dimanche, novembre 27, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafMensonges odieux du conseiller de Maliki pour fuir les conséquences du crime...

Mensonges odieux du conseiller de Maliki pour fuir les conséquences du crime contre l’humanité commis à Achraf

CNRI – Selon le quotidien américain Christian Science Monitor, Saad Motalebi, conseiller du premier ministre irakien Maliki, a déclaré dans une série de mensonges ignobles sur les personnes tuées lors de l’attaque meurtrière du 8 avril à Achraf : « Ils ont été tués par balles à la manière d’une exécution. Les premiers rapports des médecins légistes disent clairement qu’ils ont été tués par balles de très près ; il y il y avait de la poudre sur les blessures (…) Apparemment ils ont été touchés par des armes de poing et non par des fusils utilisés par l’armée irakienne. »

En répétant ses mensonges abjects, avancés avant lui par Mohammad Askari et Ali Dabagh, deux de ses porte-parole, Maliki suit deux objectifs :

– 1- Fuir les conséquences politiques, juridiques et internationales de l’immense crime commis le 8 avril à Achraf et qui relève sous tous les critères du crime contre l’humanité.
-2- Préparer le terrain à un nouveau bain de sang Achraf et au massacre d’encore plus de résidents.

Le statut de la cour pénale internationale ainsi que la justice espagnole qualifie ces exactions de crimes de guerre et de crimes contre la communauté internationale. En tant que commandant en chef des forces armées et ministre de la Défense, Maliki est le responsable direct de ces crimes et doit être traduit en justice.

Si ce que dit le gouvernement irakien est vrai, il doit permettre immédiatement aux journalistes, aux militants des droits de l’homme, aux parlementaires et aux observateurs internationaux de se rendre librement à Achraf, ce qui est interdit depuis deux ans et demi. De cette manière, ils pourront prendre connaissance des crimes qu’il impute aux Moudjahidine du peuple.

Le 17 avril, Maryam Radjavi, Présidente élue de la Résistance iranienne, a demandé dans un communiqué la désignation d’un représentant spécial par le Conseil de sécurité de l’ONU pour mener une enquête sur le crime du 8 avril. Si l’Irak dit vrai, il devrait donner son accord immédiat.

Ces mensonges honteux surviennent alors que les représentants américains et les représentants de l’ONU, accompagnés d’une équipe médicale, se sont rendus à Achraf respectivement les 10 et 13 avril. Ils ont pu observer de près les tués, les blessés, les lieux et la manière dont ils ont été touchés par balles et ont pu prendre connaissance de la vérité et de l’ampleur à Achraf, Mme Pillay, la Haut commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, a condamné le massacre des 34 Achrafiens et déclaré: «  Les militaires irakiens connaissaient bien les risques liés au lancement d’une opération dans un lieu tel qu’Achraf. Une opération similaire des forces de sécurités irakiennes en 2009 avait fait 11 morts et des dizaines de blessés à Achraf. Il n’y a pas d’excuses possibles pour ce nombre de victimes. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 18 avril 2011

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe