mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafIrak: des ONG demandent à l'ONU de sécuriser le camp d'Ashraf

Irak: des ONG demandent à l’ONU de sécuriser le camp d’Ashraf

AFP, 20 avril, Genève – Plusieurs ONG de défense des droits de l’homme ont demandé mercredi à l’ONU de garantir la sécurité du camp d’Ashraf, après l’intervention des forces de sécurité irakiennes qui a causé la mort de 34 personnes le 8 avril. « L’ONU a reconnu la mort des 34 personnes mais aucune mesure de protection efficace n’a été prise », a déclaré aux médias Nils de Dardel, membre du comité suisse Solidarité avec le camp d’Ashraf lors d’un point de presse.

Des heurts avaient éclaté ce jour-là avec les Moudjahidine du Peuple quand l’armée irakienne avait pénétré dans le camp situé à 80 km au nord de Bagdad, où sont installés depuis les années 1980 environ 3.500 membres de cette organisation, figure de l’opposition iranienne.

L’Irak, gérant directement le camp depuis l’expiration, en janvier 2009, d’un mandat de l’ONU qui attribuait la responsabilité du camp à l’armée américaine, les ONG dénoncent depuis les violences commises à l’encontre des habitants d’Ashraf, citant notamment des affrontements en juillet 2009 qui avaient fait 11 morts.

« La situation d’Ashraf est très inquiétante. Les voitures militaires (irakiennes, ndlr) pointent toujours leurs armes en direction du camp », a expliqué Behzad Naziri, membre du Conseil National de la Résistance d’Iran (CNRI), principal mouvement d’opposition extérieur au régime iranien.

Craignant une nouvelle attaque des forces irakiennes dans les prochains jours ou semaines, les ONG demandent « une présence de l’ONU » à Ashraf, estimant que « les Etats-Unis n’auraient jamais dû remettre la sécurité d’Ashraf aux Irakiens ».

« En l’absence d’une action internationale, une nouvelle attaque aura lieu », averti M. Naziri, qui demande le retrait immédiat des troupes irakiennes autour du camp.

Pour sa part, le secrétaire générale de l’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT), Eric Sottas, a estimé que « le printemps arabe renforce les risques sur Ashraf ».

Car face à la multiplication des manifestations dans le monde arabe, « l’Iran renforce sa pression sur les Moudjahidine comme une des forces de l’opposition qui la défie », estime-t-il.

De son côté, la Haut commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Navi Pillay, a condamné le raid des forces de sécurité irakiennes, réclamant une enquête sur cette intervention.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe