mercredi, décembre 7, 2022
AccueiltempSyrie: jusqu'à 2.000 pasdaran et des forces inféodées à l'Iran près d'Alep

Syrie: jusqu’à 2.000 pasdaran et des forces inféodées à l’Iran près d’Alep

Syrie: jusqu'à 2.000 pasdaran et des forces inféodées  à l'Iran près d'Alep

Jusqu’à 2.000 pasdaran iraniens ou des forces inféodées à l’Iran participent près d’Alep à une offensive contre les groupes rebelles, dans un effort coordonné avec la Russie et le pouvoir syrien.

« Il pourrait y avoir jusqu’à 2.000 » combattants iraniens ou soutenus par l’Iran à l’offensive dans le sud-est d’Alep, a indiqué vendredi un responsable américain dont les propos ont été rapportés par l’AFP.

Ces combattants peuvent appartenir à des forces iraniennes comme les Gardiens de la Révolution (Pasdaran) ou à des groupes financés par Téhéran, comme le Hezbollah libanais, ou des groupes de combattants irakiens, a-t-il expliqué.

« Bien des choses qui se passent en ce moment trouvent leur origine dans le voyage à Moscou cet été du général iranien Souleimani », qui a permis de préparer l’offensive concertée actuellement en cours, a indiqué cette source.

La presse américaine et russe avait rapporté en août la visite à Moscou du général Souleimani, le chef de la force Qods chargée des opérations extérieures des Gardiens de la Révolution. Le secrétaire d’Etat américain John Kerry avait exprimé ses « inquiétudes », mais Moscou avait démenti.

Selon le responsable américain, les forces russes sont en train d’aider le régime du président syrien à mener deux offensives visant à « prendre en tenaille » les groupes rebelles dans les provinces centrales de Homs et Hama.

Parallèlement, les Iraniens et leurs groupes affiliés aident les forces syriennes à ouvrir un nouveau front près d’Alep, a-t-il dit. Les forces russes mènent depuis le 30 septembre des bombardements aériens en Syrie. Moscou affirme viser le groupe Etat islamique, mais Washington accuse la Russie de viser surtout à soutenir l’offensive syrienne contre les rebelles opposés à Bachar al-Assad.

Le numéro un des pasdaran en Syrie, Hossein Hamedani, a été tué la semaine dernière près d’Alep. L’ancien chef pasdaran, Mohsen Rezaie, a mentionné le rôle crucial d’Hamedani en Syrie et l’importance stratégique du dictateur syrien pour la survie du régime des mollahs.

« La raison pour laquelle Hamedani a été tué en Syrie est claire, c’est pour que l’insécurité n’atteigne pas Téhéran. Les gens ne devraient pas demander pourquoi il a été tué en Syrie. Hamedani y était pour assurer la sécurité [de l’Iran]… Hamedani a participé à 80 opérations en Syrie. Il a inauguré la caserne Hazrat Zeinab à Damas et a formé 40 à 50 000 syriens », a-t-il affirmé. (Médias officiels, 11 octobre).

 

Lire aussi:

Les hauts dirigeants du régime iranien reconnaissent le rôle déterminant d’Hamedani dans la répression en Iran et le massacre de la population syrienne 

Les Etats arabes appèlent le régime iranien à cesser l’ingérence régionale

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe