vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeAl-Ani dénonce l'exportation d'armes à feu et d'explosifs du régime iranien en...

Al-Ani dénonce l’exportation d’armes à feu et d’explosifs du régime iranien en Irak

Al Ani au studio de la chaine Al-RachidCNRI – Un haut responsable de la coalition al-Irakiya, qui a remporté les élections législatives en Irak, a accusé le régime iranien d’avoir envoyé des armes de poing, des silencieux, des bombes et des explosifs en Irak, ajoutant que les déclarations provocantes des responsables du régime servaient d'exemples de son ingérence dans les affaires irakiennes.

Selon la télévision al-Rashid, le Dr. Zafer al-Ani a déclaré que « l'ingérence du régime de Téhéran et du guide suprême ne touche pas seulement les affaires politiques mais aussi les tentatives pour former le prochain gouvernement. »

 «En refusant d'accepter les résultats de l'élection et de les contourner, a-t-il ajouté,  [l'actuel Premier ministre Nouri] al-Maliki bloque en fait  la transition pacifique du pouvoir. Celui qui n'est pas prêt à céder le pouvoir pacifiquement ne peut prétendre être attaché à la démocratie. Si tel est le cas, alors pourquoi avons-nous eu des élections? »

Al-Ani a ajouté : « C'est pourquoi, lorsque nous constatons le refus de transférer le pouvoir  pacifiquement, nous allons porter ce problème sur la scène internationale. »

« Si Téhéran continue son ingérence dans les affaires irakiennes, les portes qui rendront l’affaire internationale, vont s’ouvrir. »

En réponse à une question sur ses éléments de preuve concernant l'ingérence de Téhéran en Irak, Al-Ani a répondu : « Les discours des responsables du régime iranien et de son ambassadeur, l'interférence du [guide suprême des mollahs Ali] Khamenei et de son ministère du Renseignement, l'envoi d’armes de poing munis de silencieux, les attentats à la bombe, des cargaisons d'explosifs, et des pourparlers qui se tiennent à Qom et à Téhéran, voilà autant d’indications de cette ingérence. »

Il a précisément fait allusion à Qassem Suleimani, le commandant de la Force terroriste Qods : «Actuellement, on entend plus le nom de Qassem Suleimani en Irak que celui du chef du renseignement américain ou même des responsables irakiens. Suleimani est quelqu'un qui veut redéfinir la politique irakienne. »
Al-Ani a affirmé qu'il croyait que les gouvernements arabes de la région avaient une grande responsabilité quand il s'agissait des visées du régime iranien, qui a l'intention de transformer l'Irak en arrière-cour de Téhéran. Un gouvernement en Irak qui est lié au régime iranien, a- t-il ajouté, serait le résultat de pressions criossantes.

« L'exemple le plus frappant de l'ingérence du régime iranien en Irak est sa ligne rouge contre Al-Irakiya et le prochain premier ministre. »

« Mais nous avons besoin d'un nouveau gouvernement », a ajouté le Dr. al-Ani, « qui peut travailler avec les autres sans adopter l'approche totalitaire qui a caractérisé les quatre dernières années. »‎

« Je tiens à déclarer au peuple honorable d’Irak, a-t-il précisé, qu’al-Irakiya est le parti principal et sera à la tête du prochain gouvernement, mais sans al-Maliki comme premier ministre. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe