mercredi, décembre 7, 2022
AccueilPublicationsPublications: SocialIran : hausse brutale du travail des enfants en plein marasme économique

Iran : hausse brutale du travail des enfants en plein marasme économique

CNRI – Le travail des enfants a brusquement augmenté en Iran tandis que l’économie du régime patauge dans le chaos, peut-on voir dans les derniers chiffres rendus publics.

Les enfants sont payés seulement un tiers du salaire d’un travailleur adulte et ne reçoivent pas de subventions à l’emploi, ce qui les rend très attractifs pour les employeurs sans scrupules.

Un travailleur social iranien a déclaré à l’agence officielle ILNA : « En raison de la récession et de la détérioration économique, un nombre de plus en plus élevé d’enfants sont envoyés sur le marché du travail au noir.

« Depuis le début de l’année, en raison d’une hausse exceptionnelle du coût de la vie et des salaires insuffisants, la demande du travail des enfants a augmenté. En conséquence, depuis le début de cette année, davantage d’enfants de familles pauvres ont quitté l’école pour entrer sur le marché du travail.
Ces enfants fournissent souvent un soutien financier aux familles dont les adultes ne sont pas en mesure de travailler », a-t-il déclaré.

« Les revenus d’un enfant se situe généralement entre un tiers et un demi du salaire d’un travailleur adulte. Le salaire minimum d’un travailleur adulte est de 487 000 tomans, mais un mineur gagne entre 160 000 et 250 000 tomans, et dans la plupart des cas, cet argent est payé au tuteur de l’enfant.

 

« Plus le travail de l’enfant est dur, plus celui-ci est payé, mais leurs revenus n’égalent jamais ceux d’un travailleur adulte, bien qu’ils fassent souvent le même travail, côte à côte.

« Contrairement à l’idée que se fait l’opinion publique, les enfants occupent également des emplois fatigants et difficiles dans des ateliers au noir, à la campagne. »

Conformément aux lois actuelles, employer un enfant de moins de 15 ans est un délit, a affirmé le travailleur social, ajoutant : « C’est la raison pour laquelle les enfants qui travaillent ne perçoivent aucune assurance professionnelle ni soutien social lorsqu’ils sont employés.

Dans la mesure où les enfants qui travaillent sont considérés comme une main d’œuvre bon marché, dans la plupart des cas, l’employeur ne se soucie pas de leurs aptitudes ni de leur compétence et les renvoie une fois qu’ils atteignent l’âge légal d’embauche. »

Le salaire d’un enfant n’augmente que lorsque les profiteurs les emploient pour couvrir des actes illégaux, a affirmé le travailleur social.

Il y a encore dix ans, les enfants de rues étaient rares en Iran – qui a une longue tradition d’œuvres caritatives pour les pauvres, de programmes d’aide et de fortes connexions familiales.

 

Les experts en Iran pensent que le régime dépense l’équivalent de 40% de son budget en matériel militaire, pour son appareil du renseignement et de la sécurité, son programme d’armes nucléaires et son exportation du terrorisme dans les pays de la région.
Ces politiques ont causé une inflation bien au-delà de 50% et un chômage de 30%. Les statistiques récentes montrent que jusqu’à trois millions, soit 22%, des enfants iraniens de moins de 18 ans ne vont pas à l’école. On estime qu’au moins la moitié de ces enfants sont dans la population active.

Les mollahs ont détruit les ressources humaines du pays et piller l’énorme richesse du pays, jetant ainsi les gens dans la pauvreté.

Tous les problèmes dans le pays, dont la pauvreté, la corruption, le vol et la drogue prennent tous racine dans le régime des mollahs et la seule solution est de renverser la dictature et d’instaurer la démocratie en Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe