jeudi, février 2, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafLes déclarations mensongères d’Ahmad Chalabi, mercenaire notoire du régime des mollahs contre...

Les déclarations mensongères d’Ahmad Chalabi, mercenaire notoire du régime des mollahs contre les Moudjahidine d’Achraf

CNRI – Dans une nouvelle opération de désinformation, le quotidien Kayhan, porte-parole du « Guide suprême » du régime des mollahs, l’agence de presse Qods, contrôlée par les Pasdarans, l’association ‘Habilian’, une création du ministère du Renseignement des mollahs et d’autres médias du régime de Téhéran citent le mensonge récent d’Ahmad Chalabi, un mercenaire notoire et démasqué du régime, qui a déclaré :

 « Pour ne citer qu’un seul cas, les Moudjahidine recevait de Saddam 60 millions de dollars chaque mois », ajoutant : « un intermédiaire chargé de remettre ces sommes aux Moudjahidine me l’a confié personnellement, il y a quelque temps ».

Séjournant en Iran depuis plusieurs semaines pour préparer le terrain pour une nouvelle attaque contre le Camp d’Achraf sur l’ordre de ses maîtres au ministère du Renseignement et au sein de la Force Qods des Pasdarans, cet agent poursuit : « J’ai mis en garde contre le danger de la continuation de la présence des Moudjahidine en Irak lors de mes discussions avec les autorités religieuses et politiques irakiennes », rappelant : « Lorsque j’étais président du Conseil de transition en Irak, j’ai proposé pour la première fois d’expulser les membres de cette secte et de les exproprier totalement ». Et apparemment pour obtenir une augmentation de son salaire, il n’hésite pas à assumer pour l’occasion la responsabilité de la torture psychologique infligée quotidiennement aux résidents d’Achraf en disant que « les chefs de ce groupuscule ayant interdit la visite des familles des membres de leur secte avec leurs enfants captifs dans la caserne d’Achraf, nous avons beaucoup fait pour faciliter ces visites ».

Séjournant en Iran depuis plusieurs semaines pour préparer le terrain pour une nouvelle attaque contre le Camp d’Achraf sur l’ordre de ses maîtres au ministère du Renseignement et au sein de la Force Qods des Pasdarans, cet agent poursuit : « J’ai mis en garde contre le danger de la continuation de la présence des Moudjahidine en Irak lors de mes discussions avec les autorités religieuses et politiques irakiennes », rappelant : « Lorsque j’étais président du Conseil de transition en Irak, j’ai proposé pour la première fois d’expulser les membres de cette secte et de les exproprier totalement ». Et apparemment pour obtenir une augmentation de son salaire, il n’hésite pas à assumer pour l’occasion la responsabilité de la torture psychologique infligée quotidiennement aux résidents d’Achraf en disant que « les chefs de ce groupuscule ayant interdit la visite des familles des membres de leur secte avec leurs enfants captifs dans la caserne d’Achraf, nous avons beaucoup fait pour faciliter ces visites ».

La Résistance iranienne rappelle les faits suivants concernant les déclarations totalement infondées de ce mercenaire honni :

1. La mission confiée à Ahmad Chalabi par le régime des mollahs au cours de ces dernières années a consisté à préparer le terrain pour les attaques lancées contre Achraf. Le 4 avril dernier, alors que les forces blindées de Maleki pénétraient dans le Camp d’Achraf en vue de la préparation de l’attaque criminelle qu’elles allaient lancer le 8 avril, Chalabi déclarait : « Je soutien les mesures prises par le gouvernement irakien dans le but de mettre fin à la présence de l’Organisation des Moudjahidine du peuple en Irak. Ce groupe terroriste qui a été impliqué dans la répression du soulèvement du peuple irakien en mars 1991, continue toujours à tuer les Irakiens et à agir contre le processus démocratique en Irak » (Site d’Ahmad Chalabi : le CNI, 4 avril 2011).

2. Les services que Chalabi a rendus au fascisme religieux au pouvoir en Iran, remontent à plusieurs décennies déjà. En transmettant au gouvernement américain de fausses informations fournies par le régime iranien sur l’existence des armes de destruction massive en Irak, il a contribué au déclenchement d’une guerre désastreuse que le régime iranien avait toujours voulue et dont il a été le principal bénéficiaire ; une guerre dont les conséquences ont causé depuis 9 ans tant de souffrances dans la région et dans le monde entier.

3. Le quotidien Newsday du 21 mai 2004 écrivait : « L’agence de renseignements du Département de la Défense avait conclu que le groupe dirigé par Chalabi avait été utilisé pendant des années par les services de renseignements iraniens pour fournir des informations falsifiée aux Etats-Unis et transmettre à l’Iran des informations confidentielles sensibles du gouvernement américain…Les services iraniens ont trompé les Etats-Unis au travers des informations fournies par Chalabi pour pousser les Américains vers la guerre pour se débarrasser de Saddam Hussein ».

4. Le 19 mai 2004, Paul Wolfowitz, alors sous-secrétaire américain à la Défense,  informait le Congrès américain qu’il avait supprimé le budget alloué au Congrès national irakien d’Ahmad Chalabi s’élevant à 340,000 de dollars mensuel. Au même moment, le New York Times écrivait que Chalabi avait reçu de Washington 27 millions de dollars en quatre ans.

5. Selon l’hebdomadaire Newsweek du 10 mai 2004, « Des responsables de l’administration Bush ont reçu un briefing qui montre que Chalabi et certains de ses lieutenants avaient fourni au régime iranien une quantité d’ informations sensibles sur la présence américaine en Irak…Des officiels ont affirmé que des écoutes électroniques des conversations des autorités iraniennes montraient que Chalabi et ses amis avaient livré des plans politiques américains en Irak aux agents du régime iranien. Il y a aussi des indices sur le transfert, par Chalabi, des détails des opérations de renseignements américaines au régime iranien. Selon une source gouvernementale américaine les informations ainsi transmises à l’Iran par Chalabi pourraient entraîner « la mort des individus ». »

6. La chaine américaine CNN, le 21 mai 2004 : « Des responsables américains de renseignements ont affirmé vindredi qu’Ahmad Chalabi avait livré des informations confidentielles des Etats-Unis au régime iranien. Ces informations se limitaient à un nombre restreint de hauts responsables américains. D’après ces responsables, ils disposaient des preuves sur une rencontre entre Chalabi et un haut responsable de renseignement iranien, connu comme un personnage particulièrement abject impliqué directement dans des activités anti-américaines ». Citant une source des services de renseignements à Washington, le Guardian du 25 mai 2004 écrivait : « Chalabi a donné toute information sensible imaginable au régime iranien. Nous disposons des preuves indéniables à ce sujet ».

7. Dans les années qui ont suivi, les services rendus par Chalabi au régime iranien ont été confirmés à plusieurs reprises par les autorités américaines. Dans un entretien avec le Times de Londres, le général David Petraeus, alors commandant en chef de Centcom a affirmé : « Selon nos informations l’Inspection générale des finances en Irak (présidée par Chalabi) est devenue un instrument aux mains de la Force Qods du Corps des pasdarans iraniens » (26 janvier 2010).

8. Le général Odierno, alors commandant en chef des forces américaines en Irak a affirmé : « Les Etats-Unis ont des informations, documents et preuves qui montrent Ahmad Chalabi est lié à l’Iran ». Christopher Hill, alors ambassadeur des Etats-Unis en Irak a également confirmé les déclarations du général Odierno sur l’influence du régime iranien sur les décisions de l’Inspection générale des finances en Irak (chaines de télévision A-Charghia et Al-Hurra, 17 février 2010).

9. Dans son numéro du 1er avril 2008, le Washington Times écrivait : « Alors que la situation évoluait vers la guerre, Chalabi travaillait avec les autorités du Corps des pasdarans sous le commandement du général des pasdarans Ahmad Forouzandeh (un des chefs de la Force Qods) que le gouvernement américain considère comme un terroriste. » 

10. Marwan Al-Ma’achar, le vice-premier-ministre jordanien en 2005, a souligné que son gouvernement refuserait de coopérer avec Chalabi avant le règlement de l’affaire judiciaire qui lui avait valu une condamnation à 22 ans de prison pour un détournement de fonds d’environ 300 millions de dollars à la Banque Petra (le quotidien Al-Zaman du 17 novembre 2005).

11. Les propos de ce mercenaire au sujet de la situation financière de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran et des résidents d’Achraf ne trompent personne. Depuis son arrivée sur le territoire irakien en 1986, l’OMPI n’a jamais reçu même pas un dollar du gouvernement irakien, bénéficiant pour son financement des contributions et donations des Iraniens à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Dans son numéro 915 du 25 juin 2008, le journal ‘Mojahed’ a publié une partie des documents relatifs aux dépenses des Moudjahidine en Irak.

12. Ces documents montrent que l’OMPI a payé même sa consommation d’eau, d’électricité, de télécommunications et d’autres services urbains alors que ces services étaient gratuits pour les citoyens irakiens. Même la construction de l’infrastructure des bases des Moudjahidine comme le réseau du pompage de l’eau ou le réseau électrique, habituellement assurés par l’Etat, a été entièrement financée par l’organisation. Le journal précise que depuis son arrivée en Irak, l’OMPI avait dépensé 48 millions de dollars rien que pour la construction de ses bases et leurs installations, entièrement financée par l’organisation.

13. Le journal publie également des documents montrant  le paiement de 5,381,000 dollars à la société irakienne de la poste et télécommunication pour acquitter les factures de la consommation téléphonique de ses bureaux et ses bases à travers l’Irak, des documents d’achat pour plusieurs millions de dollars de véhicules de l’étranger, des documents montrant le paiement des centaines de millions de dinars en armes et de munitions achetées au gouvernement irakien, les documents d’achat pour 4,104,000 de dollars de vêtements et des équipements individuels à la Corée, des documents montrant le paiement de 1,218,000 de dollars pour la retransmission des programmes radiodiffusés et télévisés des Moudjahidine, ainsi que les documents du paiement d’un loyer annuel de 101 million dinars irakiens pour la location de 8 immeubles à Bagdad qui abritaient les bureaux de l’organisation dans la capitale irakienne.

 Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 5 octobre 2011                    

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe