jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran Résistance150 députés du Bundestag appellent à une politique de fermeté avec le...

150 députés du Bundestag appellent à une politique de fermeté avec le régime des mollahs

150 députés du Bundestag appellent à une politique de fermeté avec le régime des mollahs Les parlementaires expriment leur soutien à l’appel de Maryam Radjavi pour un changement démocratique en Iran

Les législateurs exigent la protection des résidents de la Cité d’Achraf et des garanties du respect de leurs droits fondamentaux

DSFI (Comité de solidarité allemand pour un Iran libre) – Lors d’une réunion aujourd'hui au Reichstagpräsidentenpalast, 150 députés de tous les groupes politiques du Bundestag ont appelé à une politique de fermeté vis-à-vis du régime iranien et ont exprimé leur soutien à une solution proposée par la Résistance iranienne.

 

Mme Maryam Radjavi, Présidente élue de la Résistance iranienne, venue en Allemagne à l'invitation de parlementaires allemands, était la principale oratrice. L'événement était organisé par le Comité de solidarité allemand pour un Iran libre (DSFI). Des dizaines de députés, des personnalités politiques et sociales ainsi que des dignitaires religieux ont assisté à la réunion.

En signe de respect pour les victimes de la dictature religieuse au pouvoir en Iran, M. Hermann-Josef Scharf, de l'Union démocrate chrétienne (CDU), a présenté à Mme Radjavi une plaque portant la déclaration signée par 150 membres du Parlement fédéral.

La déclaration condamne les violations systématiques des droits de l'homme par le régime, son mépris flagrant pour les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies, ses efforts secrets visant à obtenir des armes nucléaires et l'exportation du terrorisme et de l’intégrisme. Les députés ont souligné que « la politique de complaisance et les négociations avec le régime ont échoué depuis longtemps. »

Tout en exprimant leur soutien à la proposition Mme Radjavi pour un changement démocratique en Iran, ils ont ajouté que « l'étiquette de terroriste de l’organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), en tant que composante majeure de l'opposition, a agi comme le principal obstacle au changement en Iran. Les tribunaux de Grande-Bretagne et de l'Union européenne ont annulé cette désignation. Les deux Chambres du Parlement britannique, des majorités aux parlements français, italien et belge ainsi que les résolutions de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, du Parlement européen et du Parlement danois demandent la suppression de l'étiquette de terroriste. Par conséquent, nous demandons au gouvernement allemand de supprimer cette étiquette injuste en coopération avec la présidence de l'UE. Cela servirait l’état de droit, ferait preuve de respect pour les représentants élus des peuples d'Europe et répondrait à un impératif pour la paix internationale. »

La déclaration souligne que « le régime utilise cette étiquette comme prétexte pour comploter contre 4000 membres de l’OMPI résidant à la Cité d’Achraf en Irak. Ils vivent en Irak comme réfugiés politiques et, depuis 2004, ont été reconnus comme personnes protégées en vertu de la quatrième Convention de Genève et la Force Multi-Nationale – Irak (MNF-I) est chargée de leur protection. » En rappelant que cette responsabilité n'est pas transférable, la déclaration demande à la FMN-I de « continuer à protéger les résidents d'Achraf et a met en garde contre son transfert qui ouvrirait la voie au massacre des résidents d’Achraf par le régime iranien. »

Dans son discours, Mme Radjavi a déclaré : «Si la communauté internationale ne veut pas voir un Iran nucléaire et agressif et cherche à éviter une guerre, la seule solution est un changement démocratique par le peuple iranien et sa résistance. »

Elle a ajouté : « Notre projet pour l'Iran est la démocratie. Un projet fondé sur le pluralisme et la séparation de la religion et de l'État. Un projet pour l'égalité entre les sexes, une participation active et égale des femmes dans le leadership politique, pour, à notre avis, garantir une démocratie durable pour l'Iran de demain. Et un projet fondé sur les droits de l'homme et l'abolition de la peine de mort. Pour atteindre cet objectif, la Résistance a mis en place une forme démocratique de fonctionnement dans ses propres rangs. Le Parlement de la résistance, le Conseil national de la Résistance iranienne, représente les différents secteurs de la société iranienne, les partis politiques et représentants des minorités religieuses. »

La Présidente-élue de la Résistance iranienne a souligné, «l'Allemagne doit se tenir aux côtés de millions d'Iraniens qui réclament le changement ». Elle a ajouté : « Certains ont accepté la propagande du régime sur sa stabilité et remettent en question la possibilité d'un changement démocratique. Je rappelle qu’il y a trente ans, aux États-Unis on décrivait la dictature du chah comme un îlot de stabilité. Mais, moins d'un an plus tard, il ne reste rien de ce régime. Le peuple iranien et sa Résistance peuvent apporter un changement démocratique. 

Berlin, le 24 novembre 2008

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe