jeudi, décembre 8, 2022
AccueilPublicationsPublications: SocialLe prix de l'eau augmente en Iran avec l'inflation

Le prix de l’eau augmente en Iran avec l’inflation

CNRI – Le prix de l’eau commence à augmenter en Iran, une mesure censée réduire la demande et préserver les sources souterraines en baisse, a déclaré un responsable du régime.

Alireza Daemi, sous-directeur du département de l’eau et de l’assainissement au ministère de l’Énergie, a affirmé que les gens étaient actuellement sous-facturés et que les prix devaient augmenter.

Il a déclaré à l’agence Fars : « Alors que le tarif de l’eau courante est d’environ 5900 rials par mètre cube, la distribution et les prix de vente sont moitié moins que le prix réel. Le coût de l’eau courante cette année est d’environ 5900 rials par mètre cube et le coût de l’eau agricole 800 rials par mètre cube. Elle est vendue à un dixième du prix réel aux fermiers. »

« De même, l’eau courante est actuellement distribuée à moitié prix. En raison d’une décennie de sécheresse, les agriculteurs et les gens se sont tournés vers la réserve de la nappe phréatique, mais l’état de la nappe est fragile.

 

« Il y a un volume dynamique qui peut être tiré et il y a un volume statique qui ne doit pas être touché parce qu’il crée un terrain d’enlisement et des dolines. C’est ce qui se produit maintenant au sud de Téhéran, et dans les provinces d’Ispahan, de Kerman et de Yazd.

« La hausse des tarifs de l’eau devrait se faire étape par étape en accord avec la situation économique des gens. La raison du retard est due à la crainte que cela limite le pouvoir d’achat. Les hausses auront lieu prudemment et en accord avec la législation. »

L’envolée du prix de l’eau est la dernière en date d’une série des hausses brutales cette année.

Le 21 avril, le prix de la viande a enregistré une hausse de 60% – selon les chiffres de la Banque Centrale iranienne montrant que l’ensemble des coûts de l’alimentation a augmenté de 400% en sept ans.
Le mollah Ahmad Jannati –président du Conseil des Gardiens et proche allié du guide suprême – a reconnu le 12 mars que la hausse des prix était « écrasante» mais qu’elle n’était pas seulement due aux sanctions, pointant du doigt une politique économique désastreuse.

Les brusques flambées de prix ont poussé des responsables à lancer des avertissements dans la crainte de voir la population la plus pauvre en Iran mener des émeutes de la faim, particulièrement durant la prochaine présidentielle.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe