jeudi, décembre 8, 2022
AccueilUncategorizedIran 1979 : Une révolution qui a réussi à abolir la monarchie...

Iran 1979 : Une révolution qui a réussi à abolir la monarchie avant d’être dévoyée

1979 : Une révolution qui a réussi à abolir la monarchie en Iran avant d’être dévoyée
Pendant le soulèvement contre le régime dictatorial du Chah, les manifestants portent une banderole en soutien aux fondateurs de l’OMPI.

Écrit par : Dr Saeid Sajadi

La révolution iranienne de 1979 est intervenue dans l’esprit de la révolution constitutionnelle de 1906 et du mouvement national de 1951-53, avec le Premier ministre Mohammad Mossadegh. L’objectif principal de la révolution de 1906 était de limiter le pouvoir des monarques absolus par un changement dans la constitution et la formation du Majlis, ou le parlement. Cependant, Reza Pahlavi est devenu le principal instrument pour inverser le processus de démocratisation et pour rétablir la monarchie absolue. Des années plus tard, en raison de son alliance naissante avec l’Allemagne nazie, les Alliés l’ont destitué du pouvoir en 1941 et ont couronné son fils, Mohammad Reza Pahlavi.

Dans le vide du pouvoir qui a suivi le départ de Reza Chah, le peuple iranien a pu respirer à nouveau. Ils se sont organisés pour apporter un changement durable. Plus particulièrement, le mouvement de nationalisation du pétrole sous la direction de Mossadegh prenait des mesures pour réformer et démocratiser la politique iranienne. Cependant, Mossadegh a été destitué par un coup d’État à l’instigation de la Grande-Bretagne et des États-Unis. Ce qui a suivi a été 25 ans de règne cruel absolu de Mohammad Reza Chah. Sa police secrète notoire, SAVAK, a joué un rôle central dans la répression des forces vives de la société.

Après les tentatives infructueuses du peuple iranien pour réformer le système de la monarchie absolue qui a marqué les 2 500 ans d’histoire de l’Iran, la révolution de 1979 a cherché à déraciner ce système répressif une fois pour toutes. La révolution a réussi à mettre fin à la monarchie en Iran, cependant, il n’a pas atteint son deuxième objectif d’instaurer une liberté durable. De ce point de vue, la révolution de 1979 en Iran ressemble à la Révolution française de 1789.

Tous deux ont mis fin à la monarchie mais n’ont pas réussi à obtenir les libertés qu’ils avaient promises. En France comme en Iran, les révolutions se sont terminées par un règne de terreur peu de temps après. Malheureusement, ce résultat n’est pas surprenant puisqu’un mécanisme fiable de transition vers une société libre et démocratique est nécessaire. Il existe de nombreuses conditions préalables à cela, notamment des partis ou des organisations politiques indépendants et démocratiques, une éducation adéquate et une profonde culture de résistance à la tyrannie. Cependant, la condition préalable la plus importante est le leadership démocratique pour la phase de transition. Mais les monarques absolus empêchent ces institutions et conditions nécessaires de s’enraciner dans la société.

Par conséquent, le Chah a joué le rôle le plus crucial en ouvrant la voie à la prise de contrôle de l’Iran par Khomeiny en refusant de mettre en œuvre des réformes politiques et économiques significatives, et en éliminant toutes forces démocratiques en Iran avant la révolution de 1979. De plus, le Chah a épargné les mollahs, leur donnant l’espace politique suffisant dont ils avaient besoin pour influencer le résultat de la révolution en leur faveur. Plus précisément, le Chah a fourni aux mollahs des allocations et les a laissés étendre leurs organisations et leurs réseaux.

D’autre part, le Chah a exécuté les fondateurs de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK) et les dizaines de ses membres. Il a emprisonné l’intégralité des cadres de l’organisation pendant les sept années précédant la révolution. Ce n’est que quatre jours après que le Chah a été contraint de fuir l’Iran et trois semaines avant la chute de son régime que les membres de l’OMPI, dont son dirigeant Massoud Radjavi, ont été libérés des prisons par le peuple. À ce moment-là, Khomeiny surfait sur la vague de la révolution et son image était « vue sur la lune ».

Contrairement aux masses qui ont été injustement trompées à l’époque, l’OMPI était bien conscient de la nature réactionnaire de Khomeiny. Khomeiny avait acquis une légitimité politique et un pouvoir inégalés jamais vus dans l’histoire de l’Iran. Néanmoins, l’OMPI a dirigé le mouvement pour un Iran libre et démocratique et a tenté de participer au processus politique. Cependant, non seulement Khomeiny a-t-il refusé à l’OMPI la possibilité de participer au processus politique, mais il a également refusé même d’autoriser leur existence politique. Au cours des quatre dernières décennies, l’OMPI a déployé des efforts inlassables pour entretenir les flammes de l’espoir et de la résistance et pour faire tomber les mollahs fondamentalistes.

Le mouvement dirigé par l’OMPI représente la véritable nature d’un islam tolérant, où les femmes dirigent le mouvement contre les mollahs misogynes, et la liberté est considérée comme le fondement de la nature humaine et de la vie politique. Au cours de la révolution de 1979, Massoud Radjavi a identifié la source de l’échec de la plupart des révolutions, dans leur manque d’adhésion à la cause de la liberté comme objectif premier.

Aujourd’hui, le mouvement de protestation en Iran, dirigé par les unités de résistance de l’OMPI, ouvre la voie à la prochaine vague de soulèvements pour renverser les mollahs. Ce mouvement est la continuation de la révolution de 1979 pour parvenir à la liberté. Ce mouvement est l’aboutissement de la révolution de 1979 et l’abolition l’obstacle de à la liberté en Iran. Le peuple iranien a appris des expériences de la Révolution française, qui n’a pas réussi à empêcher un retour à la monarchie. En conséquence, la cause de la liberté et de la démocratisation a été retardée en France. Pour cette raison, le peuple iranien chérit l’abolition de la monarchie en Iran en 1979, et les Iraniens célèbrent ce gain chaque année à l’occasion de l’anniversaire de la révolution.

Un Iran stable, libre et non nucléaire n’est réalisable que dans le cadre d’une république fondée sur les principes d’une démocratie laïque. Par conséquent, défendre une république libre en Iran n’est pas simplement une cause nationale, mais doit être considéré comme un objectif mondial nécessaire. À cette fin, le soutien aux unités de résistance rebelle en Iran contribuera à accélérer le processus de changement démocratique par le biais de soulèvements populaires.

Dr Saeid Sajadi

Le Dr Saeid Sajadi soutient activement le mouvement pour la liberté et la démocratie en Iran depuis des décennies. Il est médecin en exercice aux États-Unis et étudie actuellement les relations internationales à l’Université de Harvard.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe