jeudi, février 9, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsMaryam Radjavi condamne avec force le meurtre de la prisonnière politique Haleh...

Maryam Radjavi condamne avec force le meurtre de la prisonnière politique Haleh Sahabi lors des funérailles de son père

Le fascisme religieux en Iran ne peut survivre un jour sans tuerie, exécution et torture

CNRI – Dans la matinée du mercredi 1er juin, le fascisme religieux au pouvoir en Iran a commis un nouveau crime inhumain. Les pasdarans et les agents en civil de Khamenei ont attaqué la cérémonie funéraire de M. Ezattolah Sahabi, tuant sa fille Haleh sous une avalanche de coups. Le régime a voulu faire passer ce meurtre ignoble pour « un arrêt cardiaque ».

Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, condamne avec force ce crime manifeste qui s’est déroulé sous les yeux de tous. Elle a adressé ses condoléances à la famille Sahabi.

Mme Radjavi a ajouté : ce crime bouleversant d’une prisonnière politique reflète la noirceur, la férocité sans borne et la barbarie de ce régime qui est même incapable de supporter des funérailles et qui ne peut survivre un jour sans  meurtre, tuerie, torture et exécution.

La présidente élue de la Résistance iranienne a demandé le renvoi du bilan de violations constantes et sauvages des droits de l’homme en Iran devant le Conseil de sécurité de l’ONU et que les dirigeants du régime soient traduits devant un tribunal international pour leur crime contre l’humanité. Selon ses propres déclarations, le régime a exécuté 200 détenus pour les cinq premiers mois de l’année 2011, et en a condamné des centaines d’autres à mort.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 1er juin 2011