantir le bien-être des manifestants iraniens détenus.

Faisant référence à la répression meurtrière du régime contre les manifestants lors des manifestations à l’échelle nationale en Iran en novembre, Amnesty International a écrit : « Les autorités iraniennes ont violemment écrasé les manifestations en Iran, en recourant à la force illégale, y compris létale, et en arrêtant arbitrairement des milliers de personnes. Aujourd’hui, les personnes arrêtées risquent d’être torturées et soumises à d’autres mauvais traitements. Agissez maintenant et appelez à leur libération. »

Selon des rapports publiés par l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI, Moudjahidin-e-Khalq ou MEK), le régime iranien a tué au moins 1 500 manifestants en novembre. Jusqu’à présent, l’OMPI a identifié 724 martyrs. Outre les personnes tuées lors des manifestations en Iran, plus de 12 000 manifestants ont été arrêtés et 4 000 blessés par les forces de sécurité de l’État.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a demandé à plusieurs reprises à la communauté internationale, en particulier aux Nations Unies, d’envoyer une mission d’enquête en Iran pour enquêter sur les conditions de mort et de blessures de manifestants en novembre et visiter les prisons iraniennes et les prisonniers.

Se référant aux arrestations arbitraires de manifestants par le régime, Amnesty International a écrit: «Les autorités iraniennes ont poursuivi la répression en arrêtant des milliers de manifestants ainsi que des journalistes, des étudiants et des défenseurs des droits humains pour les empêcher de parler de la répression impitoyable de l’Iran. Ils ont été soumis à la torture et à d’autres mauvais traitements; ils ont été battus, frappés, frappés à coups de pied et flagellés. Beaucoup se voient refuser l’accès à leurs familles et à leurs avocats. Des enfants aussi jeunes que 15 ans ont été arrêtés et détenus aux côtés d’adultes dans des prisons réputées pour leur torture. »

Se référant à la deuxième vague de protestations qui a éclaté Le 11 janvier, après que le régime a reconnu avoir abattu un avion de ligne ukrainien, tuant 176 personnes innocentes à bord, Amnesty a écrit : « Les 11 et 12 janvier 2020, les forces de sécurité ont fait usage de la force illégale contre des manifestants pacifiques qui se sont rassemblés à travers l’Iran pour organiser des veillées et des manifestations exigeant la responsabilité après que les autorités ont reconnu avoir abattu un avion de passagers ukrainien le 8 janvier, tuant les 176 personnes à bord. Les forces de sécurité ont frappé les manifestants avec des matraques et ont utilisé des balles pointues, des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes et du gaz poivré contre eux. Certains manifestants blessés, y compris ceux souffrant de blessures douloureuses, n’ont pas demandé de soins hospitaliers de peur d’être arrêtés.

Au cours de ces manifestations dans au moins 19 provinces, des Iraniens et des étudiants ont scandé : «1 500 sont nos morts en novembre». Les manifestants ont également demandé la libération des personnes arrêtées lors du soulèvement de novembre.

Dans son action, Amnesty a appelé le régime iranien à « libérer immédiatement et sans condition toutes les personnes détenues arbitrairement » et « à respecter le droit des manifestants à la liberté d’expression et de réunion pacifique ». Il a également exigé que « les experts de l’ONU aient immédiatement accès aux détenus dans les centres et les prisons et aux familles des personnes tuées et arrêtées afin de mener des enquêtes. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe