jeudi, décembre 8, 2022
AccueilPublicationsPublications: Rapports spéciauxEn direct : Deuxième jour du sommet mondial pour un Iran libre,...

En direct : Deuxième jour du sommet mondial pour un Iran libre, appel à la justice pour le massacre de 1988

Aujourd’hui, 19 juillet 2020, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) organise le deuxième jour de sa série d’événements du « Sommet mondial pour un Iran libre ».

En raison de la pandémie du COVID-19, le « Sommet mondial pour un Iran libre » se tient virtuellement cette année. Le premier jour de l’événement a rassemblé les partisans d’un Iran libre de plus de 100 pays sur les cinq continents, y compris en Iran et à Achraf 3, en Albanie, qui abrite des membres de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI).

La conférence d’aujourd’hui et ses participants demandent que justice soit rendue aux victimes du massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988, un crime contre l’humanité qui est resté impuni pendant les 32 dernières années. La conférence du CNRI appelle la communauté internationale à tenir les responsables du régime des mollahs pour responsables de ce crime et à mettre fin à leur impunité.

Contexte :
Au cours de l’été 1988, le régime des mollahs a exécuté plus de 30 000 prisonniers politiques, pour la plupart des membres et des sympathisants de l’opposition iranienne (OMPI / MEK). Le massacre a été perpétré à la suite d’une fatwa (décret religieux) émise par le Guide Suprême du régime de l’époque, Ruhollah Khomeiny. De nombreux responsables actuels du régime des mollahs ont joué un rôle actif et essentiel dans ce crime contre l’humanité. Parmi eux, on compte l’actuel Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, qui était alors le Président du régime, et Ebrahim Raïssi, l’actuel chef du pouvoir judiciaire du régime, qui était membre de la « Commission de la mort » centrale chargée de l’exécution des prisonniers politiques.

« La torture continue même pendant la pandémie du Coronavirus. En ce moment, les Iraniens sont torturés. D’autres seront exécutés. Nous ne devons pas nous arrêter. Le monde doit savoir ce qui se passe dans ce pays. »

Le contenu de ce reportage en direct sera mis à jour tout au long de la journée

10H00

Le sénateur canadien Leo Housakas

« Le peuple iranien mérite d’avoir la démocratie. La grandeur de l’Iran est encore devant nous et nous l’atteindrons avec la liberté et la démocratie. Rien n’entravera ce mouvement, rien n’empêchera le peuple iranien de vivre dans la liberté dans son pays. Le peuple iranien le mérite. »

La députée belge Els Van Hoof

« Le procès des [terroristes du régime des mollahs] commencera cette année en Belgique. Nous espérons que la justice sera rendue. Des hommes et des femmes se meurent dans des cellules parce qu’ils ont une opinion différente. Cela ne doit pas être toléré au XXIe siècle.

« Je vous souhaite la victoire dans votre lutte pour les droits de l’homme en Iran. »

Alan M. Dershowitz, éminent avocat américain des libertés civiques

« Le gouvernement des mollahs est le plus grand violateur des droits humains sur cette planète. Il devrait être le principal objectif de toute personne de bien qui se préoccupe de la paix et des droits de l’homme. Imaginez ce qu’un Iran doté de l’arme nucléaire pourrait faire, non seulement au Moyen-Orient, mais dans le monde entier.

« Nous savons que Téhéran ne reculera devant rien pour préserver le régime illégitime et antidémocratique. J’exhorte toutes les bonnes personnes du monde à porter cette attention sur l’Iran aujourd’hui… L’OMPI est une organisation très importante qui attire l’attention sur les droits de l’homme en Iran plus que toute autre organisation.

« Si vous vous souciez de la dignité humaine, des droits de l’homme, de la vie civile, rejoignez la campagne actuelle contre le régime au pouvoir en Iran. Le monde, le peuple d’Iran a besoin d’un changement de régime. Si vous êtes un militant des droits humains, vous devez être un opposant au régime des mollahs. L’histoire montrera que vous êtes du bon côté de l’histoire. »

22H00

Le sénateur italien Lucio Malan

« L’Iran ne respecte pas les lois internationales et propage le terrorisme. Lors des dernières manifestations, les gens scandaient : « Quittez la Syrie, pensez à nous. » Ils ne veulent pas que leurs richesses soient dépensées pour des activités déstabilisatrices en dehors de l’Iran.

« Il n’y a aucune raison pour que l’ONU lève l’embargo sur les armes imposé à l’Iran. Il est irresponsable de faire confiance au régime pour agir de manière responsable si l’embargo sur les armes est levé. Le régime des mollahs a triché sur le traité du Plan d’action global conjoint (JCPOA) [accord nucléaire de 2015] et n’a jamais dit la vérité sur son programme nucléaire.

« Notre gouvernement européen devrait soutenir la prolongation de l’embargo sur les armes. Nous devons le faire pour la paix et la sécurité internationales et pour soutenir le peuple iranien dans sa lutte pour la liberté et la démocratie. »

Baronne Betty Boothroyd, ancienne présidente de la Chambre des Communes britannique

« Ce que nous démontrons, c’est que même une pandémie ne peut pas nous empêcher de nous tenir aux côtés du courageux peuple iranien et de soutenir ses efforts pour un changement démocratique en Iran. Maryam Rajavi et son message de liberté font que le régime change en profondeur. Son plan en dix points offre une alternative démocratique aux générations futures d’Iran et donne aux femmes une chance de diriger leur pays. C’est pour cela que nous nous battons.

« L’Iran libre et démocratique est à portée de main. C’est pourquoi je suis avec vous tous, le peuple d’Iran, le CNRI, et j’appelle mon gouvernement à se tenir du bon côté de l’histoire et à reconnaître Maryam Rajavi et le CNRI comme les vrais représentants du peuple d’Iran. »

Ken Blackwell, ancien ambassadeur des Etats-Unis auprès de la Commission des droits de l’homme des Nations unies

« Nous devons dénoncer ce régime et son règne de terreur avec ce que nous pouvons. Nous devons exiger que le tribunal mondial juge ces criminels pour leurs crimes contre l’humanité. En soutenant le peuple iranien, nous donnons à l’humanité et à la liberté une chance d’avoir le dessus. Nous devons être les points de lumière dans l’ombre des ténèbres. Nous devons être des agents de changement, prendre le risque d’être des partisans pour que des mesures soient prises contre ce régime de ténèbres et de terreur. Engageons-nous à être une force de changement. »

L’ancien président de la Cour suprême palestinienne Taisir al-Tamimi

« Nous sommes à l’anniversaire douloureux du massacre de 1988. Parmi les personnes qui ont été tuées, on compte plus de 700 prisonniers de moins de 18 ans et 62 femmes enceintes. Un des juges impliqués dans le crime a reconnu que le fondateur du régime [Ruhollah Khomeiny] avait prononcé une fatwa pour tuer tous les prisonniers.

« Le régime des mollahs essaie de dire que 5 000 ont été tués. Mais le nombre réel est de 30.000. Il a commis ce massacre pour couvrir sa propre défaite. Les intérêts des mollahs sont placés au-dessus des valeurs humaines.

« L’Islam n’est qu’une couverture pour ce régime. Nous devons poursuivre ces criminels devant les tribunaux. Nous devons travailler ensemble pour que ce régime ne reste pas au pouvoir et qu’il soit éliminé. Nous célébrerons la fin de ce régime et la réalisation des espoirs du peuple d’Iran. »

Geoffrey Bindman, avocat britannique spécialisé dans le droit des droits de l’homme et fondateur du cabinet d’avocats Bindmans LLP spécialisé dans les droits de l’homme

« Les responsables du régime doivent être sanctionnés pour leurs violations des droits de l’homme. Je pense que le Royaume-Uni et ses alliés de l’UE et des Nations unies ont le devoir et la responsabilité de veiller à ce que l’Assemblée générale des Nations unies, qui se penche chaque année sur les violations des droits humains commises par le régime des mollahs, mette en place un système permettant de poursuivre les responsables de graves atteintes aux droits de l’homme en Iran.

« Parmi les violations des droits humains commises par le régime figurent le massacre de 1988, qui reste impuni après 32 ans, et le récent carnage lors des manifestations de 2019, au cours desquelles 1 500 personnes ont été tuées. Le régime continue à se moquer des normes et des lois relatives aux droits de l’homme.

« C’est mon privilège de me joindre à vous et à votre mouvement, le CNRI, et à Mme Rajavi pour demander des comptes aux dirigeants du régime. »

Lars Rise, ancien député norvégien

« Plus de 60 résolutions de l’ONU ont condamné les violations des droits de l’homme en Iran. Les responsables du régime n’ont pas été punis pour le crime qu’ils ont commis en 1988. La vérité est que les dirigeants criminels de l’Iran ont massacré les personnes affiliées à l’OMPI parce que les objectifs de l’OMPI gagnaient en popularité en Iran.

« Après le massacre de 1988, ils ont commencé à dire aux gens qu’ils ne pouvaient pas utiliser le nom de l’organisation ou risquer de perdre la vie. Puis ils ont essayé de dire que l’OMPI n’était pas populaire. Ils ont essayé de répéter le mensonge encore et encore jusqu’à ce qu’on le croie. Malheureusement, nos gouvernements croient la propagande et les mensonges du ministère du Renseignement et de la sécurité des mollahs (Vevak) pour maintenir des liens commerciaux avec le régime.

« Ceux qui défendent la vérité et la justice l’emporteront à la fin. Téhéran utilise la philosophie nazie et répand sa propagande à travers le monde. Il est important que la communauté internationale porte le massacre de 1988 devant les tribunaux internationaux. La communauté internationale se réveillera pour voir qui est le plus détesté et qui est le plus populaire en Iran. »

Lincoln Bloomfield, ancien secrétaire d’État adjoint américain aux affaires militaires

« J’ai étudié les allégations contre l’OMPI et le CNRI, et elles n’étaient pas étayées par des preuves crédibles. J’ai préparé un rapport indépendant et je me suis beaucoup intéressé à l’histoire plus profonde. Plus j’ai cherché, plus j’ai trouvé. La véritable histoire des Moudjahidine a été effacée et déformée. Ils prônent la démocratie et la liberté d’expression », a déclaré Lincoln Bloomfield, ancien secrétaire d’État adjoint américain aux affaires militaires.

Bloomfield a donné un compte-rendu de l’histoire de la propagande du régime contre l’OMPI et des mensonges que les lobbyistes du régime ont diffusés contre l’opposition iranienne. Il a démystifié les allégations contre l’organisation avec des faits sur lesquels il a enquêté. Bloomfield a compilé plusieurs rapports et livres sur l’histoire de l’OMPI.

« En 2020, les médias occidentaux et les rapports des think tanks répètent encore des allégations démystifiées par les tribunaux en Europe et aux Etats-Unis. Pourquoi continuent-ils à répéter ces mensonges ? La raison est la même. Pourquoi veulent-ils discréditer l’OMPI ? Pour maintenir au pouvoir un régime faible et illégitime.

« Aujourd’hui, beaucoup de choses ont changé. Le CNRI et l’OMPI sont en sécurité. La diaspora internationale et les dignitaires du monde entier connaissent très bien Mme Rajavi et la Résistance. Ils connaissent les crimes et les tactiques du régime bien mieux que les médias et les groupes de réflexion qui publient ces documents.

« La Résistance a toujours prôné des élections libres depuis 1979. Le CNRI veut rendre la souveraineté au peuple iranien, pas chercher le pouvoir à tout prix.

« Y a-t-il un autre groupe de résistance qui prône les valeurs universelles en Iran ? Y a-t-il un autre groupe de résistance capable d’organiser un événement virtuel avec des milliers de participants du monde entier ? Le régime voit ces événements et sait que le CNRI et l’OMPI sont pleinement capables, plus que quiconque, d’organiser une transition pacifique du pouvoir après la chute des mollahs.

« Aujourd’hui, le vent a tourné. Le diplomate iranien Assadollah Assadi est jugé en Belgique pour avoir tenté de faire exploser le rassemblement « Iran Libre » de 2018. Pour ceux qui ne le savent pas, aucun membre de l’OMPI ou du CNRI n’a été poursuivi pour terrorisme dans un pays démocratique doté d’un système judiciaire indépendant. Les motivations des reporters et des journalistes doivent être mises en doute. Sont-ils à la solde du régime ? Leurs familles sont-elles menacées ? Font-ils partie de la tactique des 80/20 du régime ? Les journalistes sont piégés dans la toile de la propagande du régime.

« La vérité sur ce régime est disponible pour le monde entier à Achraf 3. Je suis convaincu que la vérité éclatera et quand elle éclatera, elle libérera l’Iran. La justice sera rendue et l’Iran sera libre. »

Taher Boumedra, ancien chef du Bureau des droits de l’homme de la Mission consultative de l’ONU pour l’Irak

« Le crime commis contre les prisonniers politiques en 1988 a été bien établi et documenté. L’ONU et les institutions concernées ont été informées et ont reçu des documents sur cette question.

« En 2018, l’ancien commissaire aux droits de l’homme, Zeid Hussein, a déclaré que l’ONU avait informé le régime pour qu’il enquête sur ce crime. Deux ans plus tard, le rapporteur spécial sur les droits de l’homme en Iran demande la même chose. Nous savons que le régime des mollahs n’enquêtera pas. Il est naïf de croire que les mollahs enquêteront eux-mêmes.

« Avertissons l’ONU que c’en est assez. Le régime n’enquêtera pas sur ses propres crimes.

« Depuis 2015, au lancement de cette campagne sur le massacre des prisonniers politiques, nous avons parcouru un long chemin, et l’ONU est maintenant très consciente de ce qui s’est passé durant l’été 1988 en Iran. Mais il y a des faits que nous ne devons pas ignorer. L’ONU parle avec la voix de ses membres. Nous ne devrions pas trop attendre des institutions de l’ONU telles qu’elles existent aujourd’hui.

« Je tiens à dire que nous n’attendrons pas la disparition du Coronavirus pour agir. Le crime est déjà là. Tout le monde peut le voir. Il ne doit pas laisser place à l’impunité. L’impunité a enhardi les autorités iraniennes. Elles continuent à commettre des crimes. Il est temps de réfléchir à une coalition de la société civile et des ONG pour faire pression tous ensemble et s’assurer que nous trouvions un moyen de porter ce crime devant les tribunaux nationaux du monde entier qui acceptent la compétence universelle. Nous pouvons également faire pression sur les États membres du Conseil de sécurité des Nations unies pour qu’ils renvoient l’affaire devant la Cour pénale internationale (CPI). Ce n’est pas impossible. Nous savons que le CNRI et l’OMPI sont capables de rendre l’impossible possible.

« Nous poursuivrons notre travail avec la « Justice pour les victimes du massacre de 1988 en Iran » (JVMI) et nous chercherons à obtenir les arrestations et les poursuites devant tout tribunal qui accepte la juridiction internationale. Mais notre but ultime est un procès devant la CPI. Je suis Hazer (prêt) pour cette tâche. »

Alejo Vidal-Quadras, ancien vice-président du Parlement européen de 2004 à 2014 et président du Comité international pour la Recherche de la justice

« La douleur du massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988 reste dans le cœur des familles car la justice n’a pas été rendue. Chaque fois que nous parlons de crimes contre l’humanité, nous entendons la communauté internationale prononcer des phrases telles que: « Nous demandons aux autorités iraniennes de mener des enquêtes et de punir les auteurs. »

« C’est une blague cynique. Le régime n’enquêtera pas sur le massacre. Le ministre de la Justice est l’un des auteurs de ces crimes. Le Guide Suprême a été impliqué dans ces atrocités et continue de les défendre.

« Beaucoup de gens se demandent pourquoi la communauté internationale, l’ONU, le CDH, le Haut-Commissaire aux droits de l’homme, l’Union européenne, pourquoi toutes ces organisations, tant de gouvernements, hésitent tant à faire ce qu’ils devraient faire.

« Parfois, il y a des intérêts commerciaux. Parfois, il y a des considérations politiques. Si c’est le cas, alors ils agissent contre nos propres principes et nos valeurs démocratiques.

« Parfois, ils disent que nous ne pouvons pas nous ingérer dans les affaires intérieures de l’Iran. Ce n’est pas une affaire intérieure. C’est une question internationale. Cela concerne notre propre respect de l’Etat de droit.

« Nous ne devons pas oublier que même si ce régime est cruel et barbare, il ment sur beaucoup de choses, y compris sur sa propre force. Il est plus faible qu’il ne le montre et, à l’heure actuelle, il est au plus bas. La communauté internationale ne doit pas craindre ce régime et doit rechercher la justice.

« Il s’agit, en effet, de la volonté politique de la communauté internationale de poursuivre la justice. Nous verrons que le régime est incapable de nous intimider et la justice sera rendue. Le régime fait preuve de lâcheté lorsqu’il affronte de véritables opposants.

« Tous les auteurs de ce crime seront tenus responsables devant les tribunaux internationaux. »

Le député britannique Steve McCabe

« Le régime a lancé une campagne visant à diaboliser l’OMPI. Cette campagne est liée au massacre de 1988. Le massacre a été planifié sur plusieurs années. Différentes factions étaient impliquées. Les mollahs ont tenté de dissimuler l’ampleur du massacre.

« Les révélations [de la Résistance iranienne] ont fait la lumière sur le massacre en Occident. Les mollahs veulent éliminer tous les opposants qui ne sont pas d’accord avec leur mentalité médiévale. Cela clarifie la nécessité d’une campagne de diabolisation pour bâillonner et réduire au silence la Résistance iranienne.

« Nous savons qui est l’oppresseur et ce qui doit changer. Vous ne pouvez pas enfermer tout le monde et assassiner tout le monde. La liberté survit et le vent change de direction. Nous nous souvenons de ceux qui sont morts et se sont sacrifiés pour la lutte.

« Il doit y avoir une justice. »

L’ancien ministre italien des Affaires étrangères Giulio Terzi

« Les crimes des ayatollahs contre le peuple iranien, affamant le peuple, terrorisant les peuples et les nations de la région, voilà les raisons pour lesquelles nous devons agir maintenant.

« Le régime a peur du mouvement dirigé par Madame Rajavi. Votre mouvement est visible et présent grâce aux sacrifices des milliers de prisonniers politiques et d’autres personnes qui ont sacrifié leurs vies.

« Les ambassades du régime, qui sont des tremplins pour les attaques terroristes, doivent être fermées. Les auteurs du massacre de 1988 doivent être tenus responsables. L’un d’entre eux est le chef du pouvoir judiciaire et un autre est un ministre de la Justice. L’époque de l’impunité est révolue. »

20H30

Geoffry Robertson QC, avocat, universitaire et éminent auteur dans le domaine des droits de l’homme

« Il y a 32 ans, j’ai interviewé 40 survivants du massacre de 1988, et j’ai été stupéfait par mes conclusions. J’ai décrit ce massacre comme le pire crime contre l’humanité depuis les camps de concentration de la Seconde Guerre mondiale », a déclaré Geoffrey Robertson, QC et éminent avocat spécialisé dans les droits de l’homme.

Robertson a lu un extrait de son livre sur le massacre de 1988, dans lequel il a enregistré la progression des exécutions et la façon dont le régime a envoyé des milliers de prisonniers à la potence sans véritable procès, sans appel de façon implacable.

« Cela a continué lors de la deuxième vague de massacres, non pas parce que les militants de l’OMPI avaient été pendus. Cette fois, les marxistes, les athées et les personnes d’autres confessions ont été tués et ont été moharebeh (ennemis de Dieu). Les véritables ennemis, ce sont les mollahs.

« En ce qui concerne les familles, elles se sont rendues à l’endroit où elles croient que se trouvent les fosses communes. Le plus cruel de tous est de ne pas indiquer aux familles le lieu de sépulture de leurs proches.

« Il n’y avait été tenu responsables de leurs crimes parce que l’ONU était faible à l’époque. Le représentant de l’ONU n’a pas pu se rendre en Iran tant qu’ils n’ont pas pu déguiser les tombes et qu’ils n’ont pas pu faire comme si le massacre n’avait pas eu lieu. L’ONU a manqué à son devoir.

« Nous devons tenir ces personnes responsables car beaucoup d’entre elles sont encore en vie et occupent des postes de haut rang. Plusieurs individus clés qui ont perpétré ce crime de masse sont toujours à des postes élevés dans l’Etat iranien. Y a-t-il un espoir de voir ces personnes rendre des comptes ?

« Quand nous sortirons de la pandémie, il y aura une meilleure prise en compte des droits humains. Les gens vont démonter les statues des ayatollahs et réécrire l’histoire de l’Iran. Je pense aussi qu’il y a un mouvement dans le monde des droits de l’homme qui identifie les méchants des droits de l’homme. Il faut les nommer, leur faire honte et les empêcher d’entrer dans leur pays. Les pays qui ont ces lois de sanctions ciblées devraient sanctionner ces criminels qui sont encore en vie. De cette façon, nous pourrons les tenir responsables et passer à l’offensive contre les auteurs de l’un des pires crimes contre l’humanité. »

Ingrid Betancourt, ancienne candidate à la présidence colombienne

Le peuple iranien scande « A bas le dictateur, que ce soit le Shah ou le Guide Suprême ». Ils font mention à une alliance en cours. Les monarchistes et les théocrates sont constamment de connivence avec les combattants de la liberté en Iran. Les monarchistes préfèrent ce régime à l’option démocratique que les Iraniens réclament dans la rue.

« Ce que les gens dans les rues de l’Iran nous disent, c’est qu’ils comprennent mieux que quiconque comment ces deux forces travaillent ensemble. Cette alliance est également visible dans la façon dont ils attaquent les forces démocratiques iraniennes, qui unissent les manifestants à l’intérieur de l’Iran. Les monarchistes et les théocrates considèrent le CNRI et l’OMPI comme leur ennemi. Ils peuvent voir comment les gens en Iran reconnaissent le rôle de l’OMPI comme une force unificatrice pour renverser le régime.

« Les mollahs n’ont pas réussi à présenter l’OMPI comme une organisation terroriste. Ils ont échoué à chaque fois.

« Le régime tient la population iranienne en otage et utilise le nom de Dieu pour faire le mal. C’est pourquoi les Iraniens, en Iran et à l’étranger, protestent. En même temps, le régime tente de blâmer l’OMPI pour ses propres crimes. Mais après le rassemblement de vendredi, il est insensé de penser que quelqu’un va tomber dans le panneau de cette propagande.

« L’OMPI a souffert entre les mains du Shah et des mollahs. Ils savent qui leur a pris leur liberté et qui est l’ennemi. Ils sont restés ensemble et ont combattu ensemble. C’est leur choix. Ils sont reconnus et admirés pour leur combat, leurs compétences et leurs valeurs. Ce que le régime ne comprend pas, c’est que Maryam Rajavi, la dirigeante de ce mouvement, est une femme qui a souffert autant ou plus que quiconque dans son mouvement. Elle est l’espoir de millions de personnes. Elle est la clé de la liberté. Elle n’est pas un despote comme ses ennemis, c’est une combattante pour la justice. Elle est portée par le peuple, des millions d’Iraniens, victimes du régime théocratique. C’est l’étoffe des héros. C’est le rêveur qui devient le vainqueur.

« Les Iraniens comprennent que la meilleure façon de faire payer les criminels pour quarante ans de crimes est de renverser ce régime.

17H45

Maryam Rajavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI)

Maryam Rajavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), lors d’une conférence internationale en ligne intitulée « Appel à la justice » – Le massacre de 1988, un crime contre l’humanité – Achraf 3, Albanie – 19 juillet 2020

Mme Maryam Rajavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, a prononcé le discours principal lors de la manifestation depuis Achraf 3, en Albanie, dans lequel elle a évoqué la situation en Iran et l’anniversaire des événements clés de l’histoire de l’Iran et de la Résistance iranienne.

« L’alternative du CNRI est un bon point de repère et une image miroir, reflétant les luttes et la résistance des 40 dernières années. Cette vérité indique pleinement pourquoi la diabolisation et l’animosité du régime contre l’OMPI et le terrorisme dirigé contre la Résistance iranienne sont menées à une si grande échelle et quels sont les objectifs qui les sous-tendent », a déclaré le président du CNRI.

Mme Rajavi a décrit le massacre de 1988 comme « l’un des crimes les plus horribles et les plus indescriptibles » du régime.

« Par sa fatwa sanctionnant le massacre de 1988, Khomeiny a voulu anéantir la génération de l’OMPI », a ajouté Mme Rajavi.

Mais les efforts constants de la Résistance iranienne ont empêché le régime de détruire la mémoire de ceux qui ont défendu la liberté en Iran. « Au cours des 32 dernières années, la Résistance iranienne a organisé des centaines et des milliers de conférences, de rassemblements, de marches et de procès symboliques à ce sujet et a divulgué de nombreux documents, les noms des victimes et leurs tombes sans épitaphes », a-t-elle ajouté.

Le mouvement « Appel à la justice », initié par Mme Rajavi en 2016, a joué un rôle essentiel pour faire la lumière sur le massacre de 1988 et les crimes contre l’humanité commis par le régime des mollahs.

« Le sang sacré de ces martyrs, en particulier ceux qui ont été tués en 1988, rugit aujourd’hui en Iran, donnant naissance, génération après génération, à des jeunes rebelles qui sont motivés et inspirés par lui… Les membres de l’OMPI, qui ont marché à la potence et sacrifié leur vie par milliers pour la cause de la liberté, sont maintenant le sujet de discussion dans la société iranienne », a déclaré Mme Rajavi.

Rendant hommage aux efforts inlassables des martyrs de l’OMPI et du dirigeant de la Résistance iranienne Massoud Rajavi, Mme Rajavi a conclu son discours en déclarant : « Depuis 40 ans, les mollahs crucifient vicieusement l’OMPI et la Résistance iranienne, en particulier Massoud Rajavi, chaque jour avec le barrage de leurs mensonges et de leurs allégations infondées, tout comme ils ont tué et torturé notre peuple et détruit l’Iran de façon barbare.

« Mais le nom de Massoud Rajavi inspire la rébellion et la lutte pour la liberté, tout comme son nom a inspiré la persévérance et la résistance des prisonniers politiques lors du massacre de 1988… Il viendra un jour où ses rêves d’un Iran libre se réaliseront. Oui, le jour viendra où les fleurs de la liberté et de la souveraineté populaire s’épanouiront en Iran.»

19H30

M. Henri Leclerc, éminent avocat français et président honoraire de la Ligue des droits de l’homme

« Nous ne devons pas confondre résistance et terrorisme. Les actions de la Résistance iranienne étaient de l’autodéfense, une réaction à un régime qui terrorise son propre peuple.

« En Iran, le peuple n’est pas libre de s’exprimer. Par quelle loi définissent-ils qui est l’ennemi de Dieu et décident-ils d’exécuter des gens sur cette base ?

« Nous, militants des droits de l’homme, essayons d’aider ceux qui défendent la liberté. En ce qui concerne l’Iran, il y a une chaîne de crimes contre l’humanité. Non seulement ceux qui ont été exécutés, mais aussi ceux qui ont disparu. Nous ne savons même pas où se trouvent leurs corps. Leurs souvenirs sont notre combat aujourd’hui. Nous devons savoir ce qui leur est arrivé. Les exécutions se poursuivent en Iran.

« Nous recevons des rapports sur les exécutions, dont deux Kurdes qui ont été exécutés le 14 juillet sur la base d’aveux extorqués sous la torture. Ils ont été exécutés en tant que moharebeh (inimitié contre Dieu).

« Trois autres jeunes hommes ont été condamnés à mort. C’est violent et sauvage. L’Iran est dans nos cœurs. Nous soutenons la liberté en Iran depuis l’époque du shah. Nous étions heureux quand la révolution a eu lieu. Mais peu après, les exécutions ont recommencé. La communauté internationale doit agir. »

« La torture continue même pendant la pandémie du Coronavirus. En ce moment, les Iraniens sont torturés. D’autres seront exécutés. Nous ne devons pas nous arrêter. Le monde doit savoir ce qui se passe dans ce pays. »
***

Témoignages des témoins du massacre de 1988

19H00

Mme Homa Jaberi, ancienne prisonnière politique

« Je m’appelle Homa Jaberi. J’ai été en prison pendant cinq ans et demi, dont deux ans en isolement. Les femmes détenues dans la prison de Ghezel Hesar ont perdu leur équilibre mental à cause de la torture et des conditions cruelles, et elles ne pouvaient pas expliquer leur expérience. Les quelques personnes dont la santé mentale a survécu à cette horrible expérience ont dit qu’elles ont été forcées de marcher à quatre pattes, de faire des bruits d’animaux, ont été privées de nourriture et certaines ont été violées.

« Aujourd’hui, je veux parler d’un autre type de torture. Des journaux tels que Der Spiegel et Frankfurter Allgemeine Zeitung accusent les membres de l’OMPI à Achraf de torture. Je me demande alors : moi, ancien prisonnière politique, suis-je accusée de torture.

« Nous sommes de la génération qui est allée dans les chambres d’exécution parce que nous avons choisi la liberté. Nous avons choisi cette voie les yeux ouverts et en toute connaissance de cause, et nous avons décidé de tout sacrifier pour la liberté. Le monde doit savoir ce qui est arrivé aux membres de l’OMPI au cours des 40 dernières années. Les dirigeants européens doivent savoir qu’à chaque fois qu’ils serrent la main des mollahs, ils doivent se souvenir des souffrances du peuple iranien.

« Notre peuple continue de vivre cette douleur chaque jour. Nous sommes déterminés à renverser ce régime et aucun obstacle ne nous arrêtera. »

Damona Taavoni, membre de l’OMPI et témoin oculaire du massacre de 1988

« Mon père a été exécuté par le régime. Je suis allée en prison avec ma mère quand j’avais six ans. Je me souviens des cris des prisonniers dans les chambres de torture. En grandissant, j’ai entendu au sujet des victimes du massacre de 1988. Les prisonniers ne devaient répondre qu’à une seule question : Soutenez-vous l’OMPI. Ceux qui répondaient par l’affirmative étaient exécutés. Ceux qui ont dit non ont survécu. Nous savons que 30 000 ont dit oui.

« Un des compagnons de cellule de mon père a dit que sa condamnation n’a duré que deux minutes. Après cela, il a été emmené dans les chambres d’exécution. J’ai versé des larmes pour mon père, mais j’étais aussi fier parce que je sais qu’il a choisi de sacrifier sa vie pour la liberté de son peuple.

« Je suis ici pour être la voix des 30.000 prisonniers politiques qui sont morts. Ils ont pris la décision de sacrifier leur vie pour que les habitants de notre pays n’aient pas à vendre des parties de leur corps pour nourrir leur famille.

« Je dis à [Ali Khamenei, Guide Suprême des mollahs] Ebrahim Raïssi [chef du pouvoir judiciaire], Hassan Rohani [Président] et aux autres personnes impliquées dans le massacre de 1988 et toujours au pouvoir : Craignez ces noms, vous entendez l’écho de leur voix chaque jour dans les rues d’Iran. Vous serez tenus responsables.

« Je tiens à féliciter Mme Maryam Rajavi dont les efforts portent leurs fruits. Je vous promets que je m’accrocherai à ces valeurs et à ces sacrifices comme vous l’avez fait. »

Bahador Kiamarzi, membre de l’OMPI et témoin oculaire du massacre de 1988

« Quand j’étais enfant, j’étais en prison avec ma mère. Je n’avais jamais vu mon père. Une fois, on m’a dit que je pourrais lui rendre visite. Mais je n’ai pu le voir qu’à travers le cadre de la porte de la cellule. Les mollahs ne m’ont pas laissé le voir parce qu’ils voulaient exercer la plus grande pression sur lui.

« Il a été exécuté peu après avec 30.000 autres prisonniers politiques dans les prisons du régime des mollahs.

« Nous allons continuer notre lutte pour notre peuple. Le sacrifice des prisonniers ne sera pas vain. Nous sommes plus déterminés que jamais à Achraf 3 à renverser le régime. »

Kazem Panahi, ancien prisonnier politique

« J’étais étudiant en ingénierie à Tabriz après la révolution de 1979. J’ai été arrêté en 1981 parce que j’étais un militant de l’OMPI. J’ai été violemment torturé dans les premiers jours et j’ai vu les bourreaux torturer d’autres prisonniers.

« J’ai été en prison pendant une courte période avant de m’évader, mais j’ai vu de nombreux cas de torture et d’actes de barbarie. J’ai été condamné à mort sous l’accusation de moharebeh (inimitié contre Dieu). Il n’y avait ni tribunal ni avocat et les bourreaux décidaient du sort des prisonniers.

« Nous avons demandé à plusieurs reprises aux Nations unies et au Conseil des droits de l’homme de l’ONU d’enquêter sur les crimes du régime. Le régime s’appuie sur ses lobbies à l’extérieur de l’Iran pour lancer une campagne de diabolisation les membres de l’OMPI, qui sont en fait les premières victimes des crimes du régime. L’objectif de ces campagnes de diabolisation est simplement de dire qu’il n’y a pas d’alternative démocratique au régime. Le régime veut forcer le monde à les accepter.

« Mais l’OMPI n’abandonnera jamais ses efforts pour renverser les mollahs. Ce régime n’a pas d’autre destin. Nous et notre peuple y parviendrons. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe