mercredi, février 8, 2023
AccueilPublicationsPublications: SocialIran : les cinéastes boycottent l'inauguration de la Maison du Cinéma

Iran : les cinéastes boycottent l’inauguration de la Maison du Cinéma

CNRI – L’initiative du gouvernement Rohani en faveur des cinéastes iraniens a rencontré un succès mitigé, seuls des cinéastes proches du régime ayant voulu s’y associer.

Le 12 septembre, le numéro deux du ministère de l’Orientation (ministère de la censure), Hojatollah Ayoubi, a inauguré la Maison du Cinéma à Téhéran. Il y a 19 mois, le précédent gouvernement avait mis sous scellés les activités de la Maison du Cinéma à la suite de divergences au sein des directeurs. Mais au mois de juin dernier Ahmadinejad avait ordonné la levée de l’interdiction.

Dans son intervention à la cérémonie d’inauguration, Hojatollah Ayoubi a déclaré que « la Maison du Cinéma doit être un bras exécutif puissant du gouvernement». Sur le cinéma iranien, il a résumé ainsi la politique du régime : « Je considère que le cinéma à trois piliers : le système en place, les cinéastes et le peuple (…) Naturellement, le peuple et le système ont des attentes du cinéma qui doivent être prises en considération.»

Concernant les budgets, Ayoubi ne s’est pas départi de la politique habituelle qui consiste à verser des sommes astronomiques pour la production de films sur commande du régime, soulignant cependant la nécessité d’attribuer des budgets selon une pratique «expertisée».

Le quotidien Chargh a rapporté ce samedi 14 juillet qu’«il est prévu qu’à partir d’aujourd’hui trois observateurs du ministère de l’Orientation vont s’installer à la maison du cinéma» pour contrôler ses activités.

Dans la cérémonie d’inauguration de jeudi dernier, le numéro 2 de l’Orientation a insisté sur le fait que c’est le gouvernement qui continuera à déterminer le budget de la Maison du Cinéma.

Selon le quotidien Chargh, plusieurs cinéastes ont alors quitté la cérémonie en guise de protestation. Ils ont été nombreux à refuser de s’associer à ce show. Et la société civile des producteurs s’est dissociée de l’initiative. Le cinéaste iranien Kacessaz s’est indigné : «Nous nous sommes aperçus que tous les détails de cette cérémonie avaient été réglés à l’avance.»