mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeAmman à Bush: régler la question palestinienne pour couper la voie à...

Amman à Bush: régler la question palestinienne pour couper la voie à l’Iran

Par Randa Habib

Agence France Presse – La Jordanie voit dans la visite du président George W. Bush mercredi une opportunité de discuter du règlement de la question palestinienne, nécessaire pour assurer la stabilité dans la région et faire échec aux visées iraniennes.
 
"La visite du président Bush est une excellente occasion pour la Jordanie d’évoquer la question palestinienne, et de souligner que le règlement de cette question empêcherait l’Iran de profiter des crises dans la région pour ses objectifs expansionnistes", a indiqué un responsable gouvernemental sous couvert de l’anonymat.

Le roi de Jordanie Abdallah II aura une rencontre bipartite avec George W. Bush mercredi soir, dés son arrivée à Amman pour une visite destinée à rencontrer le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki.
 
Ce dernier "se joindra brièvement à la rencontre" et n’aura d’entretiens approfondis avec M. Bush que jeudi au petit-déjeuner.

Le message du roi de Jordanie à M. Bush, lors de leur dîner de travail, sera surtout: "réglons la question palestinienne pour faire prévaloir la modération dans la région", a-t-on indiqué de même source.

La Jordanie voit dans l’Iran "un danger réel, en raison de son influence grandissante non seulement en Irak, mais également au Liban à travers le Hezbollah et dans les territoires palestiniens par son alliance avec le mouvement islamiste Hamas", a affirmé le responsable.

"Le meilleur moyen de contrer ce danger iranien est de régler la question palestinienne sur la base de deux Etats, ce qui renforcera le courant modéré dans la région et permettra une stabilité", a-t-il ajouté.

Le roi et le président palestinien Mahmoud Abbas ont discuté mardi à Amman des moyens de relancer les négociations de paix entre Palestiniens et Israéliens, estimant que "les chances de réaliser la paix (…) sont plus grandes que jamais".

M. Abbas a jugé "positif" un appel du Premier ministre israélien, Ehud Olmert, à une relance du dialogue, selon un communiqué du Palais royal.

Abdallah II a pour sa part affirmé qu’il insisterait mercredi auprès de M. Bush en faveur d’un règlement juste de la question palestinienne, crucial pour la stabilisation de la région.

"Palestiniens et Israéliens doivent revenir à la table des négociations afin de garantir la sécurité et la stabilité pour les peuples de la région", a dit le souverain hachémite.

La visite de M. Bush en Jordanie "n’est pas une coïncidence", a encore estimé ce haut responsable. "Il aurait pu faire un aller retour en Irak pour rencontrer M. Maliki, mais il a voulu venir +écouter+ les points de vue de la Jordanie", qui, a-t-il dit, "reflètent ceux des pays arabes avec qui elle se coordonne" comme l’Egypte, l’Arabie Saoudite et d’autres pays du Golfe.

Si, pour la Jordanie, la priorité doit être donnée à la question palestinienne, le royaume n’en est pas moins "intéressé à parler de l’Irak", son voisin de l’est en proie à des violences confessionnelles croissantes.

Jugeant que "les Etats-Unis ne peuvent pas quitter ce pays en flammes", le responsable gouvernemental a évoqué les risques de contagion de l’insécurité irakienne à d’autres pays de la région.

Il a également mis en garde contre une "désintégration interne totale qui ouvrirait la voie à une intervention extérieure", comme lorsque la Syrie a profité de la guerre civile au Liban pour imposer son hégémonie.

A cet égard, le roi de Jordanie, qui a eu mardi un entretien téléphonique avec le Premier ministre libanais Fouad Siniora, défendra également auprès de M. Bush la nécessité d’un "soutien" des Etats-Unis au gouvernement libanais.

 
 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe