samedi, novembre 26, 2022
AccueiltempDes député: le Royaume-Uni doit se préoccuper des droits de l’homme en...

Des député: le Royaume-Uni doit se préoccuper des droits de l’homme en Iran

Des députés insistent pour que le Royaume-Uni se préoccupe des droits de l’homme en l’Iran

CNRI- Un grand nombre de députés de tous les principaux partis ont assisté à une conférence lundi à la Chambre des Communes du Royaume-Uni pour discuter des raisons sous-jacentes à la hausse des exécutions en Iran et des conséquences futures de la détérioration des droits de l’homme dans ce pays, a affirmé le « Comité Parlementaire Britannique pour la liberté en Iran ».

Dans une déclaration sur son site internet, le comité a ajouté : « Il a été fait lecture d’un message au nom de la Présidente-élue par la Résistance Iranienne Mme Maryam Radjavi, à la conférence à laquelle ont assisté plus de deux dizaines de parlementaires et de juristes, et où d’éminents défenseurs des droits de l’homme britanniques et membres de l’Association de la Jeunesse Anglo-Iranienne ont pris la parole.

« Les participants de tous partis confondus ont appelé le gouvernement britannique à tenir les régime théocratique de Téhéran et ses dirigeants pour responsables de violations systématiques des droits de l’homme et de sponsoring du terrorisme. 

« Les intervenants ont fermement condamné l’utilisation de la peine de mort par le régime, dont l’exécution de prisonniers mineurs, pour répandre la peur dans la société. Alertant sur la tendance alarmante des pendaisons publiques en Iran, ils ont exprimé de sérieuses préoccupations au sujet des rapports récents affirmant que le Ministère des Renseignements du régime avait arrêté un certain nombre de dissidents politiques, partisans du principal groupe d’opposition, l’OMPI, des proches de résidents du Camp Liberty et d’anciens prisonniers politiques. 

« Ces arrestations font suite aux 2000 exécutions perpétrées pendant les deux ans depuis le début du mandat de Hassan Rohani et aux trois attaques meurtrières sur des membres de l’opposition démocratique iranienne, l’OMPI, au Camp Liberty en Irak. Conjointement avec l’ordre récent du Guide Suprême de renforcer la censure d’Internet et d’intensifier la pression sur les activistes des droits de l’homme libres ou prisonniers de conscience, ces mesures répressives témoignent de la vulnérabilité du régime de Téhéran. 

« Les participants ont critiqué l’échec constant du gouvernement britannique pour s’occuper résolument et correctement des atrocités systématiques commises par l’Iran, soulignant que la répression intérieure et le soutien du terrorisme à l’étranger étaient les moyens par lesquels Téhéran assurait sa survie. 

« Ils ont déploré l’inspiration occidentale de donner à Téhéran un laisser passer pour des décennies de violations des droits de l’homme, d’attaques terroristes à visées politiques, et d’infractions aux résolutions et conventions des Nations Unies, et ont insisté sur le fait qu’il était temps de demander des comptes aux responsables, y compris aux hauts dirigeants du régime et au Guide Suprême. 

« Le député Sir David Amess, co-président du Comité Parlementaire Britannique pour la liberté en Iran (British Parliamentary Committee for Iran Freedom – BPCIF), a annoncé qu’une déclaration du BPCIF de recommandations de politiques pour l’Iran au gouvernement britannique était maintenant soutenue par 200 parlementaires des deux Chambres du Parlement.

« Cette situation [en Iran] ne peut être correctement prise en charge que si notre gouvernement et nos alliés occidentaux changent leur approche malavisée envers Téhéran et abandonnent leur objectif d’une politique de conciliation dans l’espoir que cela encouragerait le régime théocratique à changer volontairement son comportement inacceptable », a-t-il affirmé dans son discours. 

Parmi les autres intervenants de la conférence se trouvaient : la très honorable députée baronne Boothroyd ; le député Steve McCabe ; le député Mark Williams ; Dr Tahar Boumedra, ancien chef des droits de l’homme aux Nations Unies en Irak ; Professeur Sara Chandler, présidente de la Commission des Droits de l’Homme à la Fédération des Barreaux d’Europe qui représente 800 000 avocats en Europe : député Andrex Rosindell ; Lord Dholakia; Lord Cotter; député Andrew Lewer ; Prof.

Bill Bowring, représentant du Comité des Droits de l’Homme du Barreau d’Angleterre et du Pays de Galles ; Dr Sabah al-Mukhtar, Président de l’Association des Avocats Arabes à Londres ; Margaret Owen; Malcolm Fowler, du Comité des Droits de l’Homme de l’ordre des avocats : M. Hossein Abedini, membre du Comité des Affaires étrangères du CNRI ; et des représentants de l’Association de la Jeunesse Anglo-Iranienne.

 

Comité Parlementaire britannique pour la liberté en Iran

Le 19 octobre 2015

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe