mercredi, février 8, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Terrorisme & intégrismeLe régime iranien planifie depuis 25 ans la conquête du Yémen

Le régime iranien planifie depuis 25 ans la conquête du Yémen

Depuis sa défaite dans la guerre Iran-Irak, soit un quart de siècle, le régime inhumain des mollahs s’appuie sur son expérience dans la création du Hezbollah au Liban, pour organiser un groupe de mercenaires au Yémen en raison du contexte religieux qui y prévaut pour en faire une tête de pont de son ingérence au Yémen et dans la péninsule arabe. Les mollahs ont choisi la tribu des Houthis pour créer ce mouvement et l’utilisent depuis à leur service.

1- En 1991, le régime des mollahs a pris à son service Hossein Al-Houthis, le frère ainé d’Abdelmalek al-Houthi, le leader actuel de ce mouvement. Ce dernier a créé au Yémen, dans le but d’aider le régime, le « parti du droit ». En 1993, il s’est présenté aux élections législatives et a été élu au parlement yéménite. Selon le plan du régime iranien, avant de prendre forme et de gagner en puissance, ce mouvement a évité de s’opposer au pouvoir yéménite et s’est aligné sur lui.

2- En 1997, sur ordre du régime iranien, Hossein Houthi s’est séparé du Parti du Droit pour former un groupe sur le modèle du Hezbollah libanais du nom d’Assemblée des jeunes croyants qui deviendra ensuite le « Ansarollah ». Mercenaire des pasdaran et de la force Qods, ce groupe occupe aujourd’hui la capitale du Yémen et de vastes zones de ce pays où il se livre à la répression et au massacre de la population.

3- Après le 11 septembre 2001, le régime iranien a donné à l’Assemblée des jeunes croyants une ligne anti-américaine et d’opposition au gouvernement yéménite. En 2003, un groupe de membres de l’Assemblée des jeunes croyants a été arrêté et cela a débouché sur un affrontement militaire avec le gouvernement en place. Hossein Al-Houthi a été tué en 2004 dans la guerre contre le pouvoir yéménite.

4- Hossein Al-Houthi, son frère Abdelmalek et leur père Badrodine, au début des années 2000 ont passé plus d’un an en Iran et à Qom à suivre des enseignements religieux, politiques, sécuritaires et terroristes. Par la suite ils se rendront régulièrement en Iran. Selon des rapports de l’intérieur de la force Qods, Albdolmalek Al-Houthi s’est converti au chiisme duodécimain mais sur les conseils du régime iranien s’est abstenu de le rendre public pour ne pas être isolé au sein des chiites zaydites du Yémen.

5- Ces dernières années, un plan de la force Qods pour pouvoir pénétrer au Yémen, a été d’y activer le croissant rouge pour pouvoir sous couvert d’aide humanitaire, construction d’hôpitaux et fourniture de médicaments, ouvrir la porte de ce pays aux mollahs. C’est par ce moyen qu’elle a recruté des hommes pour son établir son réseau terroriste.

6- Actuellement, la force Qods des gardiens de la révolution est le principal interlocuteur du Yémen dans le régime des mollahs. De même, le principal état-major de commandement et de soutien dans la guerre du Yémen a été formé au sein de la force Qods. De plus, l’Assemblée mondiale Ahl-al-Beit, l’Assemblée du rapprochement des écoles islamiques et l’association Al-Mostafa, entretiennent de proches relations avec les Houthis et leur apportent de l’aide.

7- Un grand nombre de Houthis suivent depuis quelques années un enseignement dans l’association Al-Mostafa à Qom. Un mollah yéménite du nom d’Essam Al-Emad, est en charge des Houthis à Qom. Le régime a converti le sunnite Essam Al-Emad au chiisme. Ce dernier répète dans des interviews sur les chaines satellites en arabe liées au régime iranien les lignes dictées par les organes d’exportation de l’intégrisme des mollahs comme l’Organisation de la culture et des communications islamiques, l’Assemblée mondiale Ahl-al-Beit et d’autres.

8- Le régime des mollahs entretient des relations étroites entre l’Assemblée des jeunes croyants et le Hezbollah libanais et s’efforce de faire d’Abdelmalek Al-Houthis le Hassan Nasrollah du Yémen. La force Qods fait suivre une formation à des Houthis dans la plaine de la Bekaa au Liban et en Irak.

9- Avec le déclenchement de la révolution du peuple yéménite, le régime des mollahs a mis tout son poids dans la balance pour renforcer, armer, former et développer les Houthis. L’entrainement de ces forces se fait au Yémen-même.

10- Hossein et Abdelmalek Al-Houthi, au sein d’Ansarollah, parlaient de Khomeiny et de Khamenei comme de leurs dirigeants et distribuaient au Yémen leurs discours, leurs messages ainsi que ceux d’Hassan Nasrollah du Hezbollah, et Abdelmalek continue de le faire.

11- Tout en organisant les Houthis, le 5 juillet 1995 le régime des mollahs a signé un accord avec le Yémen qui a permis le développement de l’intégrisme et du terrorisme. Dans un document interne de l’organisation de la culture et des communications islamiques daté du 11 mars 1996 on peut lire : « vu la nouvelle situation au Yémen et l’inclination des responsables de ce pays au développement des relations tous azimuts avec la république islamique d’Iran, la présence de chiites zaydites et la signature d’un accord culturel entre Téhéran et Sanaa, il est très important que la république islamique ait une présence active au Yémen. »

12- Le 22 septembre 1994 le pasdaran Ali Reza Zakani, député, ancien chef de la milice du Bassidj des étudiants et proche de Khamenei, a levé le voile sur le rôle du régime iranien dans les événements au Yémen et son plan pour y exporter l’intégrisme et le terrorisme à toute la région sous couvert de « système d’assimilation des musulmans par la révolution islamique ». « Au Yémen, a-t-il dit, se préparent des événements plus grands et plus vastes qu’au Liban. Sur 20 provinces du Yémen, 14 sont aux mains des révolutionnaires yéménites et 90 % de Sanaa aussi (…) de cette façon tous les paramètres sont bouleversés. Après la victoire au Yémen ce sera à coup sûr le tour de l’Arabie saoudite parce que ces deux pays ont environ 2000 km de frontière commune et aujourd’hui aussi 2 millions d’hommes armés et organisés se trouvent au Yémen (…) Désormais, la révolution islamique dispose de trois capitales arabes et dans quelque temps elle aura aussi Sanaa et réalisé l’assimilation des musulmans. »

Commission de la Sécurité et du Contre-terrorisme du
Conseil national de la Résistance iranienne
Le 29 mars 2015