mercredi, décembre 7, 2022
AccueilPublicationsPublications: SocialLes ouvriers iraniens contraints de rendre leurs salaires ou d’être licenciés

Les ouvriers iraniens contraints de rendre leurs salaires ou d’être licenciés

CNRI – Les travailleurs désespérés de la ville iranienne de Zanjan sont forcés de rendre une partie de leur salaire à leurs patrons, sous peine de perdre leur emploi.

L’agence officielle INLA a rapporté le 18 mai : «Les travailleurs ont dû céder aux exigences de leurs employeurs de reverser environ 200.000 à 300.000 tomans de leurs salaires par la crainte d’être licenciés. »

Un responsable de l’office du Travail Alireza Ashtian a expliqué que les employeurs versent les salaires par virements bancaires selon la décision du Conseil suprême du travail.

Mais dans un nombre croissant d’entreprises à Zanjan, environ 700 travailleurs ont été contraints de restituer une partie de leur salaire », précise Ashtian.

 

Il a ajouté : «La majorité de ces travailleurs sont mal informés et dans le besoin. Certains ont déclaré n’avoir pas d’autre choix que de travailler sous cette condition en désespoir de cause pour garder leur emploi.».

Une autre dépêche de l’agence ILNA rapportait le même jour que des salariées d’une usine de production de courant hydro sont soumises à l’oppression et la discrimination sexuelle au travail.

La dépêche précise : «Dans cette usine, 80 des 120 employés sont des femmes.  Si elles ne produisent pas le quota exigé par l’employeur, elles perdent une partie importante de leur salaire. »

Un militant syndical a dit ILNA : «Chaque mois, dans cette usine, l’employeur trouve des excuses pour réduire le salaire des travailleuses. Souvent, elles sont la principale source de revenus de leur famille, ce qui leur crée beaucoup de problèmes.»

Ces abus sur les lieux de travail interviennent alors que les chiffres officiels montrent une flambée du chômage en Iran.

L’agence Mehr a indiqué le 18 mai : « Une enquête sur la population actives en automne de l’an dernier (année iranienne) montre que parmi les divers groupes d’âge, le taux de chômage le plus élevé de 28% concerne les jeunes de 20 – 24 ans. Le second de 20% touche les 25 – 29 ans.

« Au total, plus de 29% des jeunes âgés entre 15 et 29 ans sont au chômage. La province de Lorestan (ouest de l’Iran) compte le plus de jeunes au chômage, avec 59%. Elle est suivie par le Guilan (nord d l’Iran) à 54% et l’Ilam (ouest) à 46%.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe