jeudi, février 9, 2023
AccueilUncategorizedProcès d'Hamid Noury : Seules 150 personnes ont survécu dans la prison...

Procès d’Hamid Noury : Seules 150 personnes ont survécu dans la prison d’Evine en Iran (un ex-prisonnier)

La 50e session du procès d’Hamid Noury en Suède s’est achevée jeudi dernier. Noury, un responsable pénitentiaire iranien impliqué dans des crimes contre l’humanité dans les années 1980, a été arrêté à son arrivée en Suède en 2019.

Il est accusé d’avoir participé activement au massacre de plus de 30 000 prisonniers politiques en 1988. Les principales victimes de ce massacre étaient les partisans de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/L’OMPI).

Le procès de Noury en Suède a repris la semaine dernière après que le lieu du procès a été brièvement transféré en Albanie à la demande des procureurs pour entendre les témoignages des membres de l’OMPI qui étaient en prison en 1988 et qui sont des plaignants dans l’affaire Noury. Il convient de noter que près de 3 000 membres de l’OMPI résident en Albanie après leur déménagement d’Irak en 2016.

Lors de la séance de jeudi, Reza Shemirani, un partisan du l’OMPI, a témoigné. Il a passé dix ans de sa vie en prison dans les années 1980 et a été témoin du massacre de prisonniers politiques à la prison d’Evine en 1988. Il a écrit un livre sur ses souvenirs en prison.

« Le massacre des prisonniers politiques a commencé le 27 juillet 1988 et s’est poursuivi pendant plusieurs mois », a déclaré Shemirani au tribunal jeudi. « Environ 3 500 à 4 000 hommes et femmes ont été exécutés rien que dans la prison d’Evine. À la fin du massacre, seuls environ 120 prisonniers de sexe masculin et 20 à 30 prisonnières de sexe féminin étaient en vie. »

Shemirani a rappelé que Mosa Vaezi, le représentant du ministère du Renseignement du régime, avait reconnu avoir massacré des prisonniers sur ordre du Guide suprême du régime de l’époque, Rouhollah Khomeini.

« À la mi-octobre, il m’a dit que nous avions commis [ce massacre] sur les ordres de l’imam [Khomeini]. Nous vous arrêterons et vous exécuterons immédiatement si vous tentez de rejoindre l’OMPI. Ensuite, nous dirons aux familles ils sont maintenant avec l’OMPI en Irak en train de défiler », a déclaré Shemirani.

« Environ un mois avant les massacres, en juin 1988, j’étais dans une cellule ‘à huis clos’ avec dix à douze détenus. Mojtaba Halvaie et Mohammad Elahi [les responsables de la prison] sont venus dans notre cellule et nous ont dit d’emballer nos affaires. Vous partez ! Lorsque l’un des prisonniers demande où ils vont, Halvaie a répondu : « Ils vont dans un bon endroit avec toutes les facilités. » Ils ont été conduits dans le bâtiment dit « résidentiel ». Les détenus étaient séparés en groupes de deux ou trois. Selon Shemirani, ils sont restés dans leurs cellules jusqu’en juillet 1988.

« Le 24 juillet, un gardien est venu dans notre cellule et nous a donné un formulaire à remplir. Nous devions écrire notre nom, le nom de notre père, l’adresse, la date de naissance et l’accusation. »

Ils ont ensuite été emmenés en minibus jusqu’au parquet. Shemirani a ensuite été emmené dans les salles notoires 209 de la prison d’Evine. Là, il voit de nombreux prisonniers, hommes et femmes.

Après un certain temps d’attente, le gardien l’emmène à la « Commission de la mort ». Les commissions de la mort se composaient de quatre personnes chargées d’identifier les partisans fidèles du L’OMPI et de les envoyer à la potence. L’un des membres de la Commission de la mort de Téhéran était Ebrahim Raïssi, l’actuel président du régime iranien.

« [Hossainali] Nayeri m’a demandé mon nom et quelle était ma charge. Malheureusement, je n’ai pas fait ce qu’il fallait comme mes amis l’ont fait. Je n’ai pas dit le mot OMPI que j’aurais dû. Nayeri a dit à un homme qui marchait de me sortir, que j’ai reconnu plus tard que c’était Raïssi, l’actuel président du régime », a déclaré Shemirani.

«Raïssi n’était pas très content, car il était en charge de mon dossier. Il a dit : ‘Haji, c’est un hypocrite [un terme péjoratif utilisé par les responsables du régime pour décrire les partisans de l’OMPI].’ Il voulait convaincre Nayeri de m’exécuter », a déclaré Shemirani.

Rencontre avec Noury

Noury était à la prison de Gohardacht lors du massacre de 1988. Il avait auparavant travaillé à la prison d’Evine. Shemirani voit Noury plusieurs mois après le massacre de la prison d’Evine.

« Je marchais avec Akbar Samedi [un membre du l’OMPI maintenant en Albanie]. C’était avant midi. Deux individus sont entrés dans notre service et ont vérifié toutes les cellules. Quand ils sont passés devant Akbar et moi, j’ai demandé à Akbari qui sont ces gens ? Il a dit : « Hamid Noury et Nasserian qui étaient à Gohardasht », a déclaré Shemirani.

« Ensuite, Abbassi [Noury] a vu Akbar Samadi et a dit : « Oh ! Que fais-tu ici? Es-tu toujours en vie? Vous avez trompé le bourreau ! Mais il n’y aura pas une deuxième chance », a-t-il ajouté.

Il est à noter que Samadi l’un des plaignants qui a témoigné il y a deux semaines en Albanie, a miraculeusement échappé à l’exécution.

Lors de ses audiences la semaine dernière, Noury a reconnu que le nom OMPI est une ligne rouge en Iran sous le régime des mollahs et utiliser ce nom mettrait sa vie en danger malgré sa loyauté envers le régime iranien.

Simultanément au procès de Noury, les partisans de l’OMPI ont manifesté par temps glacial devant le tribunal. Les membres des familles des victimes ont assisté à ce rassemblement et ont partagé leurs douloureuses histoires avec les médias.