mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceRama Yade : la France ne veut pas un régime iranien fait de...

Rama Yade : la France ne veut pas un régime iranien fait de larmes et de sang 

« Alors le 16 novembre prochain le président Rohani sera en France, lorsqu’il foulera le sol français, soyons nombreux à lui rappeler que la France est et restera le pays des droits de l’homme, que nous français ne sommes pas prêts à sacrifier ce qui fait notre identité profonde pour quelques contrats commerciaux », a déclaré Rama Yade, ancienne secrétaire d’État chargée aux Droits de l’homme, à l’occasion de la Journée mondiale contre la peine de mort, le 10 octobre.

À cette conférence intitulée « Iran : droits de l’homme, stopper les exécutions », tenue à l’invitation du Comité de soutien aux droits de l’homme en Iran (CSDHI), d’autres personnalités sont également intervenues, notamment Maryam Radjavi (Présidente-élue du CNRI), Phumla Mandela (fille de Nelson Mandela), Me Henri Leclerc, Gilbert Mitterrand (Président de la Fondation France Liberté-Danielle Mitterrand), Patrick Baudouin (Président d’honneur de la FIDH), Mgr Jacques Gaillot, Jean-François Legaret, maire du 1er ardt de Paris, de Tahar Boumedra (ancien directeur du bureau des droits humains de l’ONU en Irak), François Colcombet, cofondateur du CFID, Jean-Pierre Brard (ancien député-maire).

Dans son intervention, la Vice-présidente du Parti radical a déclaré :

« Madame la présidente Maryam Radjavi je voudrais tout d’abord féliciter Paria et Farzad pour leur témoignage exceptionnel qui  m’a profondément ému. Merci à vous pour votre courage et votre détermination. Nous voici réunis aujourd’hui pour un moment critique dans l’histoire du monde. Jamais le terrorisme n’a été aussi sanglant, jamais la poudrière du Moyen-Orient n’a été aussi explosive et jamais les puissances occidentales n’ont été aussi menacées. 

C’est dans ce contexte qu’elles ont fait un pari fou, insensé, dangereux. Le 14 juillet restera le jour noir où après 12 ans de négociations, les grandes puissances de la communauté internationale et le gouvernement iranien ont signé un accord sur le programme nucléaire de Téhéran. Cet accord est une faute. D’abord, il y a importante nuance par  rapport aux négociations de 2003-2005 : il n’est plus question ici de démanteler le programme nucléaire iranien, mais bien de reconnaître à l’Iran explicitement  la possibilité et le droit de poursuivre l’enrichissement et de conduire des activités de recherches et de développements. C’est un renoncement total qui ouvre la voie à une course à l’armement nucléaire dans la région. Et rien n’indique que les dirigeants actuels iraniens ne relanceront pas en secret un programme militaire. 

Rappelons-nous de l’accord nucléaire en Corée du Nord. En 1994 les États Unis signaient un accord-cadre avec ce pays pour l’arrêt immédiat de la recherche nucléaire militaire. Et moins de 10 ans plus tard, la Corée du Nord dénonçait cet accord et procédait à l’explosion de sa première bombe atomique. Ne nous faisons pas d’illusion, le pouvoir iranien fera la même chose et ses voisins le savent. 

Alors on nous dit que le président Rohani est un « modéré », au contraire du gouvernement précédent qui avait maté le soulèvement post-électoral de 2009. Que le président Rohani a fait le choix d’une « charte des droits de l’homme » pour l’Iran et promet d’améliorer les conditions des femmes et des minorités. C’est un mensonge ! 

Après deux ans de pouvoir il faut se rendre à l’évidence : 2000 exécutions, les tortures, le maintien prolongé à l’isolement, les enfermements dans des cellules minuscules, les passages à tabac, les menaces contre les proches, les peines de flagellation et d’amputations, souvent publiques pour faire peur à la population et ceux qui osent défier le régime. 

C’est le bilan de président Rohani ! 

Parallèlement la répression des opposants politiques se poursuit. Pas de liberté de parole, ni de presse, d’associations, de réunions. Ainsi que les discriminations à l’encontre des Azéris, des Baloutches, des Kurdes, des Turkmènes, mais également des chrétiens convertis et des musulmans sunnites. En matière de droits de l’homme il n y n’a absolument rien à attendre de ce régime. 

En cette Journée mondiale contre la peine de mort nous devons avec force poursuivre le combat pour l’abolition. 

Comme l’affirmait récemment le prix Nobel de la paix Shirine Ebadi, j’espère que les Américains et les Européens ne se précipiteront pas en Iran pour obtenir des parts de marché en oubliant les droits de l’homme. C’est pourtant ce qu’ils font tous les jours depuis l’accord du 14 juillet. 

Pourquoi avoir signé un tel accord ? La réponse tient en un mot : Daech. Nous aurions donc besoin du pouvoir iranien aujourd’hui pour se débarrasser de l’état islamique ! Là encore c’est un mensonge ! Ce pouvoir iranien a été l’un des principaux facteurs de déstabilisation du Moyen-Orient. Certainement pas une solution. 

Peut-on faire confiance à un état qui fait la même chose que Daech ? Peut-on faire confiance à un Etat qui soutient Assad ? Un boucher sanguinaire qui a 250000 morts sur la conscience et qui n’a pas hésité à gazer sa propre population en aout 2013. Peut-on faire confiance à un état qui s’est opposé à la France quand elle avait souhaité bombarder Assad ? Peut-on faire confiance à une dictature théocratique qui ne s’alimente que dans la haine de l’Occident et plus particulièrement d’Israël ? Peut-on faire confiance à un état qui a humilié notre ministre des Affaires étrangères lors de sa visite à Téhéran en juillet dernier ? 

Ne rêvons pas ! La signature de l’accord nucléaire ne changera pas la nature du régime iranien. Mais lui permettra au contraire de récupérer 150 milliards de dollars qui ont été des avoirs gelés à l’étranger, et de continuer avec plus de facilité encore à financer les mouvements terroristes. Autant dire que cet accord nucléaire ne va pas aider à stabiliser la région et ne permettra pas aux opposants politiques de vivre en paix. 

Alors le 16 novembre prochain le président Rohani sera en France. Et lorsqu’il foulera le sol français, soyons nombreux à lui rappeler que la France est et restera le pays des droits de l’homme ! Que nous français ne sommes pas prêts à sacrifier ce qui fait notre identité profonde pour quelques contrats commerciaux. 

Que nous préférons toujours la dignité de l’homme aux parts de marché. Que nous n’oublions pas les martyrs de la Résistance iranienne. Que nous ne sommes pas dupes d’un accord nucléaire sans contreparties et que nous ne nous laisserons pas abuser par sa fausse modération et qu’enfin la France ne veut pas accueillir un régime fait de larmes et de sang ! »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe