mardi, janvier 31, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsAmnesty International alerte l’opinion publique sur la menace d'exécution de 10 grévistes...

Amnesty International alerte l’opinion publique sur la menace d’exécution de 10 grévistes de la faim, dont un mineur

Amnesty International a alerté l’opinion publique sur la menace des autorités iraniennes d’expédier l’exécution de 10 condamnés à mort, en représailles à leur grève de la faim. “Nous demandons aux autorités de commuer immédiatement les condamnations à la peine capitale prononcées contre ces hommes”, a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui , directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

“ Il est vraiment déplorable que les autorités iraniennes jouent de la sorte avec la vie de ces hommes. Recourir à des menaces de mort dans le but de réprimer la grève de la faim des prisonniers ne fait que souligner à quel point le système pénal iranien est vicié”, a-t-elle ajouté.

L’un de ces 10 prisonniers, Saman Naseem, a été condamné à mort en 2013 pour son implication dans des activités armées contre l’État, après avoir semble-t-il pris part, alors qu’il était encore mineur, à une fusillade lors de laquelle un membre des gardiens iraniens de la révolution a été tué.

Nous demandons que le cas de Saman Naseem soit réexaminé de manière équitable, sans recours à la peine de mort ni à des éléments de preuve obtenus sous la torture, et que soient prises en compte les dispositions du Code pénal iranien excluant l’application de la peine capitale aux mineurs délinquants dans certains cas.

Saman Naseem a été arrêté le 17 juillet 2011 alors qu’il n’avait que 17 ans. Il a été incarcéré pendant deux mois dans un centre de détention du ministère du Renseignement à Oroumieh. Il dit y avoir été torturé par des responsables des interrogatoires qui lui ont arraché les ongles des mains et des pieds, et lui ont donné des coups qui lui ont valu des hématomes sur le dos, les jambes et l’abdomen. Il a également affirmé avoir signé des « aveux » écrits alors qu’il avait les yeux bandés.

Le 14 décembre, Saman Naseem a été transféré dans un hôpital pénitentiaire car il souffrait d’hypotension et se sentait faible, mais il a refusé de rompre son jeûne. Il a été renvoyé au quartier cellulaire n° 12 le jour même.

 

DES DÉTENUS EN GRÈVE DE LA FAIM CONTRE LES MALTRAITANCES

Des détenus du quartier n° 12 de la prison centrale d’Oroumieh ont entamé une grève de la faim afin de protester contre la décision de transférer 40 prisonniers condamnés pour des crimes graves, tels que le meurtre et le vol à main armé, dans leur quartier, craignant la détérioration de leur sécurité.

Les autorités carcérales auraient en outre soumis les grévistes de la faim à des passages à tabac et à d’autres mesures punitives, et menacé de les transférer dans des prisons loin de tout, dans le sud du pays, afin de les forcer à mettre un terme à leur grève de la faim.

Ces prisonniers, qui appartiennent tous à la minorité kurde d’Iran, affirment qu’ils poursuivront leur grève de la faim jusqu’à ce que les autorités cessent de maltraiter les prisonniers. Les grévistes de la faim qui ne sont pas condamnés à mort purgent des peines allant de six mois à 34 ans de prison.

« La peine de mort est un châtiment cruel et inhumain, quelles que soient les circonstances. Au lieu de menacer ces prisonniers d’exécution, les autorités doivent commuer leur condamnation à mort et s’assurer qu’ils soient traités avec humanité « , a martélé Hassiba Hadj Sahraoui.

 

Agissez ! Empêchez l’exécution d’un jeune iranien. SIGNEZ!

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe