dimanche, décembre 4, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafRéponse aux déclarations et aux contrevérités du Secrétaire général du Conseil des...

Réponse aux déclarations et aux contrevérités du Secrétaire général du Conseil des ministres irakien

CNRI – A la suite de l’attaque meurtrière lancée contre Achraf et des condamnations internationales de ce grand crime contre l’humanité, M. Ali Al-Alaq, Secrétaire général du conseil des ministres du gouvernement irakien, a déclaré : « Le conseil des ministres du gouvernement irakien après de longues discussions, a décidé que le dossier d’Achraf devra être définitivement réglé à la fin de l’année 2011 selon diverses procédures légales. À cet effet, les ministères des Affaires étrangères, des Droits de l’homme, de l’Intérieur, de la Défense et les autres ministères concernés sont tenus de clore ce dossier par tous les moyens à l’exception de la force. »

Ali Al-‘Alaq a poursuivi en prétendant: le gouvernement irakien a mis au point depuis18 mois, un comité pour régler le problème « par le dialogue et la coopération avec les Américains, mais l’organisation (l’OMPI) s’est abstenue d’y répondre et n’a pas été convaincue par les solutions réalistes. »

Il a ajouté : « les résidents de ce camp ne sont pas prêts au moindre accord, de telle manière que le gouvernement irakien ne peut leur ouvrir la porte du dialogue. De nombreuses options leur ont été proposées comme notamment le retour dans leur pays, le départ dans un autre pays, ou toute autre décision dans leurs intérêts qui les éloigne du sol irakien. Les membres de cette organisation s’abstiennent d’écouter le moindre dialogue et dès que des officiels pénètrent sur le sol de ce camp pour régler les affaires, ils provoquent des émeutes (…)  et certaines parties utilisent ces problèmes pour leurs objectifs politiques. Or il s’agit de la souveraineté nationale et de la sécurité de l’Irak. »

Le Secrétaire général du conseil des ministres du gouvernement irakien a annoncé la formation d’un comité présidé par M. Nouri Chavisse, vice-premier ministre pour la protection des biens de l’Irak à Achraf, après la levée de la protection internationale en coordination avec toutes les parties concernées, pour la mise en place des mécanismes nécessaires pour la protection de ces biens. Le comité comptant  parmi ses membres un représentant de la Cour des comptes au ministère des Finances et du Plan et le conseiller légal du Conseil des ministres, a adopté des décisions exécutives visant à créer des mécanismes pour qu’aucun bien irakien ne soit en danger.

Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, passant outre les aberrations, les contrevérités et les mensonges flagrants contenus dans les propos du Secrétaire général du Conseil des ministres irakien, a rappelé les points suivants :

1- Il est heureux que finalement, le pouvoir irakien sous la pression croissante intérieure et internationale ait au moins acceptée en paroles et l’usage d’une méthode civilisée et de s’abstenir à l’usage de la force. Toutefois, cela intervient après avoir déployé des divisions blindées sous un prétexte de terres agricoles et après avoir tué sauvagement 34 résidents d’Achraf, blessé 350 autres, et écrasé des combattants de la liberté en Iran sans défense sous les roues des Humvee. Il reste à voir dans la pratique à quel degré le gouvernement irakien s’engage à éviter le recours à la force avec les Moudjahidines d’Achraf.

2- Jusqu’au matin du 20 avril, les forces armées irakiennes continuaient d’encercler Achraf et de pointer les armes de leurs blindés et toute une variété d’armes automatiques sur le camp. Par conséquent le premier signe de respect du pouvoir irakien de ne pas utiliser la force ni les troupes, c’est de retirer l’ensemble de ces hommes et de ces troupes armées d’Achraf en tant que territoire démilitarisé.

3- Le pouvoir irakien avant toute chose doit dire quelle norme et quelle loi internationales  il respecte concernant les résidents d’Achraf. Respecte-t-il ou non les résolutions du 24 avril 2009 et du 25 novembre 2010 du parlement européen sur les droits des résidents d’Achraf codifiées à l’unanimité par 8500 juristes et plus de 4000 parlementaires ? Respecte-t-il ou non le droit international régissant les droits de l’homme et le droit humanitaire international et la convention des droits civils et politiques concernant les droits des résidents Achraf ? Accepte-t-il ou non les articles 52 et 53 des conventions de La Haye sur les biens des membres de l’OMPI en Irak ? Est-ce qu’il accepte les droits des résidents Achraf rédigés dans 16 avis juridiques par les plus grands juristes internationaux ? Est-ce que les familles et les avocats des résidents d’Achraf peuvent désormais après 28 mois d’interdiction totale, se rendre librement depuis les quatre coins du monde à Achraf pour y voir leurs proches et leurs clients ? Va-t-il ou non suspendre la torture psychologique des Achrafiens au moyen de 240 haut-parleurs qui selon les avis juridiques des juristes internationaux relèvent du crime flagrant contre l’humanité ? Va-t-il lever le blocus inhumain de 28 mois d’Achraf en particulier le blocus médical et cesser de tuer progressivement les malades ? Est-ce que les malades comme partout dans le monde civilisé ont le droit d’avoir un accès libre aux soins médicaux à leurs propres frais ou non ? Est-ce qu’au moins avant la fin de 2011, comme vous l’avez vous-même annoncé, les forces irakiennes quitteront les terres d’Achraf qu’elles ont occupé sous des prétextes imaginaires en ouvrant le feu et en tuant des innocents ? Vont-elles respecter l’ordonnance de la justice espagnole citant à comparaître les criminels du massacre des 28 et 29 juillet 2009 ? Si les membres du comité de répression d’Achraf des services du premier ministre irakien, prétendent que les Achrafiens au cours de l’année et demie passée «dès que des officiels pénètrent sur le sol de ce camp pour régler les affaires, ils provoquent des émeutes », il vaut mieux qu’ils se présentent devant la justice espagnole pour l’expliquer et le prouver  en présence des représentants des résidents d’Achraf.

4- Selon les témoignages de la MANUI et de l’équipe d’observation des forces américaines durant l’année et demie passée, c’est le gouvernement irakien qui a continuellement refusé tout dialogue avec les résidents d’Achraf hormis avec des balles, des haches, des matraques, des mitraillettes et qui en moins de 100 jours du 1er octobre au 7 janvier 2011 à opérer six attaques faisant 221 blessés Achraf, dont 94 sont des femmes musulmanes de l’OMPI.

Est-ce qu’avant la dernière attaque et le massacre récent – dont les documents ultraconfidentiels et l’ordre opérationnel ont été dénoncés dans diverses capitales par la Résistance iranienne – avez-vous cédé aux demandes du commandement américain présent à Achraf qui insistait pour que vous dialoguiez avec les Achrafiens ou avez-vous évité de le faire ? Quel est l’objectif et le responsable des mensonges incroyables dans les mises en scène de la télévision gouvernementale Al-Iraqiya contre l’OMPI et la Résistance iranienne comme quoi au cours de la dernière attaque un certain nombre de Moudjahidine auraient eu peur et se seraient enfuis pour se livrer aux forces irakiennes et au régime des mollahs en Iran ?

5- Le gouvernement irakien n’a aucun droit à la propriété sur les bâtiments, les installations et les biens d’Achraf qui ont été construits et achetés par les Achrafiens. Les documents prouvant l’achat de tous les véhicules, équipements, générateurs et le reste des biens avec l’argent des Achrafien ont été mis à la disposition des forces américaines, de l’ONU, les tribunaux et des autorités irakiennes et publiées à maintes reprises (notamment dans les journaux Modjahed numéro 915 du 25 juin 2008 et dans le livre intitulé Campagne de la victoire publié en novembre 2009). Un de ces documents, la facture d’achat de l’entrée dans votre pays de 3500 véhicules aux frais de l’OMPI de 1986 jusqu’au 12 décembre 2002 avec la signature du ministre irakien du Commerce de l’époque a été remis récemment à un tribunal irakien. Par conséquent conformément à toutes les lois et conventions internationales que l’Irak a signées, l’expression « protéger les biens de l’Irak dans le camp d’Achraf» ne sert qu’à satisfaire les mollahs au pouvoir en Iran pour de prochaines mesures répressives. Dans les attaques de ces deux dernières années contre Achraf, les forces irakiennes ont volé en tout pour 12 millions de dollars. Des véhicules, des générateurs, des remorques, des grues et des équipements pour l’eau, l’électricité, le matériel de chauffage et de refroidissement, ainsi que  des biens et des affaires personnelles. La liste des pertes et des biens volés a été remise à la délégation de l’ONU, aux forces américaines et aux tribunaux irakiens, mais le gouvernement irakien jusqu’à cette date n’a rien restitué.

De plus, depuis le transfert de la protection du camp des forces américaines au pouvoir irakien au début de l’année 2009 jusqu’à présent, et selon les documents existant, les résidents d’Achraf ont alloué – à titre gracieux –des bâtiments, installations, équipements d’une valeur de dizaines de millions de dollars pour le séjour des forces irakiennes de l’autre côté de la clôture d’Achraf –  mais dans la pratique, des tours de contrôle jusqu’aux postes de sécurité et au bâtiment de l’hôpital du nouvel Irak, elles ont tout utilisé pour harceler et torturer les résidents d’Achraf.

6- Concernant le retour des Moudjahidine du peuple en Iran, comme nous l’avons annoncé avant l’attaque des 28 et 29 juillet 2009, les résidents d’Achraf sont prêts à y retourner immédiatement. Ce retour est subordonné à ce que le guide suprême du régime des mollahs annonce, sous la garantie de la surveillance de l’ONU et des organisations internationales, qu’ils ne seront pas arrêtés, poursuivis, torturés ni exécutés et qu’ils pourront bénéficier du droit à la liberté d’expression et de manifester pacifiquement sans contrainte ni condition. Le gouvernement irakien doit également annoncer que les résidents d’Achraf peuvent vendre leurs biens immeubles et emporter avec eux leurs biens meubles (déclaration du 27 juillet 2009 sur le retour des résidents d’Achraf en Iran dans des conditions précises.)

7- Concernant le transfert des résidents Achraf vers les États-Unis ou un pays membres de l’Union européenne, nous avons continuellement déclaré, aux forces et aux autorités américaines, à l’Irak et à l’ONU ainsi qu’aux gouvernements européens que les résidents d’Achraf y étaient prêts. Par conséquent si quelqu’un veut délibérément l’ignorer pour refléter le désir du régime des mollahs d’anéantir les Moudjahidines du peuple et de les éliminer un par un, ça le regarde.

Les résidents d’Achraf lors de leurs négociations de deux jours avec le général Odierno les 9 et 10 mai 2003ont annoncé  qu’après leur désarmement, si les États-Unis ne sont pas capables de les protéger en Irak, ils étaient prêts à partir aux États-Unis. Ce point figure dans le compte-rendu des négociations et dans les années qui ont suivi, il a de nouveau été discuté et enregistré de manière régulière avec les généraux responsables de la protection d’Achraf, notamment le général Miller, le général Brandenburg,  le général Gardner, le général Austin, l’amiral Wright, et le général Quantok qui se sont succédés jusqu’à la fin de 2009.

Au mois d’octobre 2009, lors de la libération des 36 otages que le gouvernement irakien voulait expulser de ce pays, la Résistance iranienne à de nouveau annoncé qu’elle se réjouissait non seulement du transfert des otages mais aussi de l’ensemble des résidents Achraf aux États-Unis ou dans des pays membres de l’Union européenne. Ce point a été souligné dans le communiqué du secrétariat du CNRI du 4 octobre 2009 ainsi que dans la lettre du 7 octobre 2009 du conseiller juridique des résidents d’Achraf adressé au gouvernement irakien. La copie de cette lettre a été immédiatement mise à la disposition de la délégation de l’ONU, de la Croix-Rouge et des forces américaines sous commandement du général Quantock.

Deux jours avant le massacre 8 avril 2011 par les forces assaillantes irakiennes qui ont ouvert le feu sur les résidents sans défense, à nouveau les représentants d’Achraf le 6 avril ont informé la délégation de l’ONU et les forces américaines que si elles ne pouvaient garantir leur protection, il revenait aux États-Unis en échange de leur désarmement, et conformément à l’accord signé avec chacun des résidents, de les transferts tous sans exception aux États-Unis ou dans des pays membres de l’Union européenne.
 
8- Par conséquent si à l’avenir comme par le passé, la constitution de toute une série de comités dans les services du premier ministre irakien, a pour seul objectif encore plus de répression de l’OMPI, leur massacre et la suppression d’Achraf, il ne reste aucune autre solution aux combattants de la liberté de l’Iran que de résister à n’importe quel prix. Le régime du guide suprême en Iran et ses agents en Irak, comme l’ont fait le chah et Khomeiny, emporteront dans leur tombe l’espoir de voir les Moudjahidines s’humilier et capituler devant la dictature et la démagogie. 

En réponse au gouvernement irakien et au Secrétaire général de son conseil des ministres, Mme Radjavi a ajouté : Si avec tout ceci, la  ligne politique irakienne concernant les résidents d’Achraf, membres de l’organisation des Moudjahidines du peuple d’Iran, n’est pas entre les mains de la dictature illégitime des mollahs en Iran et la personne de Khamenei, si l’intention du gouvernement irakien pour le dialogue et l’entente ne signifie pas de se plier aux demandes illégales pour satisfaire  le guide suprême des mollahs, nous nous réjouissons vivement de toutes sortes de dialogues et d’accords, certes en présence d’avocats, de juristes et de représentants des gouvernements américains et de l’ONU. De cette manière le gouvernement irakien peut immédiatement envoyer ses représentants à Paris, au siège de l’Union européenne à Bruxelles ou donner son accord au déplacement des représentants de l’OMPI et de la Résistance iranienne, accompagnés de leurs avocats, à Bagdad et à Achraf, à condition que les forces américaines assurent leur protection de leur arrivée jusqu’à leur départ.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 20 avril 2011

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe