dimanche, février 5, 2023
AccueiltempLe régime iranien et le bilan des victimes des manifestations de novembre

Le régime iranien et le bilan des victimes des manifestations de novembre

Par Hamideh Taati

Les manifestations nationales de la mi-novembre ont secoué le régime iranien. Afin d’éviter sa chute immédiate, le régime a eu recours à une répression brutale. Selon le principal groupe d’opposition iranien, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), les forces de sécurité du régime ont tué au moins 1 500 personnes. L’OMPI a estimé le nombre de blessés à 4 000. Elle a déclaré que quelque 12 000 manifestants ont été détenus.

Pourtant, le régime est resté muet sur le nombre réel de victimes des manifestations.

Les chiffres de l’OMPI ont été annoncés après un travail prudent et laborieux du réseau de l’OMPI à l’intérieur de l’Iran. Déterminer l’ampleur exacte de la violence du régime et le nombre exact de victimes a été une tâche ardue. L’OMPI s’est appuyée sur son réseau de militants pour compiler méticuleusement et laborieusement des données provenant de toutes les coins du pays. Mais sa tâche a été rendue plus difficile par les efforts du régime pour dissimuler l’ampleur réelle des atrocités qu’il a commises.

Pour atteindre son objectif, le régime a censuré Internet dans le pays pendant près d’une semaine. Pourtant, les militants de l’OMPI ont pris de grands risques pour surmonter ces obstacles et obtenir des informations de l’intérieur du régime. Ces informations comprenaient des détails continuellement mis à jour au sujet des victimes, souvent accompagnés de leurs photos. Au 1er janvier, plus de 620 victimes avaient été identifiées.

Le 19 novembre, le CNRI a rapporté que « plus de 200 manifestants ont été tués au cours du soulèvement national du peuple iranien. Des milliers de personnes ont été blessées ».

Quatre jours plus tard, la Résistance iranienne a estimé le nombre de victimes à plus de 300.

Le 26 novembre, l’OMPI a annoncé que le nombre de victimes avait dépassé 450, alors que les troubles avaient embrasées 176 villes.

Le 4 décembre, le Conseil national de la Résistance iranienne a annoncé que selon l’OMPI, « le nombre de personnes tuées dans les manifestations qui ont balayé 189 villes est passé à plus de 1 000 ».

Le lendemain, lors d’une réunion d’information, le Représentant spécial des États-Unis pour l’Iran, M. Brian Hook, a déclaré que les forces de sécurité du régime avaient peut-être tué plus de 1.000 personnes lors du soulèvement de novembre.

Le 15 décembre, l’OMPI « a confirmé que plus de 1.500 manifestants ont été tués au cours du soulèvement national du peuple iranien dans différentes provinces du pays ». Au moins 400 personnes ont été tués à Téhéran, 320 à Kermanchah, 270 à Fars, 240 au Khouzistan, 120 à Ispahan, et 100 à Alborz (Karaj) ».

Le 23 décembre, Reuters a cité des sources au sein du régime qui ont confirmé que 1 500 personnes avaient été tuées pendant les manifestations.

Le rapport de Reuters a été accueilli avec des sources au sein du régime. Les médias officiels iraniens ont publié des tonnes d’articles niant ce chiffre pendant plusieurs jours. Ils ont souligné que la source des chiffres contenus dans le rapport était l’OMPI.

Le 24 décembre, l’agence de presse officielle Jamaran a écrit : « Reuters a publié un rapport spécial sur le nombre de morts lors des incidents de novembre et a déclaré que 1 500 personnes ont perdu la vie. Le fait intéressant est que la source de Reuters est le groupe des Moudjahidines du peuple [OMPI]. »

L’agence de presse officielle Alef, proche du Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, a reflété la peur du régime quant au rôle de l’OMPI dans la révélation des crimes du régime. Le 24 décembre, elle a écrit :

« Après les récents soulèvements, l’OMPI, qui a des années d’expérience dans le mensonge, a immédiatement annoncé le nombre de morts. Le nombre de personnes tuées a d’abord été faible et a progressivement augmenté … L’OMPI, par l’intermédiaire du Conseil national de la Résistance iranienne, au début de décembre, dans le communiqué n° 43, a affirmé qu’il y avait plus de 750 victimes. Un jour plus tard, ils ont affirmé que le nombre de morts avait atteint 1 000. Une semaine plus tard, Brian Hook, l’envoyé spécial du Département d’Etat américain pour l’Iran, a confirmé la déclaration de l’OMPI selon laquelle plus de 1 000 personnes avaient été tuées par les forces du régime en Iran ! Dans ses propos, il a répété le même récit ridicule de l’OMPI sur les forces de sécurité exigeant de l’argent des familles [des martyrs] pour les balles qu’ils ont tirées sur leurs proches. »

« Le 15 décembre, le Conseil national de la Résistance iranienne a publié le communiqué n° 55, et a annoncé que le nombre de morts avait atteint 1 500. De façon surprenante, cette statistique a maintenant été réintroduite dans le rapport controversé de Reuters », a ajouté le site Internet affilié au régime.

Le régime a réfuté le nombre de 1 500 martyrs. Pourtant, une question clé subsiste : Pourquoi n’a-t-il pas donné ses propres estimations, plus de six semaines après le soulèvement ?

N’ayant pas réussi à dissimuler le nombre de morts et l’ampleur de sa violence, le régime tente soit de minimiser son massacre, soit de rejeter la faute sur d’autres parties.

Dans des propos diffusés à la radio et à la télévision officiels et publiés par l’agence de presse officielle IRNA, Ali Shamkhani, Secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale du régime, a affirmé : « Plus de 85 % des personnes qui ont perdu la vie lors des récents incidents survenus dans les villes de la province de Téhéran n’ont participé à aucun des rassemblements de protestation et ont été tuées dans des circonstances suspectes avec des armes à feu et d’autres armes non fournies par les forces [de sécurité]. Ainsi, le projet [des groupes] de l’opposition d’accumuler les victimes dans cette région est certain. »
Après tout, Shamkhani a laissé une question sans réponse : 85 % de quel total ?

Le régime est incapable d’annoncer un chiffre beaucoup plus bas que celui qui a été fourni par l’OMPI. Mais il est également incapable de reconnaître quoi que ce soit qui se rapproche de la réalité de la situation, de peur que les dimensions de ses crimes ne soient révélées et que le régime ne soit obligé d’en assumer les conséquences.

Ce n’est là que le dernier exemple de l’impasse stratégique plus large dans laquelle se trouve le régime. Dans sa lutte pour se maintenir au pouvoir, les mollahs n’ont d’autre choix que de rester engagés dans le pire de leurs comportements malveillants tout en essayant en vain de nier sa responsabilité. Et parce que rien – pas même la censure complète de l’accès à Internet – ne peut entièrement arrêter la circulation d’informations, les actions du régime ne servent qu’à encourager davantage l’insurrection intérieure et la vigilance des démocrates du monde entier.