lundi, décembre 5, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafOuverture de passages pour entrer à Achraf, préparatifs d’une nouvelle attaque et...

Ouverture de passages pour entrer à Achraf, préparatifs d’une nouvelle attaque et efforts pour faire échouer la solution européenne

CNRI – Depuis la matinée du 1 juin, des commandants de la 5e division irakienne, notamment un général de l’état-major, un commandant de bataillon du génie et un officier de renseignement de division se trouvent à Achraf pour ouvrir, sur ordre du comité chargé de la répression du camp dans les services du premier ministre irakien, plusieurs passages dans les remblais et dans la clôture d’Achraf.

Dans l’après-midi d’hier, le bataillon de génie a opéré 10 points d’ouverture dans les remblais, les barbelés et la clôture du camp. L’objectif est de faciliter l’accès des véhicules blindés irakiens aux rues et aux quartiers habités du camp. Cela vise aussi à préparer l’infiltration du régime et une attaque probable des forces irakiennes.

Depuis que, après la rencontre du président de la délégation pour les relations avec l’Irak du Parlement européen avec de  la présidente élue de la Résistance iranienne, la solution européenne pour Achraf a été portée à l’attention de ses habitants et qu’elle a recueilli le soutien de la communauté internationale, le régime iranien cherche à contrer ce plan pour le faire échouer. Les mollahs ont mobilisé à cet effet leur ministère du renseignement (le Vevak), leur force Qods, leur ambassade à Bagdad et leurs agents en Irak. Ils ont aussi chargé leur ambassade à Bagdad d’annoncer au gouvernement irakien qu’ils s’opposaient à tout plan échappant au contrôle total du gouvernement irakien.

Une des méthodes du régime pour faire avorter la solution européenne, comme solution pacifique et à long terme et la soustraire à l’attention, est d’organiser de nouvelles attaques et agressions. Un autre prétexte du régime c’est de faire valoir une amnistie.

Le mollah Moslehi, ministre du Renseignement du régime, a déclaré immédiatement après la présentation du plan européen : « En république islamique, nous nous réjouissons du retour des Monafeghine [nom péjoratif du régime réservé à l’OMPI] qui regrettent leurs actions et se repentent. » Il a endossé la responsabilité des agents du Vevak qui, sous couvert de parenté, se livrent depuis 16 mois à de la torture psychologique sur les habitants du camp. « Les parents de ces gens viennent nous voir, a-t-il dit avec arrogance, pour aller dans cette base parler avec leurs proches et les ramener en Iran. » (Agence officielle Isna du11 mai et journal Keyhan du 12 mai). Quelques jours après, il a ajouté que si les Achrafiens « se repentent (…)  ils seront traités selon les lois de l’appareil judiciaire (…) En fait la république islamique n’a pas de problème pour les accepter. » (Médias officiels du 16 mai)

Auparavant, Dana’ifar, un commandant de la force terroriste Qods et ambassadeur du régime en Irak avait déclaré : « A nos yeux l’ensemble des Achrafiens bénéficient d’une amnistie, sauf moins d’une centaine de personnes qui possèdent un dossier judiciaire. Le reste peut rentrer dans notre pays bienaimé. »

Or, le régime des mollahs a emprisonné des centaines de parents d’Achrafiens  pour le seul délit de filiation et a exécuté trois d’entre eux en décembre et janvier dernier. Il a aussi laisser mourir dans de terribles souffrance le père gravement malade d’un Achrafien en lui refusant tout traitement médical.

Prétendre vouloir amnistier et accueillir les Achrafiens, comme l’amnistie annoncée par le dictateur syrien, tout en tuant des jeunes et des enfants, ne fait que redoubler la colère et la haine du peuple contre le fascisme religieux au pouvoir en Iran.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 2 juin 2011
 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe