lundi, novembre 28, 2022
AccueiltempCommuniqué de presse : près de 400 membres du parlement et pairs...

Communiqué de presse : près de 400 membres du parlement et pairs britanniques dressent le tableau de la nouvelle politique iranienne

Communiqué de presse : près de 400 membres du parlement et pairs britanniques dressent le tableau de la nouvelle politique iranienne

Lors d’une conférence au parlement jeudi 30 juin, un panel d’experts des affaires iraniennes, de parlementaires de la chambre des communs et des Lords ainsi que tous les partis politiques ont débattu au sujet de la politique iranienne. Les parlementaires ont exprimé leurs préoccupations concernant l’augmentation du nombre d’exécutions en Iran et l’utilisation de peines barbares telles que la flagellation et les amputations par les autorités.

Ils ont attiré l’attention sur la détérioration des droits de l’homme dans le pays depuis la signature de l’accord sur le nucléaire, surtout en ce qui concerne les arrestations arbitraires des jeunes, des femmes, des militants, des défenseurs des droits de l’homme, des opposants et des citoyens à la double nationalité. Les arrestations ont souvent été justifiées par de fausses accusations comme menace pour la « sécurité nationale » ou « Mohareb » (inimitié envers Dieu).

Les intervenants ont fait remarquer que l’intensification de la répression de la société civile, aussi tragique et épouvantable soit-elle, est un signe que le régime théocratique s’affaiblit. Ils ont suggéré que cela indique que le régime n’a pas de réponse à l’aspiration démocratique légitime de la population iranienne ou à la montée de l’opposition populaire.

Ils ont aussi décrit le soutien continu de Téhéran envers le terrorisme et son rôle déstabilisateur dans la région, avec un soutien indéfectible au régime Assad, comme une extension de la répression domestique visant à préserver le pouvoir des dirigeants religieux en Iran.

Le membre du parlement, le Dr Matthew Offord, a souligné ces réalités dans son discours en déclarant : « les rapports quotidiens des abus affreux perpétrés par les autorités iraniennes montrent que ni Rohani, considéré comme “modéré”, ni les autres dirigeants religieux dans le pays ne sont intéressés concrètement et réellement dans le changement que la population iranienne demande, notamment les jeunes et les femmes qui représentent la majorité de la population. »

Le membre du parlement David Jones a présenté l’initiative de soutien par près de 400 membres de tous les principaux partis dans les deux chambres du parlement. Cette initiative demande au gouvernement britannique d’adopter des politiques fermes envers Téhéran. Elle définit les recommandations suivantes comme fondements d’une telle politique :

1. Condamner fermement les violations des droits de l’homme et demander la fin des exécutions.

2. Exiger le retrait des troupes du corps des gardiens de la révolution islamique et de ses milices des autres pays, notamment la Syrie et l’Irak.

3. Garantir la sécurité et la protection des opposants iraniens en exil dans le camp Liberty jusqu’à leur départ d’Irak et leur arrivée dans leur pays d’accueil, notamment l’Albanie.

4. Demander à l’Union européenne, aux États-Unis et aux dirigeants mondiaux de soutenir le plan en 10 points pour l’avenir de l’Iran, présenté par la présidente de l’opposition iranienne, Maryam Radjavi, qui insiste sur l’établissement d’une république laïque et démocratique, des élections libres, l’égalité des sexes dans tous les domaines, l’interdiction de la discrimination, l’abolition de la peine de mort et la paix et la coexistence dans la région et dans le monde.

M Jones a également annoncé la formation d’un nouveau groupe interparlementaire pour un Iran libre et démocratique (APPG-FDI) en tant que nouvelle étape pour mettre en œuvre ces recommandations et promouvoir les droits de l’homme et la démocratie en Iran qui reconnait le rôle crucial de l’opposition démocratique iranienne, le CNRI.

Lors de son message à la conférence, la présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a remercié les membres du parlement et les pairs pour leur initiative et soutien et elle a déclaré que le guide suprême « Khamenei et les autres dirigeants du régime ont avoué que s’ils ne se battaient pas en Syrie, en Irak et au Yémen, la base de leur pouvoir à Téhéran serait affaiblie. Ce qui explique pourquoi le régime iranien est devenu la source principale d’instabilité dans la région… Car la belligérance des mollahs dans la région est contraire aux intérêts de la population iranienne, elle empêche la Résistance iranienne d’instaurer une démocratie et la liberté en Iran et elle a également détruit l’économie iranienne. »

Struan Stevenson, un ancien membre du parlement européen qui était également président des Amis de l’intergroupe pour un Iran libre au parlement européen pendant 10 ans a déclaré : « L’Iran ne peut pas faire partie de la solution dans les conflits qui font rage en Irak, en Syrie, au Yémen et en Lybie. C’est une part du problème. L’Iran exporte la terreur. Le gouvernement de Rohani, sous le contrôle du guide suprême, Ali Khamenei, cautionne la torture et les emprisonnements arbitraires, les discriminations contre les femmes et encourage les flagellations en public, l’énucléation des yeux, les amputations et les pendaisons en tant que moyen pour terroriser sa propre population afin qu’ils se soumettent docilement. »

« L’Occident devrait dialoguer avec la coalition politique du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), plutôt que de prendre des pincettes avec les mollahs à Téhéran. » Stevenson a ajouté : « Le CNRI, sous la direction de Mme Maryam Radjavi, offre le meilleur espoir possible de paix et de stabilité dans la région. »

Les membres du parlement et les pairs ont annoncé leur soutien au rassemblement annuel pour un « Iran libre » de la Résistance iranienne à Paris le 9 juillet prochain. Une large partie des membres du parlement, tous partis confondus, prévoit de participer à ce rassemblement.

Hossein Abedini, de la Commission des affaires étrangères du CNRI a félicité les membres du parlement pour leur initiative importante de soutenir le mouvement de la Résistance (CNRI) et le plan en 10 points de Mme Maryam Radjavi, tout comme la création du groupe interparlementaire pour un Iran libre et démocratique. Il a également exprimé « sa profonde appréciation des 400 membres du parlement britannique pour être aux côtés de millions d’Iraniens dans leurs efforts pour établir une démocratie avec les droits de l’homme et un régime de lois en Iran. »

Les autres intervenants à la conférence étaient les députés Mark Williams, Steve McCabe, Bob Blackman, Lord Clarke of Hampstead, Lord Alton of Liverpool, Lord Cotter, la professeure Sara Chandler, le vice-président de la fédération des barreaux d’Europe et membre de la Law Society, M Masoud Zabeti, président du comité anglo-iranien des avocats et Mme Naghmeh Rajabi, représentante de la société anglo-iranienne pour les jeunes et les femmes.

Comité parlementaire britannique pour un Iran libre (BPCIF)
30 juin 2016

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe