vendredi, décembre 9, 2022
AccueilUncategorizedHaut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés

Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés

UNHCR
Mise à jour N° 7

Habitants du camp du Nouvel Irak (anciennement camp d’Achraf)
et le traitement de leur dossier pour trouver des solutions*

•A la suite de l’attaque meurtrière sur le camp du Nouvel Irak le 1er septembre, dans laquelle plus de 50 habitants sont morts, le HCR reste gravement préoccupé par la sécurité des anciens habitants du camp du Nouvel Irak.  Selon des informations parvenus au HCR, sept individus qui habitaient au camp du Nouvel Irak et ont disparu du camp le 1er septembre, sont détenus quelque part en Irak et pourraient être en danger d’être renvoyés contre leur volonté en Iran. Ces sept personnes sont toutes connues du HCR pour être des demandeurs d’asile, et l’agence espère avoir une chance de les interroger. A la lumière des informations multiples et persistantes toute la semaine dernière comme quoi ces individus encourraient le risque d’un retour forcé en Iran, le HCR appelle le gouvernement irakien à les localiser, à assurer leur sécurité physique et à les protéger contre un rapatriement forcé en Iran.

•Le HCR est heureux que les 42 habitants restants du camp du Nouvel Irak aient été transférés en toute sécurité au camp Hurriya, et a réitéré le besoin urgent d’une protection physique renforcée dans ce site, demandant au gouvernement irakien de faire tout ce qui est en son pouvoir pour garantir la sécurité des habitants de Hurriya.

•A la lumière des inquiétudes de sécurité après des attaques sur le camp Hurriya et les événements récents au camp du Nouvel Irak, la majorité des habitants ont décidé de ne pas assister aux entretiens prévus pour eux avec le HCR, pour traiter leurs cas. Néanmoins, le HCR continue de traiter les demandes des habitants qui ont été transférés, volontairement, au camp Hurriya et qui dialoguent avec le HCR.

•Les habitants du camp qui ont soumis des demandes de protection internationale sont formellement des demandeurs d’asile en vertu du droit international. Le HCR considère ces demandes sur une base individuelle dans une procédure appropriée. Des entretiens individuels se déroulent – avec ceux qui dialoguent – dans un lieu sûr et neutre et en toute confidentialité. La transmission aux Etats des dossiers de ceux nécessitant une protection internationale déterminée, est en cours. En attendant leur réinstallation hors d’Irak, les habitants sont en transit dans le camp Liberty, pendant que l’ont traite leur demandes. 

•Le droit international requiert que les demandeurs d’asile soient en mesure de bénéficier d’une protection de base pour leur sécurité et leur bien-être. Cela comprend la protection contre toute expulsion ou retour aux frontières de territoires où leur vie ou liberté seraient menacées (principe du non-refoulement) ainsi qu’un traitement conforme aux normes humanitaires de base – y compris, et le plus important, leur sécurité. C’est au gouvernement irakien qu’incombe la principale responsabilité visant à assurer le respect de ces normes. La liberté de mouvement est l’état le plus souhaitable durant le déroulement du processus.

•Le HCR, avec le gouvernement irakien, la MANUI et les autres acteurs concernés, y compris de manière importante, la communauté internationale, reste engagé à accomplir sa part pour trouver des solutions pacifiques à ce problème de longue date. En conséquence, le HCR et la MANUI poursuivent leurs efforts combinés pour trouver des solutions, y compris des occasions de réinstallation, pour les habitants qui souhaitent partir d’Irak. A ce jour, un total de 210 habitants sont partis vers d’autres pays. .

HCR
Le 13 septembre 2013

* Ce document sera mis à jour selon les besoins

(traduction de l’original en anglais)

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe