lundi, décembre 5, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafLes propos du porte-parole adjoint du département d’Etat américain ne contribueront pas...

Les propos du porte-parole adjoint du département d’Etat américain ne contribueront pas à empêcher le gouvernement irakien de recourir à la violence

Selon le droit international et un accord mutuel, les Etats-Unis sont responsables de la protection des résidents d’Achraf

CNRI – La Résistance iranienne considère les propos du porte-parole du département d’Etat américain sur la « qualité de vie » au camp Liberty, « l’intransigeance continue de la direction des habitants à poser des conditions préalables et à faire des requêtes avant tout accord pour réinstaller davantage de résidents d’Achraf » et « la feuille de route de la MANUI », comme irréels et dérivés de faux rapports. Ces propos ne contribueront jamais à conduire à un processus pacifique pour résoudre la question d’Achraf et ne feront qu’encourager le régime iranien et son satellite le gouvernement irakien pour faire subir aux habitants des violences et commettre un troisième massacre.

Les déclarations du conseiller à la sécurité de Maliki le 31 juillet ont à nouveau dévoilé les intentions funestes du gouvernement irakien de perpétrer une 3e tuerie sur ordre du régime des mollahs.  L’objectif du régime iranien est de faire anéantir sa meilleure opposition organisée par son gouvernement satellite en Irak. Avec l’éventualité croissante de la chute de Bachar el-Assad, la situation volatile en Irak et la crise qui secoue le régime iranien, la nécessité de supprimer l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) ou du moins de lui porter un coup sérieux est devenue la première priorité du régime des mollahs.

Selon le droit international et un accord mutuel signé entre chaque Achrafien et le gouvernement américain qui a accepté leur protection en échange de leur désarmement, le gouvernement américain est responsable de la protection des habitants d’Achraf et de Liberty. Par conséquent, la Résistance iranienne appelle le Président américain et la Secrétaire d’Etat à remplir leur responsabilité et à empêcher une tragédie humanitaire dont le gouvernement irakien brandit déjà la menace.   

Contrairement aux propos du porte-parole, l’intransigeance n’est pas le fait des habitants ou de leur direction, mais bien du gouvernement irakien qui non seulement refuse de fournir aux résidents le minimum en matière de besoins humanitaires, mais les empêche aussi d’y subvenir par leurs propres moyens. Malgré les violations continues du Protocole d’accord par le gouvernement irakien et l’absence d’un minimum humanitaire requis, les Achrafiens ont fait preuve d’un maximum de coopération et de bonne volonté en transférant 2000 personnes. Ces cinq groupes sont partis à Liberty l’un après l’autre sur les recommandations des Etats-Unis et du représentant spécial du secrétaire général de l’ONU (RSSG) sans que leurs besoins humanitaires minimums n’aient été assurés.

Avant le 5e convoi, le 27 avril, alors qu’aucun de ces minimas n’avaient été satisfaits, le représentant du résidents avait écrit au conseiller de la Secrétaire  Clinton : « En raison de vos recommandations, Mme Radjavi a repoussé les questions non réglées à plus tard  afin d’accélérer le départ du 5e convoi, de manière à ce qu’il soit possible d’en discuter et de parvenir à un accord sans la moindre pression ou hâte. Je vous prie de demander à l’ambassadeur Jeffrey et à l’ambassadeur Kobler d’expliquer implicitement aux Irakiens que le départ du 5e convoi se fera uniquement sur la base de vos recommandations et afin de prouver que ceci a été fait en raison du maximum de coopération des résidents qui ont  renoncé à leurs droits légaux minimums. »

Après le 5e transfert, les habitants ont réduit leurs requêtes en vue du 6e déplacement point par point pour ne retenir que huit points qui comprennent : le raccordement de Liberty au réseau d’eau urbain ou le pompage de l’eau depuis un canal adjacent au camp, le transfert des principaux groupes électrogènes de 1,5 mégawatts, l’autorisation de vendre les biens meubles et immeubles, autoriser un minimum d’aménagements en particulier pour les invalides et les malades, le transfert de six véhicules utilitaires, de six bungalows aménagés pour handicapés, de cinq chariots élévateurs et de 50 voitures.

Sur la base du plan présenté par Mme Radjavi à M. Kobler le 26 juillet, les résidents sont prêts à réaliser leurs huit requêtes eux-mêmes et à leurs propres frais, et en engageant des entrepreneurs irakiens, dans un délai d’un mois à partir du jour de l’accord du gouvernement irakien. A la suite de quoi le 6e convoi partira à Liberty. Mais le gouvernement irakien qui reçoit de Téhéran tous ses ordres concernant Achraf, s’abstient de mettre en place ce plan simple et pratique, et projette un troisième massacre à Achraf.  Si le gouvernement irakien avait accepté ces simples requêtes, présentées depuis des mois, tous les habitants d’Achraf auraient été réimplantés à Liberty depuis.

Rien n’est plus éloigné de la vérité que de parler d’impasse pour terminer le transfert des habitants d’Achraf à Liberty à cause de l’intransigeance des résidents ou de leur direction. Bien au contraire, c’est le résultat des obstructions du gouvernement irakien et des violations répétées de ses engagements écrits contenus dans le protocole d’accord qu’il a signé avec l’ONU.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 1er aout 2012

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe