jeudi, février 2, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsMise en garde contre l'exécution de cinq détenus du soulèvement récent en...

Mise en garde contre l’exécution de cinq détenus du soulèvement récent en Iran

 CNRI – Abbas Jaafari Dolat Abadi, Procureur de Téhéran, a annoncé le 8 janvier que les dossiers de cinq personnes accusées de Moharebeh [guerre contre Dieu] ont été renvoyés devant le tribunal révolutionnaire. Il a affirmé que ces individus étaient membres de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) et les a accusés d’avoir «organisé les crimes commis le jour de l'Achoura, » et d’avoir « tenté effectivement de briser la structure [du régime] ce jour-là», selon l'agence de presse officielle IRNA, du 8 janvier.

Le régime des mollahs qui court à sa perte, essaie en vain d'empêcher le développement du soulèvement national en exécutant des prisonniers politiques et des personnes arrêtées lors des révoltes. Les exécutions des prisonniers politiques, le meurtre de manifestants dans les rues, la torture et le viol des détenus et des prisonniers dans des prisons barbares comme Kahrizak, ne feront que renforcer la détermination du peuple iranien de poursuivre et intensifier son soulèvement pour assurer un changement complet de la dictature au pouvoir.

Ces derniers mois, le régime a tenté de préparer le terrain à l'exécution des manifestants emprisonnés par le biais de simulacres de procès et d’aveux forcés. A la suite du soulèvement, de l'Achoura, une série de responsables du régime ont accusé les insurgés d’être des Mohareb [en guerre contre Dieu] ce qui est passible de la peine de mort. Selon les lois barbares de ce régime, Mohareb entraîne divers châtiments allant de l’exil, à l'amputation du bras droit et de la jambe gauche ou à la pendaison.

La Résistance iranienne met en garde contre la tuerie massive de détenus du soulèvement et de prisonniers politiques et appelle le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, le Conseil de sécurité des Nations unies, le Haut Commissaire aux droits de l'homme et d’autres organisations de droits humains à prendre des mesures urgentes pour empêcher l'exécution des prisonniers politiques. L'inaction de la communauté internationale face à cette sauvagerie a laissé les mains libres aux mollahs pour tuer et exécuter ceux qui aspirent à la liberté en Iran.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranien
Le 8 janvier 2010

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe